[Test] Blacksea Odyssey : pas toujours passionnant

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Ordinateur/PC
  • Développeur : Blacksea Odyssey
  • Editeur : Digerati
  • Date de sortie : 10 juillet 2018
  • Acheter : Cliquez ici

Un jeu indépendant qui tente l’originalité

image blacksea odyssey
Certains boss sont très, mais très coriaces.

La scène indépendante ne recule devant aucun défi, dans le but de trouver la prochaine mode. Voilà une bien belle intention, tant on fait partie de ces joueurs qui regrettent une sorte de confort, chez les mastodontes de l’édition vidéoludique. Le Battle Royal cartonne ? On en voit des dizaines arriver. Les mondes ouverts ont la côte ? Les bacs des revendeurs se remplissent de ce genre de soft. Alors, le jeu indépendant fait un peu figure de respiration, même si elle aussi a tendance à se trouver des ficelles, et à en jouer plus que de raison (ah, les innombrables Metroidvania). Ce n’est pas trop le cas de Blacksea Odyssey, qui est autant le titre du jeu que le studio en charge du développement, dont les particularités du gameplay tentent d’apporter de l’originalité.

Autant vous prévenir de suite : vous ne jouerez pas à Blacksea Odyssey pour la profondeur de son histoire. Mais tout de même, celle-ci est présente, et on peut même compter sur un univers un minimum approfondi. Tous les dix ans, les plus grands chasseurs de l’espace intersidéral se réunissent. Non pas pour participer au Kumite, mais pour participer à une compétition légendaire, qui donne son titre au jeu ici testé. Attirés par le goût du risque, et surtout la probabilité de repartir avec la navette pleine de trésors, ces solides gaillards vont devoir se dépasser. Et peut-être même faire face au Titan des étoiles, créature gigantesque capable d’agir sur les trous noirs. Sachez, aussi, qu’entre les runs vous pourrez lire quelques dialogues entre les challengers, pas toujours très intéressants, mais cela donne une certaine impression de vie, pas désagréable.

Parfois très (trop) difficile

image jeu blacksea odyssey
L’écran peut parfois se remplir d’ennemis.

Blacksea Odyssey peut-être résumé ainsi : une base de Rogue-like, sur laquelle des éléments de shoot, et de pêche viennent se greffer. Que les fans de Sega Bass Fishing, ces gens de bon goût, se calment de suite : on ne parle pas de gameplay typique de la dernière pratique, mais d’un esprit qui s’en rapproche. Le joueur dirige un vaisseau, en vue top down, dans des niveaux assez vastes, dans lesquels des ennemis pullulent. Pour les prendre en chasse, il va d’abord falloir les repérer, d’où la présence d’une carte assez précise. Les ennemis varient pas mal, on va du menu fretin au gros gibier bien costaud, qui représentera un danger d’autant plus mortel. Le but est de tous les zigouiller, afin d’obtenir de la monnaie, ou des clés pour ouvrir des coffre, et d’améliorer aussi bien l’arsenal que le vaisseau. Et plus on passe des arènes, plus l’opposition est puissante, et plus les trésors se font nombreux et clinquants.

La particularité de Blacksea Odyssey provient de son harpon. Vous pourrez le planter dans votre cible, et ainsi rester en contact quand vous l’arroserez de vos munitions. C’est là ce qui rapproche le jeu de la pêche, et ce n’est pas un simple gadget. Le soft est dur, parfois très, très dur, et cette manière d’aborder l’ennemi permet de minimiser les pertes. Autre passage obligé : la gestion des runes. Vous en récupérerez dans les coffres, et elles seront aussi importantes que les upgrades entre les arènes. N’espérez même pas tenir plus de cinq secondes contre l’un des boss, si vous n’avez pas perfectionné votre attirail. D’ailleurs, le challenge peut parfois être rebutant, voire carrément décourageant. Les derniers boss figurent parmi les plus hardcores qu’on ait rencontré jusqu’ici. Enfin, techniquement le jeu n’est pas de première fraîcheur. Les décors (destructibles) sont minimalistes, et se répètent à l’envie. Heureusement, le tout reste très fluide, ce qui est primordial tant le soft joue sur la vitesse. Pour être complet, la musique, signée Earl Divinigracia aurait gagné à proposer plus de thèmes : on les compte sur les doigts d’une main…

Note : 12/20

Loin d’être un mauvais jeu, Blacksea Odyssey est un mélange de top down shooter et de Rogue-like qui pourra intéresser celles et ceux qui recherchent des concepts un peu originaux. Malheureusement, la difficulté est parfois trop marquée, notamment du côté des boss. Quant aux décors et musiques, ils sont trop peu nombreux pour éviter que l’ennui ne pointe le bout de son harpon. Dommage, car l’idée est là, et ne demande qu’à être creusée.

6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *