[Critique] Le Mystère des Pingouins : Une belle petite fable

Caractéristiques

  • Titre original : Penguin Highway
  • Réalisateur(s) : Hiroyasu Ishida
  • Distributeur : Wild Bunch Distribution
  • Genre : Animation
  • Nationalité : Japonais
  • Durée : 108 minutes
  • Date de sortie : 14 août 2019

Une belle petite histoire

Adaptation du roman japonais de science fantasy Penguin Highway, écrit par Tomihiko Morimi et publié en 2010, et premier long-métrage d’Hiroyasu Ishida et du studio Colorido, Le Mystère des Pingouins est-il une réussite ? Clairement, oui. Découvrons pourquoi…

Quand des pingouins apparaissent partout dans sa petite ville, semant au passage une joyeuse pagaille, le jeune Aoyama se dit qu’il y a là une enquête à mener. Ce studieux élève de CM1, accompagné de son meilleur ami, enrôle également sa rivale aux échecs et une énigmatique assistante dentaire pour percer le secret des pingouins. Mais ces petites bêtes ne sont que le premier signe d’une série d’événements extraordinaires. Commence alors pour le jeune garçon une aventure pleine de surprises…

Quand on parle de cinéma d’animation japonais, force est de constater qu’on pense surtout aux films du studio Ghibli qui, avec ses nombreuses œuvres cultes, a ouvert une nouvelle voie et surtout conquis un certain public.  Alors, quand un nouveau studio sort son tout premier long-métrage, la curiosité pointe. Côté scénario, nous sommes sur une enquête.

L’été arrive, Aoyama, neuf ans, est un élève studieux. Il a déjà prévu toute sa vie et même avec qui se marier. Il n’a pas vraiment de distraction mais se révèle très intelligent. Quand des pingouins apparaissent mystérieusement en ville, avec l’aide de deux amis, il mène l’enquête. Alors oui, pour ceux qui ont lu le roman, il n’y aura pas de surprise côté intrigue. Pour les adultes, on verra certains retournements de situations arriver.

Mais l’histoire tient la route. On est complètement pris dans une intrigue fantastique qui tient toutes ses promesses. On suit avec plaisir Aoyama et ses amis dans cette quête de réponses. Les différents personnages ont une bonne évolution et, comme l’histoire tient de la fable, chacun y trouvera son compte au final. Le Mystère des Pingouins est aussi très japonais. Logique me direz-vous. Nous somme dans une petite ville, sans nom, sans animation et tout sent la contemplation. Le temps semble s’être arrêté pour notre plus grand plaisir.

Une animation superbe

image Hiroyasu Ishida le mystères des pingouins

Côté animation, c’est un sans faute. Que ce soit le character design de Yōjirō Arai ou la réalisation de Hiroyasu Ishida, c’est superbe. On sent tout le soin qui a été apporté pour réaliser ce long-métrage. L’animation est extrêmement bien soignée, que ce soit au niveau des personnages ou des décors. Il y a même des CGI 3D qui s’incorporent parfaitement aux dessins 2D, ce qui est un petit exploit. Si le réalisateur conserve un style japonais traditionnel, on sent clairement que sur certains plans il a voulu essayer des choses, et le résultat paie. Alors oui, le style du film est assez contemplatif, ce qui n’est pas un problème en soi, mais, avec une durée d’1h48, le rythme aurait gagné en dynamisme avec cinq ou dix minutes de moins car quelques longueurs se font sentir en milieu de métrage. La composition musicale d’Umitarō Abe s’avère très belle et colle parfaitement au film.

Au final, Le Mystère des Pingouins n’a rien à envier à Hayao Miyazaki et au studio Ghibli. Nous avons là une belle petite fable estivale qui ravira les enfants à partir de huit ans, mais qui plaira aussi aux adultes. Avec l’hégémonie de Disney, il est bon de voir quelque chose de différent et ce long-métrage est clairement le film d’animation de l’été. Nous vous conseillons fortement de voir cette jolie réussite.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *