[Critique – PIFFF 2016] The Mermaid – Stephen Chow

image poster the mermaidCaractéristiques

  • Réalisateur : Stephen Chow
  • Avec : Lin Yun, Deng Chao, Show Luo, Zhang Yuqi, Pierre Bourdaud, Ivan Kotik, Jelly Lin, Tsui Hark, Zhang Wen
  • Durée : 94 minutes
  • Année de production : 2016
  • Genre : Fantastique

Synopsis

Shan, une jolie sirène, est sommée par les siens d’assassiner Xuan, un promoteur immobilier à l’enfance douloureuse dont le travail menace l’écosystème. Problème : la mignonne tombe amoureuse de cet homme qu’elle devait empêcher de nuire, et met en péril la survie de son espèce.

La critique

Le Stephen Chow nouveau est arrivé ! Trois ans, il aura fallu patienter trois longues années depuis Journey To The West avant de voir débarquer The Mermaid, le film que bien des cinéphiles attendaient notamment depuis ses records au box office chinois. Précédé d’une réputation flatteuse, et d’une tonne de gifs qui ont fait le bonheur de Twitter et de Facebook, l’œuvre-événement était projetée tout en 3D et en exclusivité française au Max Linder, dans le cadre du PIFFF 2016. Une occasion qu’on ne pouvait décemment pas louper…

Ce succès grandiose en Chine se comprend dès les premières minutes de The Mermaid : le film est un numéro d’équilibriste permanent, qui n’oublie absolument aucun public. Stephen Chow est un « entertainer » incroyable, capable de pondre une œuvre qui peut rassembler petits et grands, comme savait le faire à une époque (dorénavant bien lointaine) un certain Steven Spielberg. Si l’histoire fait évidemment beaucoup penser à Splash (dont on rappelle qu’un remake est en cours, horreur et damnation), le réalisateur apporte évidemment toute sa personnalité pour accoucher d’un film que vous ne pourrez voir nulle part ailleurs que chez cet auteur. Fable écologique à l’humour typiquement hongkongais, c’est à dire à la fois grotesque et non-sensique, The Mermaid éblouit aussi par son sens du spectacle qui refuse les limites de moyens techniques parfois incertains.

The Mermaid est un véritable dessin-animé live, dans ses séquences d’action certes (moins en nombre que dans les autres films de Chow, c’est à préciser), mais aussi dans l’écriture des personnages. Ces derniers vêtissent des habits archétypaux, mais pour faciliter une limpidité des ressentis, des émotions, et une empathie tous terrains. Généreux comme pas permis, le scénario réussit le tour de force de rester totalement maîtrisé d’un bout à l’autre, notamment grâce à des séquences comiques très réussies. La recette de Stephen Chow fonctionne du tonnerre, et son goût pour la liberté des acteurs, parfois en improvisation totale (on le sent sur certaines réactions qui sonnent trop vraies pour de la mise en scène), apporte clairement cette folie très entraînante. Sans trop vous spoiler, tout le passage dans le commissariat, alors que Liu Xiang doit raconter aux policiers qu’il a vu une sirène, est à pleurer de rire. Vraiment.

The Mermaid brille de mille feux grâce à l’innocence fondamentale de son réalisateur : Stephen Chow croit en son sujet écolo et il sait en jouer sans pour autant tomber dans la lourdeur de beaucoup de nos auteurs occidentaux. Le cinéma chinois a cela de rafraîchissant qu’il semble refuser de tomber dans certains raccourcis grotesques, et le metteur en scène le prouve en livrant une vision du monde claire, sans fard, donc touchante de par sa sincérité. Dès lors, le choix d’une esthétique très cartoonesque se comprend tant elle souligne cette innocence de traitement. The Mermaid est, donc, un pur divertissement d’une générosité à redonner l’envie de croire en la force des blockbusters. Et ça, c’est fort.

image the mermaid

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *