[Test] Secret Of Mana : un remake fidèle au hit original

Caractéristiques

    • Playstation 4
    • Playstation Vita
  • Développeur : Square Enix
  • Editeur : Square Enix
  • Date de sortie : 15 février 2018
  • Acheter : Cliquez ici

Un Action-RPG toujours mémorable

image histoire secret of mana
Prêt pour (ré)embarquer dans une histoire légendaire ?

Ah, Secret Of Mana ! Là, on touche au sacré, à l’éternel, au summum du jeu-doudou que personne ne peut toucher ! Il faut dire que votre humble serviteur en aura passé, des heures, sur ce chef-d’œuvre de la Super Nintendo. Les raisons de ce succès populaire intense, notamment en Occident, sont nombreuses. Tout d’abord, celui qui était en fait le second opus d’une licence intitulée Seiken Densetsu (dont le premier n’était autre que Mystic Quest sur Game Boy, allez comprendre !) s’avérait un excellent Action-RPG, vaste et bien écrit. Ensuite, il faut comprendre que l’Europe était, au début des années 1990, privée de jeux de rôle à la japonaise : Final Fantasy et Dragon Quest, pour ne citer que les plus représentatifs, n’était connus que par celles et ceux qui lisaient (et relisaient) Player One et autres magazines spécialisés. Alors, quand le titre débarqua sous nos latitudes, tout en français (plus ou moins correct) et accompagné d’une soluce fantasmagorique, imaginez à quel point c’était la fête !

Sachant à quel point Secret Of Mana possède une renommée internationale, l’éditeur Square Enix ose sortir un remake. Une entreprise très risquée, tant la fanbase de ce jeu peut paraître très peu ouverte à la représentation autre de souvenirs datant d’il y a vingt-cinq ans. Les hurlements d’Internet n’ont pas tardé, et l’annonce du titre fut accompagnée d’une véritable vague d’avis aussi scandalisés que peu informés : si le design est effectivement un peu rebutant au premier abord, il faut toujours attendre de faire face au jeu terminé, et surtout à du gameplay, avant de juger. Après avoir replongé dans cet univers fantaisiste, et parcouru l’entièreté du monde jusqu’au Démo Mana, on peut affirmer que ce remake n’était pas injustifié, et plus intéressant, formellement parlant, qu’il n’y paraît.

Une histoire toujours aussi charmante

image secret of mana hd
Vous reconnaîtrez les environnements dès le premier coup d’œil.

Se lancer dans Secret Of Mana, c’est se rappeler à quel point le RPG japonais d’antan savait créer des problématiques passionnantes à partir de récits simples mais profonds. Oubliez les complications de Final Fantasy 13, ici vous jouez Randy, jeune garçon qui, au cours de pérégrinations avec deux autres personnages (et pas spécialement des amis), va tomber d’un pont improvisé. Quand il se relève, notre avatar doit suivre un passage inconnu, afin de rentrer au village Potos. Seulement, en chemin, il libère une lame de son rocher (ce qui a rappelé bien de bons souvenirs, à l’époque, chez celles et ceux qui ont joué à Zelda : A Link To The Past, qui s’appuyait lui-même sur l’imagerie éternelle d’Excalibur) afin de couper des hautes herbes. Seulement, cette arme n’est pas une simple breloque : il s’agit de l’épée Mana. Et si Randy a pu la délivrer, c’est parce que la magie Mana décline, et les monstres en profitent pour se faire plus présents. Après s’être débarrassé d’un ennemi coriace, le jeune garçon est banni de son village, ce qui sonne le début d’une très grande aventure.

Si la narration du Secret Of Mana original était limpide et plus que digne de ce qui se faisait à l’époque, rejouer à la version Super Nintendo c’est aussi se rendre compte à quel point nos attentes ont évolué. Square Enix en est conscient, et propose quelques modifications, légères mais efficaces. Tout d’abord, une grande quantité des dialogues est doublée, en japonais ou en anglais. Au passage, on ne peut que vous conseiller d’opter pour la première solution. Tandis que les répliques courtes sont accompagnés de quelques mots. Mine de rien, ça ajoute un certain dynamisme, surtout si vous êtes du genre à adresser la parole à absolument tout le monde. Ensuite, on a droit à des cutscenes, ce qui change aussi la donne et rend le tout plus actuel. L’introduction, par exemple, se fait beaucoup plus percutante, du moins aujourd’hui. Aussi, on remarque des dialogues ajoutés, notamment lors des passages à la case taverne, anecdotiques mais apportant tout de même de la matière aux relations entre les trois personnages. Enfin, on est heureux que la traduction française soit celle qui a accompagné la sortie sur smartphones, tant elle est supérieure à l’originale, pas dénuée de charme mais parfois tellement étrange qu’elle sortait le joueur de son trip.

Garder les sensations d’antan

image test ps4 secret of mana
La hitbox des ennemis a été légèrement perfectionnée.

Secret Of Mana version remake, c’est aussi une confirmation : le grand jeu d’origine est très respecté. Dès lors, il était difficile de placer le curseur de la refonte du gameplay. Fallait-il tout changer, risquer de se prendre de plein fouet les adorateurs de l’original, et se passer de l’utilité de passation culturelle ? Ou tout revoir, remettre au goût du jour, se prendre les mêmes fanboys énervés en pleine tronche, et perdre en valeur historique ? Square Enix a clairement choisi la première voie, et l’on en apprécie le courage. Oui, se balader dans cette roue-menu est toujours compliqué à prendre en main, pas toujours pratique. Mais on s’y fait largement, et au final on est heureux de retrouver les sensations d’antan, jusque dans les quelques défauts que cela implique. Par contre, on est un peu moins compréhensif pour les raccourcis, au nombre de deux (L1 et R1), alors que trois autres boutons (L2, R2 et le pavé tactile) ne servent à rien. Un peu énervant, surtout pour l’utilisation des magies, toujours aussi lourde à la longue. Plus sympathique, signalons un petit journal de bord et un carnet rassemblant le bestiaire, les personnages rencontré et les différentes armes obtenues.

Rappelons que Secret Of Mana est un Action-RPG, donc les combats se contrôlent en temps réel. Ce qui ne signifie pas qu’il faut frapper comme un bourrin ! Une jauge de stamina, toujours très efficace tant elle est équilibrée dans son temps de recharge, vous force à prendre un certain rythme, du moins si vous voulez taper fort. Globalement, ce remake est bien plus agréable à jouer qu’en 1994, cela ne fait aucun doute. On peut augmenter la limite des objets embarqués (en passant d’un minimum de quatre, à un maximum de douze), vérifier où en est l’évolution des armes et des magies par le biais de menus dédiés et précis, le challenge a été rééquilibré (les ennemis sont un peu plus retors, et certains boss cessent d’être de véritables murs de difficulté), les hitbox sont un chouïa plus précises. Par contre, le pathfinding des deux personnages contrôlés par l’intelligence artificielle connait beaucoup de ratés. Enfin, on aurait apprécié un système de sauvegarde à l’emporte-pièce, en plus de l’arrivée des salvatrices saves automatiques, et l’apport de la mini-map, peut-être un peu trop imposante, s’avère au final assez anecdotique.

Une technique très clivante

image test secret of mana remake
La direction artistique passe bien mieux ingame.

C’est du côté de la technique que ce remake de Secret Of Mana va véritablement cliver, et sûrement comme jamais. Avant d’aborder la direction artistique, il faut pourtant affirmer que le jeu est beaucoup moins victime de bugs qu’auparavant. Vous vous souvenez, quand Randy secouait un coffre, dont l’animation se déclenchait quelques mètre derrière lui ? C’est ici terminé. Aussi, et heureusement, le framerate se fait constant tout du long, ce qui fait oublier les ralentissements parfois bien marqués de l’original. Enfin, pour l’avoir testé sur un écran 4K (on a des potes biens), il faut dire que le rendu sait se faire parfois assez prodigieux, du point de vue de la fluidité, et de la précision des couleurs, des contrastes.

Par contre, on ne peut pas louper cette direction artistique effectivement problématique, du moins dans les cutscenes. Secret Of Mana peut être revisité, on ne fait pas partie de la horde de gardiens du Temple devenus aussi sclérosés que les jeux qu’ils adulent. Par contre, l’absence d’animations faciales ne joue clairement pas en la faveur de ce remake, ni la tignasse exagérée de Randy. Tout cela passe bien mieux pendant la très grande majorité du jeu : le gameplay et l’histoire se chargent de justifier cet aspect parfois pétillant. Mais cela retire un peu du côté épique qui aurait pu accompagner ces séquences non-jouées. Aussi, quelques redesigns d’ennemis, voire de personnages (les hommes-canons…) ne sont pas du meilleur goût. Enfin, difficile d’apprécier les réorchestrations des thèmes musicaux, du moins en partie. Mais est-ce la faute de cette sortie, ou celle de la bande originale d’origine, signée Hiroki Kikuta, pas toujours de qualité ? Cela, ce sera à vous de le juger.

Note : 15/20

Malgré des imperfections techniques, ce remake de Secret Of Mana nous a charmé. Grâce à une volonté sans failles de la part de Square Enix, cette version fait le choix du respect fondamental, mais de la refonte formelle. Cela fonctionne en partie, bien assez pour que les joueurs nostalgiques (et non bornés, ce qui n’est pas courant) puissent prendre leur pied plus que de raison, mais le résultat aurait pu se faire encore plus convaincant. On pense notamment à cette incroyable absence d’animations faciales, ainsi que le choix de limiter les raccourcis à deux touches. Au-delà de ces retenues, l’aventure est toujours aussi mémorable, l’univers gagne en profondeur grâce à des ajouts côté narration, et la traduction française est bien meilleure qu’en 1994. La magie opère si bien qu’on est (re)parti, la fleur à la bouche, pour une grosse quarantaine d’heures de jeux.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *