[Test] Aces of the Luftware Squadron Extended Edition : un bon petit shmup

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Xbox One
    • Nintendo Switch
  • Développeur : HandyGames
  • Editeur : THQ Nordic
  • Date de sortie : 26 février 2019
  • Acheter : Cliquez ici

Un shoot’em up plutôt sympathique

image aces of the luftwaffe
L’action remplie parfois l’écran.

Non, le shoot’em up, ou shmup pour les intimes, n’est pas mort ! S’il est loin, le temps des R-Type, Gradius et autres Axelay, leur souvenir est toujours aussi vivace chez les joueurs qui ont connu l’âge d’or de ce style de jeu si passionnant. Aujourd’hui, la production s’est très largement réduite, et les fans sont aux aguets du moindre soft signé Cave, ou se refont Ikaruga en boucle (et ils ont bien raison !). Clairement, le genre s’accompagne d’une certaine nostalgie, même si certains studios tentent encore leur chance. C’est le cas de HandyGames qui, édité par THQ Nordic (Rad Rodgers Radical EditionThe Raven Remastered), nous livre Aces of the Luftware Squadron Extended Edition.

Aces of the Luftware Squadron Extended Edition inclus deux campagnes : l’originale, dédiée au camp des américains, et la toute nouvelle campagne qui suit les péripéties de quelques Nebelgeschwader, aviateurs du camp nazi. Et ces deux contenus peuvent compter sur un scénario certes très léger, mais tout de même présent. Il y est question d’invasion sur le territoire des américains, mais aussi de personnages hauts en couleurs. L’ambiance se veut plutôt comique, un ton que l’on retrouve notamment chez certains boss. On peut, ainsi, féliciter HandyGames pour ne pas avoir pris l’écriture par-dessus la jambe, et ce même si le gameplay reste le principal intérêt du soft. Signalons ici que les sous-titres sont traduits dans un français de qualité, et c’est une très bonne chose.

Aces of the Luftware Squadron Extended Edition s’appuie sur un jeu qui fut, tout d’abord, destiné aux mobiles. Ce fait a pu nous mettre la puce à l’oreille, et distiller en nous le doute. Si l’ensemble n’est pas d’une grande profondeur, il faut tout de même souligner que HandyGames a pris très au sérieux la tâche d’adaptation de son titre à la jouabilité manette. Les ayatollahs du shmup pourront peut-être remarquer une hitbox de l’avatar un peu large, ou quelques désagréments liés à la gestion des coéquipiers, mais dans l’ensemble c’est plaisant à prendre en mains. On fait face à un shoot’em up à défilement vertical. On doit évidemment tirer, mais aussi utiliser une arme secondaire (en passant de l’une à l’autre grâce aux gâchettes) qui se recharge lentement, après utilisation. On récupère des améliorations, mais aussi des médailles, lesquelles apportent de l’expérience en fin de level. Et chaque niveau gagné est l’occasion de remporter un point, à dépenser dans l’un des quatre arbres de compétence.

Les alliés, l’originalité du titre

image gameplay aces of the luftwaffe
La nouvelle campagne embarque aussi de nouveaux boss.

Là où Aces of the Luftware Squadron Extended Edition tente surtout d’apporter beaucoup de satisfaction au joueur, de le faire progresser en même temps que son avion. Dans l’esprit, c’est intéressant, et ça l’est aussi à l’écran. On a droit aussi à des missions secondaires, en cours de niveau, comme récupérer des survivants au sol, ou la protection d’un vaisseau allié. Là aussi, remplir ces quêtes améliorera votre rendement. Jusqu’ici, c’est plutôt classique. La petite dose d’originalité vient de la présence d’alliés, autour de notre avion. Ils sont au nombre de trois, et possèdent leurs propres particularités… mais aussi un caractère bien trempé. Parfois, au cours d’un niveau, l’un d’entre eux va être atteint d’un mal, et il faudra le supporter, en connaissance des spécificités provoquées. Par exemple, l’un d’eux peut rentrer dans une rage folle, tirant à la volée et se déplaçant si brusquement que tout impact avec lui peut être fatal. Un autre s’endort en pleine mission, il faudra alors défendre l’engin. De quoi rajouter du piment à des niveaux qui, il est vrai, manquent un peu d’originalité. Mis à part ceux nous imposant d’éviter les radars ennemis mais, ici, quelques soucis de hitbox transforment l’essai en passages un peu énervants.

La campagne réservée aux Nebelgeschwader joue avec cette base, ne la bouscule pas. On ne pourra pas dire qu’il s’agit d’un calque, ce serait injustifié, mais d’une prolongation du petit plaisir qu’on prend. Aces of the Luftware Squadron Extended Edition ne révolutionne jamais son genre, mais apporte du fun, et une certaine décontraction, du moins dans les deux premiers modes de difficulté (un troisième, hyper chaud, est à débloquer). On pourra même prendre goût à se relancer dans certains niveaux, histoire de grinder un peu. Aussi, ils abritent parfois des coffres secrets, ou même des avions à remporter en lootant certains boss. La durée de vie, elle, est plutôt bonne pour un shoot’em up : cinq mondes, proposant chacun cinq missions. Et ce pour les deux campagnes. Ajoutons un mode coop à quatre, uniquement en local, un peu fouillis mais rigolo.

Côté technique, Aces of the Luftware Squadron Extended Edition assure une bonne fluidité. Pas de traces de ralentissements, et c’est important. Les sols font un peu pauvres par contre, pas assez détaillés. Aussi, les ennemis manquent de diversité, mais ce n’est pas trop handicapant. Par contre, on n’apprécie pas spécialement le choix de montrer les adversaires s’écraser au sol, dans une animation certes efficace mais qui peut prêter à confusion. Dans un shoot’em upp, on doit comprendre de suite que l’opposant est battu, car l’écran se remplit vite. Certes, on n’est pas dans un danmaku, mais tout de même : un ennemi abattu doit disparaitre au plus vite de l’écran. À part cette retenue, les effet pyrotechniques sont de bonne qualité, et on apprécie quand ça explose de partout, parfois au détriment de la lisibilité, mais pour mieux gâter le spectacle.

Note : 13/20

Si l’on n’est jamais contre la découverte d’un nouveau shoot’em up, force est de constater qu’on ne partait pas gagnant avec Aces of the Luftware Squadron Extended Edition, un peu apeuré par ses racines de jeu mobile. Et pourtant, HandyGames parvient à livrer un soft certes loin des plus illustres du genre, mais tout de même assez fun pour retenir l’attention. Avec sa mécanique d’avions alliés, mais aussi grâce à une bonne durée de vie, le soft peut être recommandé à un large public, même si les pros du pad pourront savourer un troisième mode de difficulté qui leur est particulièrement dédié. Un bon petit shmup, donc.

6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *