[Test – Playstation 4] Horizon Zero Dawn : une démonstration technique pour la Playstation 4

image ps4 horizon zero dawnCaractéristiques

  • Test effectué sur : Playstation 4
  • Genre : Aventure, Action-RPG
  • Éditeur : Sony Interactive Entertainment
  • Développeur : Guerrilla Games
  • Sortie : 1er mars 2017

Test

Un nouveau jeu signé par le talentueux studio Guerrilla Games, c’est toujours un événement à part. Développeur first party qui a tendance à mener les consoles Playstation dans leurs retranchements techniques, avec la licence Killzone pendant un temps, le voilà qui sort une toute nouvelle licence de son chapeau. Un univers totalement neuf, couvé depuis plus de cinq ans, une véritable bouffée d’air frais non seulement pour Guerrilla Games, mais surtout pour des joueurs qui, il est vrai, avaient aussi fait le tour de la précédente série issue du studio. Adieu le FPS futuriste, bonjour un autre genre ultra-usité depuis quelques années : l’open world. Horizon Zero Dawn, dont les quelques apparitions en cours des différentes conférences ont toujours impressionné, était attendu au tournant : le jeu allait-il révolutionner le genre, ou s’enfoncer dans les codes du genre sous prétexte d’une démonstration technique ?

Histoire : 3/5

Horizon Zero Dawn est l’exemple typique de ces jeux qui déploient un univers poussé, mais qui n’arrivent pas à le soutenir idéalement à cause d’une narration malheureusement quelconque. L’histoire est pourtant assez intéressante pour qu’elle soit mise en avant : le joueur incarne Aloy, une jeune femme élevée par un paria du nom de Rost. Il existe clairement une inconnue autour des origines de la rouquine : elle n’est pas du tout la bienvenue au sein du clan des Nora, et semble créer le débat chez les Anciennes, détentrices des traditions. Élevée à la dure, sur une terre post-apocalyptique foulée par des créatures mécaniques dotées d’une intelligence artificielle et héritées d’une ancienne civilisation, Aloy va participer à une épreuve afin de rejoindre les rangs du clan pour de bon. C’est au cours de ce test que de mystérieux assassins vont opérer un véritable massacre. Ce dernier pousse Aloy à quitter ses terres afin d’enquêter sur ce drame et, par la même occasion, faire la lumière sur ses propres origines.

Horizon Zero Dawn propose un univers cohérent, et un récit qui y trouve le terreau nécessaire afin de s’y développer. Le scénario en lui-même est assez irréprochable, donnant au joueur une véritable impression de partager un parcours initiatique pas spécialement fin mais évitant certains clichés. De même, on apprécie l’univers, la richesse de son background et des rapports politiques entre les clans. On aime en savoir plus, recueillir des infos, et cette impression d’avoir évolué en même temps qu’Aloy est agréable en fin de jeu. Alors, pourquoi certains regrets pointent le bout de leur nez ? Tout simplement car Horizon Zero Dawn ne tente jamais de sortir des sentiers (très) battus de la narration au sein d’un monde ouvert. Les dialogues sont certainement l’exemple le plus frappant : longs, pas toujours bien écrits et souvent redondants, ils proposent des choix de réponses qui n’apportent rien au final. On a continuellement l’impression qu’on nous a déjà raconté ceci, d’avoir entendu cela, et c’est bien dommage…

Gameplay : 4/5

image jeu horizon zero dawn

Horizon Zero Dawn est un jeu qui récite ses gammes, qui ne s’aventure jamais en-dehors de celles-ci. Dès lors, oui les différentes mécaniques sont extrêmement bien huilées, mais là encore on ne peut s’empêcher de ressentir un certain ennui. Open world modèle, le soft fonce en permanence vers les passages obligés. Jeu d’aventure teinté d’éléments RPG (on gagne des niveaux, on fait évoluer l’avatar et ses compétences), Horizon Zero Dawn enchaîne les poncifs du genre : loot, crafting, découverte de points d’observation afin de développer la map. Classique au point de faire penser qu’il est une sorte de menu best of certes rassasiant, pas désagréable mais un peu gavant, le soft est pourtant exemplaire dans toutes ces mécaniques un peu trop familières. Ainsi, on se prend vite à bûcher afin de gagner de l’expérience, et la découverte d’un de ces gigantesques robots qui servent de tour de synchronisation est toujours la promesse d’un bon moment à passer.

Horizon Zero Dawn est beaucoup plus intéressant dans le système de combat qu’il livre aux joueurs. Très axées sur la discrétion, mais aussi sur l’appréciation de l’environnement, ces joutes donnent un véritable sentiment d’accomplissement, du moins quand les subtilités sont bien maîtrisées. Aloy est une guerrière, rompue à la survie en milieu hostile. Elle est donc du genre à apprécier rester à distance, d’où une certaine préférence pour l’arc. Ce dernier est un vrai bonheur à utiliser, surtout que les différentes cibles permettent à l’héroïne de faire preuve de tout son talent. D’autres armes sont à disposition : une lance pour le corps-à-corps, une fronde à munitions explosives, ou encore un lance-cordes (et bien d’autres qu’on vous laisse découvrir). il faudra souvent faire preuve d’imagination afin de se sortir de certaines situations délicates. Certes, se cacher dans les buissons vous rend totalement invisible, mais décocher une flèche peut être fatale pour votre couverture. Par contre, truffer le terrain de cordes, électriques par exemple, puis utiliser la fronde afin de balancer une bombe qui terrorisera les robots et les poussera à aller se prendre dans vos pièges, c’est beaucoup plus sûr… et exaltant.

C’est certain, Guerrilla Games a voulu donner au joueur le choix dans la philosophie d’approche des combats. En cela, le gameplay de Horizon Zero Dawn est une réussite éclatante. Autre beau succès, celui de l’oreillette d’Aloy, système qui provoque un scan des alentours en réalité augmentée. Par exemple, elle permet de scanner des ennemis afin de mieux connaître leurs points faibles, mais aussi l’itinéraire de leur ronde. C’est efficace, très agréable à utiliser, et ça trouve même une utilité parfois très astucieuse lors de certaines quêtes annexes. Enfin, on peut aussi compter sur un outil de piratage afin de faire des ennemis de véritables toutous inoffensifs, voire carrément des montures provisoires. Il ne fait aucun doute que Horizon Zero Dawn dévoile une générosité démesurée dans les moyens donnés aux gamers afin qu’ils puissent profiter de l’environnement du jeu.

Technique et ambiance sonore : 5/5

image playstation 4 horizon zero dawn

Précisons tout d’abord que le test fut effectué sur une Playstation 4 « de base », il est donc certain que le constat est encore plus impressionnant sur une PS4 Pro. Si l’on peut apporter quelques retenues sur certains éléments de Horizon Zero Dawn, il est cependant net qu’il s’agit de l’un des jeux les plus impressionnants de la génération de consoles actuelles (aux côté d’Uncharted 4). C’est un véritable bijou visuel que livre Guerrilla Games, bourré de détails comme rarement auparavant. Le travail sur l’animation est remarquable (sauf en cours de dialogues, un peu statiques), Aloy se mouve avec une fluidité prodigieuse, et les ennemis ne sont pas en reste. On aura croisé un ou deux bugs ici ou là, mais la finition du soft est indéniablement renversante. Signalons aussi qu’il n’existe aucun temps de chargement après celui qui nous lance la partie, là encore une belle prouesse technologique. Croyez-nous, vous allez adorer l’idée de passer du temps au milieu de cette faune et de cette flore.

Côté ambiance sonore, Horizon Zero Dawn accompagne la claque visuelle d’une mandale auditive. Les mélomanes tomberont immédiatement sous le charme des différentes partitions, divisées entre trois compositeurs (Joris de Man, The Flight, Niels van der Leest). Et nous conseillons de jouer au casque afin de bien profiter d’un sound design savoureux. Même le doublage français ne nous a pas semblé catastrophique, c’est dire.

Durée de vie : 5/5

image gameplay horizon zero dawn

Comptez une grosse quarantaine d’heures de jeu, et un peu plus si vous êtes du genre à ne pas lâcher un soft avant d’avoir atteint le sacro-saint 100%. Entre la quête principale, plutôt longue (et même un peu inutilement étirée sur la fin), les quêtes annexes qu’on prend plaisir à terminer, les zones de chasses qu’il faut parfaire afin d’obtenir toutes les médailles, et le travail d’exploration absolument gigantesque, vous en aurez clairement pour votre argent. Précisons ici que Horizon Zero Dawn ne propose pas de new game plus, par contre le jeu prévoit une sauvegarde juste avant la dernière mission, histoire de vous donner la possibilité d’arpenter la map à la recherche des derniers pourcentages à grappiller.

Note finale : 17/20

Objectivement, Horizon Zero Dawn est une démonstration de maîtrise, qui démontre le savoir-faire colossal de Guerrilla Games. Si certaines mécaniques ronronnent comme jamais, donnant l’impression d’avoir trop été usitées pour être véritablement marquantes, l’ensemble est pourtant assez bien huilé pour qu’on ne sanctionne pas le jeu. C’est beau à en perdre la raison, le système de combat procure des sensations grisantes, et le monde ouvert regorge d’activités à découvrir. Aloy aura donc réussit son coup : procurer à la Playstation 4 un hit de plus.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
/10

Réactions (4)

  1. J’ai perdu un oeil sur le texte, mais il donne envie de découvrir le jeu.

    1. ah oui effectivement, visiblement la relecture a eu quelques défaillances. On répare ça, merci de l’avoir signalé.

  2. Pingback: Playstation Store : mise à jour du 28 février 2017

  3. Pingback: Atari Flashback Classics Vol. 1 : nostalgie, quand tu nous tiens

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *