Bilan films vus – février 2011

Audrey Hepburn dans Ariane de Billy Wilder (1957).Février vient de s’achever et il est déjà l’heure du second bilan mensuel de ce blog. Légère baisse
de cadence ce mois-ci : 16 films visionnés contre 20 le mois dernier. Je me suis rendue 6 fois en salles. Outre un emploi du temps légèrement plus chargé, il faut dire que j’ai aussi remplacé
certaines soirées ciné (en DVD) par des soirées Ally McBeal, dont je suis en train de revoir la première saison. Cela dit, j’ai fait encore plus de découvertes ce
mois-ci puisque parmi la liste ci-dessous, je n’avais déjà visionné que 3 films, dont un (Last Action Hero) il y a bien 15 pour ne pas dire 20 ans.

Il n’y a, encore une fois, pas vraiment de fil conducteur dans les films visionnés, si ce n’est que les films français ne sont pas à l’honneur (2 seulement), mais c’est à peu près habituel pour
moi.

Quelques gros gros coups de coeur : en salles actuellement, Black
Swan
m’a fait vibrer et c’est avec déception que j’ai constaté que le film de Darren Aronofsky n’avait remporté aucune statuette lors des Oscars, si ce n’est
celle (amplement méritée) de la meilleure actrice pour Natalie Portman, magistrale. Fincher et Nolan ont également été oubliés, se contentant
des miettes, allez savoir pourquoi…

J’ai également été emportée par Poupoupidou, la meilleure comédie française que
j’ai vu depuis longtemps, qui mélange les genres et regorge de références à Marilyn Monroe et à l’oeuvre de David Lynch.

Coup de coeur DVD enfin, Paprika de Satoshi Kon m’a bluffée. Étonnant comme un film aussi court (1h30) peut être à ce point rempli de détails, de
concepts, de magie… au point de donner l’impression de durer le double. Ariane, Série Noire et Faux Semblants sont
mes autres coups de coeur du mois.

Déception du mois : Au-delà de Clint
Eastwood
, dont j’ai déjà eu l’occasion de vous parler. Même si les échos étaient globalement négatifs et que je m’y attendais donc un peu, il faut avouer que ça fait mal de voir le
cinéaste s’égarer à ce point dans un film qu’il semble ne pas maîtriser pour la première fois. Le film se laisse regarder, grâce à Matt Damon notamment, mais comporte des défauts
étonnants qu’on a du mal à expliquer. Alexandre d’Oliver Stone, que j’avais évité jusque-là malgré une certaine curiosité, ne m’a pas convaincue non
plus, malgré une Angelina Jolie très en forme et quelques bonnes idées. Mais c’est quoi ce maniérisme ridicule, la teinture de Colin Farrell qui ne parvient pas
à masquer ses cheveux bruns et cette absence de conviction totale dans les scènes « d’amour » entre Alexandre et son amant Héphaistion (Jared Leto), à laquelle on ne croit pas une
seule seconde ?

Enfin, même s’ils bénéficient de notes plutôt honorables (même si 3 et 3,25 sont des notes mitigées pour moi), District 9 (2009) et Last Night ne sont pas vraiment mémorables. Moins d’un mois
après l’avoir visionné, le souvenir du premier s’est considérablement estompé dans mon esprit. Basé sur une bonne idée, le film de Neill Blomkamp ne l’exploite pas jusqu’au bout,
cède à quelques facilités pour s’achever par une grosse partie action où le héros pilote un énorme robot. Ouais… Le film a des qualités et je l’ai apprécié mais je suspecte que je n’en aurai
presque aucun souvenir dans un an.

Quant à  Last Night, la raison principale de le voir est Keira Knightley, très mature et très juste dans ce rôle de femme
mariée. Pour le reste, Sam Worthington et Eva Mendes sont complètement sacrifiés et le film n’apporte rien de neuf à un sujet éculé.

Je n’ai pas encore eu le temps d’aller voir 127 heures et True Grit, Never Let Me Go est également dans mon agenda…
Ca devrait donc me faire une belle semaine ciné.

 

 

Poupoupidou de Gérald Hustache-Mathieu (4/5)
Paprika de Satoshi Kon (2006) (5/5)
Ariane de Billy Wilder (1957) (4,5/5)
Série Noire d’Alain Corneau (1979) (4/5)
Monty Python : Le sens de la vie de Terry Jones (1983) (5/5)
District 9 de Neill Blomkamp (2009) (3,25/5)
Au-delà de Clint Eastwood
(2,75/5)
La Corde d’Alfred Hitchcock (1948) (4/5)
Black Swan de Darren Aronofsky
(5/5)
Arrietty, le petit monde des
chapardeurs
d’Hiromasa Yonebayashi
(3,5/5)
Les chemins de la liberté de Peter
Weir
(3,75/5)
Alexandre d’Oliver Stone (2004) (2,25/5)
Faux Semblants de David Cronenberg (1988) (4,25/5)
Possession de Joel
Bergvall
et Simon Sandquist
(3/5)
Last Action Hero de John McTiernan (1993) (3,5/5)
Last Night de Massy Tadjedin
(3/5)

Cécile Desbrun

Cécile Desbrun est une journaliste culturelle spécialisée dans le cinéma, la musique et l'image de la femme dans la culture. Elle créée Culturellement Vôtre en 2009 et écrit parallèlement pour plusieurs publications en ligne. Elle achève actuellement l'écriture d'un livre sur la femme fatale dans l'oeuvre de David Lynch et est la créatrice du site Tori's Maze, dédié à l'artiste américaine Tori Amos, sur laquelle elle mène un travail de recherche approfondi.

Réactions (3)

  1. Oh, « Last Action Hero », je l’ai vu un nombre incalculable de fois quand j’étais gosse, j’avais même lu la novellisation plusieurs fois.

    Idem pour « District 9 », j’ai trouvé que c’était beaucoup de bruit pour pas grand chose, une métaphore intéressante mais facile et qui n’était pas exploitée jusqu’au bout. La première partie m’avait
    scotchée, mais quand le film s’est transformé en simple course-poursuite en perdant tout son mordant, je m’en suis désintéressée.

  2. paprika est exceptionnel ^^ Quel perte pour le monde de l’animation que celle de Satoshi Kon. Si tu ne l’as pas déjà vu je te conseille « Millenium actress » (avec Paprika ce sont mes préférés de ce
    réalisateur 🙂 )
    Bisous 🙂 et merci pour ce super bilan !

Comments are closed.