[Test] Redeemer Enhanced Edition : du bon skill mais trop court

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Xbox One
    • Nintendo Switch
    • PC
  • Développeur : Soboka Studio
  • Editeur : Ravenscourt
  • Date de sortie : 19 juillet 2019
  • Acheter : Cliquez ici

Un bon petit défouloir

image test redeemer enhanced edition
En voilà un qui va faire le grand plongeon.

Il y a de fortes chances pour que le titre « Redeemer » ne vous rappelle pas grand chose. Sorti en catimini, au cœur d’un été 2017 un chouïa moins suffoquant que celui qu’on doit supporter aujourd’hui, le soft de Sobaka Studio avait tout de même reçu quelques critiques positives. Mais aussi d’autres, plus négatives, qui pointaient du doigt quelques manquements notamment d’ordre technique, avec un framerate toussotant. Deux ans plus tard, le titre re-débarque dans une version Enhanced, non seulement sur PC mais aussi sur consoles, cette fois-ci édité chez Ravenscourt (KonaGoat Simulator : The Bundle), et distribué par Koch Media.

Redeemer Enhanced Edition, s’il sera pas le jeu de l’année, a tout de même quelques qualités à faire valoir. L’une d’entre elles est son enrobage scénaristique. Le joueur est projeté dans la peau de Vasily, un ancien agent d’élite, passé à deux doigt de devenir une souris de laboratoire pour le compte d’un fabricant d’armes cybernétiques. Pas très en phase avec cet avenir pour le moins flippant, notre héros va parvenir à s’échapper, puis à partir s’isoler du monde. Pendant vingt longues années, il trouve la paix intérieure, dans un monastère. Une quiétude qui sera brisée par une horde de mercenaires, qui tuent tous les bonzes, et vont devoir faire face à une véritable bête humaine : vous. On trouve donc un récit au niveau d’un film d’action des années 1990, développé dans des cutscenes jamais envahissante, entre deux niveaux. Tout ça n’est pas du tout pour nous déplaire.

Bon, la parlote ça va un moment : il faut buter du mercenaire. Redeemer Enhanced Edition se joue comme un beat’em all en vue top down, un concept fort simple et bourré de possibilités en terme de gameplay. Les déplacements se font avec fluidité, le stick droit sert à viser quand on a un flingue, et Vasily administre des coups rapides, et d’autres forts. Tout comme il sait contrer. Voilà qui construit une approche très corps-à-corps, d’autant plus que les développeurs de Soboka Studio ont ajouté un gain d’expérience. C’est, sans conteste, la plus grosse, et la plus plaisante nouveauté de cette version. Du coup, une montée en puissance de l’avatar est à prévoir, avec des capacités à débloquer, au nombre de cinquante. Celles-ci ne sont évidemment pas à sous-évaluer, tant elles vous faciliteront la vie sur la fin du court cheminement, on y reviendra plus bas. Précisons que c’est surtout votre potentiel d’attaque qui sera bonifié, le jeu cherchant à ne pas que vous vous sentiez trop Gros Bill non plus, histoire de vous forcer à contrer, et à progresser dans votre skill.

Un nouveau système d’évolution assez efficace

image gameplay redeemer enhanced edition
Vasily se lance parfois dans des élimination barbares.

Redeemer Enhanced Edition surprend par l’énergie qui s’en dégage. Le résultat, à l’écran, est parfois bien brutal, avec ce qu’il faut de mise en scène, ingame, de la puissance de Vasily. Les impacts font mouche, et l’on apprécie grandement la volonté de nous faire utiliser les environnements. Un pont ? Bien, vous allez faire voltiger ces fichus mercenaires. Un broyeur ? Si vous vous débrouillez bien, ça risque d’être gore. L’autre élément à maitriser dès que possible, c’est le contre. Déclenché au bon moment, il permet une élimination directe. Si l’on peut s’en passer dans le premier niveau, vous comprendrez très vite qu’elle devient fichtrement indispensable quand les vagues d’ennemis gagnent en intensité, ce qui ne va pas tarder. Signalons aussi la possibilité d’éliminer les adversaires en silence, en se faufilant derrière eux. Une drôle d’idée, tant on ne s’est jamais vraiment pris d’envie de la jouer finaude. Enfin, votre avatar peut, grâce à son passé de soldat d’élite, utiliser les armes qu’il ne manquera de récupérer ici ou là, parfois même des mains de ses opposants. Les flingues, comme les armes blanches, ont une durabilité, indiquée par un pourcentage. On vous conseille de savourer chaque fusil plasma, dont l’efficacité est orgasmique.

Le tableau, positif donc, s’obscurcit un peu au moment d’aborder le contenu de Redeemer Enhanced Edition, et d’autres petites choses qui dénotent. Tout d’abord, l’ergonomie des menus n’est pas bonne. Le rendu s’avère trop surchargé, pour pas grand chose. Aussi, il y a un souci de difficulté, de courbe de celle-ci, et ce quelque soit le niveau de chalenge pour lequel vous aurez opté. En cause, les sidérantes vagues d’ennemis des deux derniers niveaux. Outre que les étirer de la sorte a de quoi ennuyer, en transformant le cheminement en succession d’arènes plus qu’en parcours, c’est surtout parfois très compliqué de s’en sortir sans compter sur un minimum de chance. Et c’est dommage, car même le skill ne viendra pas toujours vous sauver. Enfin, la durée de vie n’excède pas les sept heures, si vous jouer en mode intermédiaire. Les joueurs pourront tout de même y revenir à l’occasion d’une partie en multijoueur, en local. Là encore, c’est un nouveau contenu à applaudir.

Côté technique, ce n’est pas forcément une réussite. Qu’on s’entende bien : Redeemer Enhanced Edition n’est pas moche, par contre on sent que certains niveaux ont fait l’objet de plus d’attention que d’autres. Typiquement, le premier est très plaisant visuellement, le second beaucoup moins, puis ça redevient plus acceptable par la suite. C’est un peu disparate, donc, même si la direction artistique n’est pas horrible. Par contre, certaines textures bavent et, plus grave, le framerate chute à certaines occasions. Enfin, la partie sonore est bien dans le ton de l’histoire, et de l’ambiance violente. Les bruitages s’avèrent un peu grossiers, mais cela convient tout à fait au trip proposé par le titre. Cela manque tout de même de thèmes musicaux directement reconnaissables, mais ce n’est pas handicapant.

Note : 13/20

Redeemer Enhanced Edition n’est pas un mauvais jeu, c’est même le genre de titre qui pourra satisfaire les amateurs de trips certes bourrins, mais aussi portés sur le skill. Avec son focus effectué sur les contres, et le bonheur que de voir éclater en morceau des adversaires qui, pourtant, vous mèneront la vie dure, le soft est parvenu à nous séduire assez pour ne pas tomber des mains. Par contre, le résultat n’est pas parfait. La durée de vie s’avère un peu décevante, la technique pas toujours au niveau, et la courbe de difficulté pète parfois les plombs. Pour peser dans la balance, on met un tout nouveau, et efficace, système de progression, lequel ajoute des capacités à débloquer, ainsi que du mutli en local. Pas le jeu de l’année, mais agréable.

0/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *