[Test – DVD] Thelma — Joachim Trier

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Joachim Trier
  • Avec : Eili Harboe, Kaya Wilkins, Ellen Dorrit Petersen, Henrik Rafaelsen...
  • Editeur : Le Pacte
  • Date de sortie Blu-Ray : 4 avril 2018
  • Date de sortie originale en salles : 22 novembre 2017
  • Durée : 1h51
  • Acheter : Cliquez ici

Image : 4/5

Le master DVD est très propre, avec d’excellents contrastes et un joli travail sur les noirs et la colorimétrie aux tons froids. Les ambiances glaçantes de Thelma et le travail du chef op’ Jakob Ihre sont parfaitement rendus. Bonne définition dans l’ensemble, même si l’on notera un léger scintillement pour les scènes dans la neige sur un téléviseur numérique grand format.

Son : 4/5

Le film de Joachim Trier est proposé en version originale norvégienne sous-titrée en français et en VF. Une audio-description et des sous-titres pour les sourds et malentendants sont également disponibles. La piste V.O. en Dolby Digital 5. 1 est bien équilibrée entre dialogues, bruits d’ambiance et musique. La piste VF est légèrement plus haute, comme cela est généralement le cas pour les versions doublées, avec un peu moins de relief.

Bonus : 1,5/5

  • Making of : 6 modules (6′)
  • Galerie de projets d’affiches
  • Bande-annonce

Pas grand chose à se mettre sous la dent sur cette galette : tout juste quelques extraits du tournage de scènes-clés montés en parallèle avec les images finales et une bande-annonce. Le film de Joachim Trier aurait pourtant mérité un making-of plus conséquent avec des commentaires de l’équipe, ou un bonus consacré aux influences du réalisateur et sa conception du fantastique…

Synopsis

Thelma, une jeune et timide étudiante, vient de quitter la maison de ses très dévots parents, située sur la côte ouest de Norvège, pour aller étudier dans une université d’Oslo. Là, elle se sent irrésistiblement et secrètement attirée par la très belle Anja. Tout semble se passer plutôt bien mais elle fait un jour à la bibliothèque une crise d’épilepsie d’une violence inouïe. Peu à peu, Thelma se sent submergée par l’intensité de ses sentiments pour Anja, qu’elle n’ose avouer – pas même à elle-même, et devient la proie de crises de plus en plus fréquentes et paroxystiques. Il devient bientôt évident que ces attaques sont en réalité le symptôme de facultés surnaturelles et dangereuses. Thelma se retrouve alors confrontée à son passé, lourd des tragiques implications de ces pouvoirs…

image eili harboe film thelma joachim trier
© Le Pacte

Le film

Retrouvez notre critique de Thelma ici.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *