[Critique] Hitman & Bodyguard : le renouveau du buddy movie ?

Caractéristiques

  • Titre original : The Hitman's Bodyguard
  • Réalisateur(s) : Patrick Hughes
  • Avec : Ryan Reynolds, Samuel L. Jackson, Gary Oldman, Salma Hayek, Elodie Yung...
  • Distributeur : Metropolitan FilmExport
  • Genre : Comédie, Action
  • Nationalité : Américain
  • Durée : 119 minutes
  • Date de sortie : 23 Août 2017

Le buddy movie a connu son heure de gloire fin des années 80-début des années 90, et plus particulièrement avec la cultissime saga L’Arme Fatale. Depuis, malheureusement, c’est un peu le néant, mis à part quelques petit sursauts, comme le très sympathique The Nice Guys de Shane Black (également scénariste de LArme Fatale).  Hitman & Bodyguard a donc un boulevard devant lui pour donner un nouveau souffle au genre.

Hitman & Bodyguard raconte l’histoire d’un redoutable tueur à gages, Darius Kincaid (Samuel L. Jackson), qui se voit contraint de témoigner devant la Cour internationale de justice de La Haye contre un ancien dictateur d’Europe de l’est. Alors qu’il est transporté  par Interpol de l’Angleterre vers les Pays-Bas, le transport tombe dans une embuscade. S’en sortent Kincaid et une agent d’Interpol, qui a pour idée de demander à son ex (Ryan Reynolds), un bodyguard qui n’est plus le même depuis la perte d’un de ses clients, d’escorter le tueur à gages. Problème : les deux hommes se connaissent et ne s’apprécient guère.

Une mécanique classique mais efficace

Le scénario de Tom O’Connor, très classique, essaie de nous noyer dès le départ dans de petites sous-intrigues qui, bien que sympathiques, ralentissent le film. Il y en a tout simplement trop. Il tente de donner un peu d’épaisseur aux deux héros par ce biais, mais cela ne s’avère guère nécessaire, et ces développements tendent à ralentir le film. De plus,ce que l’on pourrait considérer comme un twist est tellement mal amené qu’on le voit venir quasiment dès le départ. L’important n’est pas vraiment là, mais cela mérite néanmoins d’être souligné.

Penchons-nous sur l’essentiel pour ce type de films : une intrigue riche en rebondissements, action et humour pour nous permettre de tenir pendant presque deux heures. De ce côté-là, l’histoire fonctionne bien, entre les scènes d’action plutôt sanglantes, l’humour qui fait mouche à chaque fois ou presque — la scène de Salma Hayek dans le bar, entre autres, est vraiment tordante — et un rythme qui ne laisse pas vraiment le temps de s’ennuyer. Même la grande mode consistant à balancer des tubes (plus ou moins anciens) à tout va pour souligner l’humour ou l’action marche bien.

Un réalisateur à côté de la plaque

Le vrai gros problème du film réside dans sa réalisation. Patrick Hughes (à qui l’ont doit Red Hill et Expendables 3) est à côté de la plaque, dans les scènes d’humour comme d’action. Pour les scènes comiques, il n’insuffle aucun rythme, et la photographie de Jule O’Loughin n’est pas des plus inspirées. Et que dire des scènes d’actions qui, bien que sympathiques et bien exécutées, sont d’un classicisme affolant ? Ou encore des shacky-cams, constamment à la limite de nous donner un bon mal de tête ?

Le problème du rythme vient aussi du montage de Jake Roberts et des sous-intrigues. Si l’on a déjà souligné le problème inhérent à la narration, le montage aurait pu donner un rythme plus enlevé. Il aurait été facile de couper au moins 15 minutes du film pour gagner en vitesse et éviter de se perdre en développements inutiles. C’est bien dommage pour le produit final, car Hitman & Bodyguard avait un vrai potentiel ; encore aurait-il fallu un meilleur réalisateur à la barre. Enfin, si les effets spéciaux sont réussis pour la plupart, les incrustations de certains plans laissent à désirer, notamment lors de la course de bateaux dans La Haye.

Un casting qui s’en donne à cœur joie

Si l’on peut regretter des choses sur le plan technique, rien à redire, en revanche, niveau casting. Le duo Ryan Reynolds/Samuel L. Jackson se révèle très bon. On sent la bonne entente des acteurs, qui semblent avoir improvisé certaines répliques, ou donnent du moins une impression de spontanéité dans leur jeu. C’est avec eux qu’on passe les meilleurs moments du film, ce qui est heureux pour un buddy movie. On sera également surpris des aptitudes physique de Jackson qui, à 68 ans, s’en donne toujours à cœur joie dans les scènes d’actions, que ce soit à mains nues ou avec des armes à feu. Le casting est étoffé de Salma Hayek, qui s’éclate littéralement dans chacune de ses scènes et mettra vos zygomatiques à rude épreuve. La française Elodie Yung (Elektra dans les séries Daredevil et The Defenders) s’avère être un joli atout au film, tandis que Gary Oldman, toujours excellent en méchant, complète le casting dans le rôle d’un ancien dictateur.

Hitman & Bodyguard est donc une comédie d’action classique, un buddy movie sympathique, à défaut de renouveler le genre, et dont les défauts sont principalement techniques. On ne peut s’empêcher de penser que le film aurait sans doute gagné à avoir un réalisateur plus expérimenté. Grâce à son duo, l’ensemble de son casting, l’humour et des scènes d’actions à foison, le spectateur passera néanmoins un bon moment dans les salles obscures.

Guillaume Creis

Guillaume Creis

Adore le cinéma en général , que ce soit lesgros blockbusters ou les plus petits films .les séries TVet les jeux vidéo.
Guillaume Creis
6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *