bannière week-end taylor swift culturellement vôtre willow

[Test – PlayStation 5] Under the Waves : Une plongée spirituelle

Caractéristiques

    Test effectué sur :
      • PlayStation 5
  • Titre : Under the Waves
  • Développeur : Parallel Studio
  • Editeur : Quantic Dream
  • Date de sortie : 29 août 2023
  • Acheter : Cliquez ici
  • Note : 7/10

La première vague

Under the Waves (Sous les vagues) est le premier jeu à sortir sous le label d’édition Spotlight de Quantic Dream et le nouveau titre de Parallel Studio après White Night, Dark Days ou encore EqqO.

Cette aventure sous-marine, bien qu’il s’agisse toujours d’une expérience narrative, est clairement différente du type de jeu auquel on était habitués de la part de l’éditeur.

Nous sommes dans la peau de Stan, un plongeur professionnel, ayant apparemment subi un grave traumatisme et travaillant pour une compagnie pétrolière en mer du Nord depuis une base sous-marine. Décidé apparemment à s’éloigner de tout, y compris de sa femme (avec laquelle il n’entretient que des conversations sporadiques), c’est à l’origine pour cette raison qu’il a accepté ce travail de maintenance solitaire et risqué.


Le scénario de base d’Under the Waves consiste en une certaine monotonie répétitive, que ce soit le réveil du matin, la conversation radio hebdomadaire avec son employeur ou accomplir des petites tâches dans la journée (du moins au début) comme ramasser des algues, contenir des fuites de pétrole ou réparer des circuits électriques, bref un travail de routine.

Cependant, tout ne sera pas aussi simple et bientôt, des événements étranges vont survenir car Stan, peut-être à cause de son isolement, va commencer à avoir des visions de plus en plus surnaturelles, que ce soit durant son sommeil, voire même quand il est éveillé, au point de nous faire douter de sa santé mentale.

fond marin dans under the waves ps5 quantic dream

La lame de fond

Cette quête dans les abysses devient donc au fur et à mesure de notre progression une réflexion sur le deuil et l’isolement (Stan est seul pendant presque tout le jeu et on n’entend que la voix de son employeur et une journaliste à la télévision). Ajoutons également à cela un sous-texte écologique prenant de plus au plus d’ampleur à mesure que le personnage découvre les malversations de la société UniTrench qui l’emploie, au point de devenir le vrai fil rouge narratif.

Bien que n’étant pas réellement un monde ouvert, Under the Waves, en marge des missions principales, possède quelques petites quêtes annexes, dont prendre des photos, explorer des grottes ou aller chercher des objets qui pourraient polluer l’océan. Ceci dit, vous pouvez vous en dispenser et vous contenter d’aller en ligne droite sur l’histoire principale, qui vous prendra environ 7 à 8h. Mais, si vous décidez d’ajouter les quêtes annexes, là vous pouvez monter environ à une quinzaine d’heures. Cependant, il y a un risque pour que vos petites escapades en dehors du sous-marin Moon finissent par vous lasser. La faute à une maniabilité pas toujours au cordeau, que ce soit aux commandes de l’appareil ou en plongée simple.

Cependant, les concepteurs ont eu le bon goût d’ajouter une map interactive qui vous renseigne sur les emplacements intéressants, qu’ils soient primaires ou secondaires. Les énigmes, quant à elles, sont plutôt rudimentaires vu que la solution n’est jamais bien loin de l’endroit où le problème se pose. En outre, le jeu est suffisamment court pour éviter d’être trop rébarbatif sur la durée.

capture jeu vidéo ps5 under the waves quantic dream

Le stade de décompression

Le jeu en lui-même n’est d’ailleurs pas très compliqué : quand des requins apparaîtront, vous vous rendrez vite compte qu’ils n’attaquent pas. Ensuite, nous ne sommes pas dans Armageddon et les décors n’explosent pas pour un rien. Aucune séquence d’éboulement ou de tension, ni même vraiment de frayeur particulière. Non, les concepteurs ont une histoire en tête et leur but est surtout que vous alliez au bout sans trop de problème pour profiter à fond de cet univers ésotérique aussi apaisant que fascinant (votre seul véritable danger est de manquer d’oxygène mais, même là, un peu de rigueur à l’atelier de fabrication et vous ne tomberez jamais à court de recharges). Le tout appuyé par un très belle partition signée Nicolas Bredin qui, par l’apaisement qu’elle procure, enrichit la narration et participe à l’ambiance étrange de ce jeu.

Le personnage principal possède une certaine profondeur et on s’y attache relativement vite, ce qui est un point positif, hélas terni par un grave problème de synchronisation labiale qui rend certaines séquences plus dérangeantes que les visions qui harcèlent Stan.

Ajoutons à cela de nombreux bugs de collision (en tout cas dans la version PS5 testée ici), quelques soucis de son au niveau des musiques, et vous comprendrez que ce jeu, malgré une direction artistique solide, donne parfois l’impression de ne pas être entièrement achevé techniquement.

Malgré un univers poétique et fascinant, l’aventure d’Under the Waves devra donc être réservée à des gens qui apprécient les voyages contemplatifs, où c’est la beauté et le fond qui dominent, au détriment de l’action et du suspense.

Ndlr : On nous a informés qu’un patch a en principe depuis corrigé les bugs mentionnés ici. Celui-ci n’était pas disponible au moment de notre test.

Article écrit par

Depuis toujours, je perçois le cinéma, certes comme un art et un divertissement, mais aussi et surtout comme une porte vers l'imaginaire et la création. On pourrait dire en ce sens que je partage la vision qu'en avait Georges Méliès. Avec le temps, de nombreux genres ont émergé, souvent représentatifs de leurs époques respectives et les bons films comme les mauvais deviennent ainsi les témoins de nos rêves, nos craintes ou nos désirs. J'ai fait des études de lettres et occupé divers emplois qui jamais ne m'ont éloigné de ma passion. Actuellement, sous le pseudonyme de Mark Wayne (en hommage à l'acteur John Wayne et au personnage de fiction Bruce Wayne alias Batman), je rédige des critiques pour le site "Culturellement Vôtre". Très exigeant dans ma notation des films, en particulier concernant le scénario car c'est la base sur lequel aucun bon film ne peut émerger s'il est bancal ou pour le moins en contradiction avec son sujet. Je conserve une certaine nostalgie d'une époque qui me semble (pour l'instant) révolue où le cinéma ne se faisait pas à base de remakes, intrigues photocopiées et bien-pensance. Néanmoins, rien n'entame mon amour du cinéma, et chaque film que je regarde me le rappelle, car bons ou mauvais, ils restent le reflet de notre époque.

Et maintenant, on fait quoi ?

L'équipe de Culturellement Vôtre vous remercie pour vos visites toujours plus nombreuses, votre lecture attentive, vos encouragements, vos commentaires (en hausses) et vos remarques toujours bienvenues. Si vous aimez le site, vous pouvez nous suivre et contribuer : Culturellement Vôtre serait resté un simple blog personnel sans vous ! Alors, pourquoi en rester là ?

+1 On partage, on commente

Et pour les commentaires, c'est en bas que ça se passe !

+2 On lit d'autres articles

Vous pouvez lire aussi d'autres articles de .

+3 On rejoint la communauté

Vous pouvez suivre Culturellement Vôtre sur Facebook et Twitter (on n'a pas payé 8 euros par mois pour être certifiés, mais c'est bien nous).

+4 On contribue en faisant un don, ou par son talent

Culturellement Vôtre existe grâce à vos lectures et à l'investissement des membres de l'association à but non lucratif loi 1901 qui porte ce projet. Faites un don sur Tipeee pour que continue l'aventure d'un site culturel gratuit de qualité. Vous pouvez aussi proposer des articles ou contribuer au développement du site par d'autres talents.

S’abonner
Notification pour

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x