[Critique] Une suite qui dérange – Le temps de l’action : une mise à jour nécessaire

Caractéristiques

  • Titre original : An Inconvenient Sequel: Truth to Power
  • Réalisateur(s) : Bonni Cohen et Jon Shenk
  • Avec : Al Gore
  • Distributeur : Paramount Pictures France
  • Genre : Documentaire
  • Nationalité : Américain
  • Durée : 98 minutes
  • Date de sortie : 27 septembre 2017

Sorti en 2006, le documentaire environnemental Une vérité qui dérange avait suscité un petit engouement, récoltant 49 millions de dollars dans le monde et recevant les Oscars du Meilleur Documentaire et Meilleure chanson originale. Et voilà que 11 ans plus tard sort Une suite qui dérange – Le temps de l’action

Vers une amélioration environnementale ?

Si ce nouveau documentaire existe, c’est avant pour montrer l’évolution de la mentalité des hommes et surtout dirigeants de la planète, ainsi que les progrès technologiques et les moyens mis à notre disposition pour améliorer l’état de notre planète. Et sur ce dernier point, l’évolution est positive. Nous suivons donc l’ancien vice-président démocrate Al Gore, qui forme à présent des personnes partout dans le monde afin d’en faire des ambassadeurs écologiques puisque, aujourd’hui plus que jamais, le combat continue. Le documentaire démontre notamment que l’on peut facilement faire appel à de nouvelles technologies non polluantes. Dans les exemples cités, on trouve bien entendu les voitures électriques, mais aussi une ville du Texas (dont le maire est républicain) auto-suffisante en utilisant 100% d’énergies renouvelables. Les cas présentés sont nombreux et étayés, et tendent à prouver que nous pouvons aisément nous passer des énergies fossiles. Sur ce point, le documentaire privilégie une approche pédagogique sur les moyens de sauver la planète, mais aussi sur ce que chacun peut apporter au quotidien.

Autre point important mis en avant dans Une suite qui dérange, l’évolution des mentalités. Nous suivons encore une fois l’ex vice-président avant et lors de la COP 21 à Paris. Al Gore était d’ailleurs présent au moment des attentats à Paris en novembre 2015 (2 semaines avant l’ouverture de la conférence) pour présenter une émission en direct sur la question environnementale. Son implication dans l’accord de Paris est documenté dans le film, qui montre également la réticence de l’Inde à ce sujet à travers des entretiens à bâtons rompus avec le premier ministre indien. Les différentes entrevues possèdent un ton direct, Al Gore faisant tout pour démontrer que le monde doit changer de mentalité. Bien qu’optimiste, le documentaire ne se contente pas de célébrer les victoires remporter, et relève également les inquiétantes défaites afin de susciter une prise de conscience. Evidemment, on ne peut que penser à l’élection de Donald Trump, qui a annoncé la sortie des accords de Paris…

Cette partie, qui nous montre les coulisses de la COP21, est sans doute la plus intéressante du film, d’autant plus qu’elle est émaillée d’entretiens aussi rares qu’importants, qui se déroulent généralement à huit clos, et que nous avons ici la chance de découvrir. L’occasion de mieux comprendre les rouages de ces négociations essentielles et de l’importance de ce sommet environnemental.

Le danger s’intensifie

image jon shenk bonni cohen une suite qui dérange

Mais qu’en est-il de la planète ?  Le constat est clair : le danger s’intensifie. Depuis le début des années 2000, nous avons vécu les années les plus chaudes jamais enregistrées,et les conséquences se font grandement sentir, à commencer par l’Arctique, où de nouveaux phénomènes se produisent à cause de la fonte des glaces. Des rivières se forment sur la glace, entraînant des trous dans le Pôle Nord, mais aussi des détachement d’icebergs… Un constat d’autant plus alarmant que ce phénomène provoque la montée du niveau des océans et entraîne de grosses inondations. Quant au réchauffements des océans, il crée des ouragans beaucoup plus puissants qu’auparavant. Ces propos sont d’une cruelle actualité à l’heure où les ouragans Irma et Maria entraînent d’importants ravages aussi bien matériels qu’humains… Les zones de sécheresses sont par ailleurs en augmentation — créant ainsi des feux de forêts dans les zones boisées —et plus particulièrement en Afrique et Moyen-Orient, où les populations sont en grand danger. Toujours aussi précis, le documentaire évoque aussi de nouveaux phénomènes, comme les « pluies bombes » qui font leur apparition.

Oui, la Terre se déchaîne et cela n’ira pas en s’améliorant, semble nous dire Une suite qui dérange. On parle déjà de créer une classe 6 pour les ouragans… Il y a donc urgence à agir. Nous en avons les moyens, mais les lobbies et les politiciens, très « forts » dès qu’il s’agit de faire preuve de climato-sceptisme, représentent un frein. Si le documentaire est bien moins centré autour de la « prévention » qu’Une vérité qui dérange, ce sont plutôt les conséquences qui sont mises en avant ici. Une  façon de tirer la sonnette d’alarme et de mettre les chefs d’État face à leurs responsabilités. En ce sens, on peut clairement parler d’oeuvre militante.

Une mise à jour indispensable

image al gore une suite qui dérange le temps de l action

Si l’ensemble est prenant d’un bout à l’autre grâce à un rythme savamment géré, on regrettera tout de même quelques faiblesses dans la forme. Le montage, parfois un peu maladroit, a tendance à rendre la chronologie confuse et pourra par moments perdre le spectateur.

Cependant, si l’on excepte cette réserve, sur le fond, Une suite qui dérange – Le temps de l’action apparaît comme une mise à jour indispensable. Dix ans après, Al Gore dresse un constat douloureux mais nécessaire. L’aspect positif des progrès technologiques et des victoires remportées est bien présent, mais le combat continue pour sauver l’environnement, en proie à des dangers croissants et d’inquiétants dérèglements.

Guillaume Creis

Guillaume Creis

Adore le cinéma en général , que ce soit lesgros blockbusters ou les plus petits films .les séries TVet les jeux vidéo.
Guillaume Creis
7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *