[Test – Playstation 4] The Surge A Walk in the Park : un DLC attractif

Caractéristiques

    • Playstation 4
    • Ordinateur/PC
    • Xbox One
  • Développeur : Deck 13 Interactive
  • Editeur : Focus Home Interactive
  • Date de sortie : 5 décembre 2017
  • Acheter : Cliquez ici

Une extension qui ne s’endort pas sur ses lauriers

image test the surge a walk in the park

Sorti en été 2017, The Surge a su créer une bien jolie surprise, le titre retrouvant dans notre top 2017. Le jeu, développé par Deck 13 Interactive, édité par Focus, se présentait comme une alternative viable à Dark Souls, avec un univers travaillé et un gameplay qui savait aussi prendre ses distances avec la licence de From Software. Quelques mois plus tard, en plein rush de Noël, voilà que le soft a accueilli une première extension, intitulée A Walk in the Park. Alors, on a enfilé notre plus beau (et résistant) exosquelette, afin de replonger dans un jeu toujours aussi efficace.

The Surge : A Walk in the Park n’a rien d’une promenade de santé, qu’on se le dise. Ce DLC se justifie aisément, tout d’abord de manière superficielle. Il est vrai qu’un nouvel environnement, au sein d’un ensemble de décors qui peinait à se renouveler, c’est plutôt bienvenu. D’ailleurs, autant le signifier de suite : la technique reste celle du jeu d’origine. Le parc d’attraction, destiné aux employés de la société Creo, est plutôt bien détaillé, même si certaines textures sont un peu sommaires. Mais la direction artistique, très fignolée, ainsi que les bons effets de lumière, nous font oublier les imperfections et toussotements de la console.

Une nouvelle zone qui confirme le très bon level design du jeu

image park the surge a walk in the park

Après avoir repris contact avec le jeu, The Surge : A Walk in the Park se (re)dévoile côté gameplay. On est toujours aussi satisfait du système de localisation des dégâts, qui donne au joueur la possibilité de mieux comprendre et aborder les combats. Ceux-ci ne différent pas dans cette extension, par contre c’est le level design qui apporte une véritable nouveauté. Le parc Creo World est l’occasion, pour Deck 13, d’élargir les couloirs. Sans non plus résulter sur un monde ouvert à la Dead Rising 4, le jeu propose une zone assez immense pour créer une véritable différence, au point que l’on vit cette portion comme une certaine respiration. Les raccourcis, endroits cachés, sont toujours de la partie, et les récompenses pour les farfouilleurs aussi.

L’autre nouveauté de The Surge : A Walk in the Park, elle se situe du côté des armes et armures. Pas mal de contenu à dénicher, et aucun provoque un quelconque déséquilibre. On le sait, les extensions sont parfois l’occasion, pour les développeurs, d’accorder des armes trop puissantes, par souci de fausse gratitude envers les clients, ce qui provoque parfois une fracture dans l’expérience. Ici, ce n’est pas le cas. Mieux, sachez que, si vous débuterez le jeu à l’occasion de cette portion supplémentaire, vous trouverez de quoi mieux aborder certains niveaux, mais pas de sorte à chambouler l’approche. D’ailleurs, sachez que vous pourrez accéder à Creo World par deux entrées : une située en début de cheminement (au début du second secteur), tandis que l’autre s’ouvrira à vous bien après.

Note : 15/20

Si le contenu proposé par The Surge : A Walk in the Park se doit de retenir toute votre attention, on ne peut passer à côté du seul et unique boss. C’est peu, et dommage car Deck 13 confirme ses bonnes idées dans ces combats pour le moins acharnés. Aussi, on aurait apprécié plus de diversité dans les nouveaux ennemis. Est-ce pour autant qu’il faut penser que les développeurs ont pris cette extension, côté univers, par-dessus la jambe ? Non, certainement pas ! Les pérégrinations dans Creo World sont l’occasion d’en apprendre un peu plus sur Waren, notre avatar, et l’entreprise qui l’emploie. Rien qui bouleversera le récit, mais assez de détails pour que l’on sorte de cette expérience, longue de cinq grosses heures de jeu (pour les plus costauds d’entre vous), avec la juste impression d’avoir aimé cet impitoyable détour.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *