article coup de coeur

[Critique] Gangs of London : l’une des meilleures séries de l’année

Caractéristiques

  • Créé par : Gareth Evans et Matt Flannery
  • Avec : Joe Cole, Sope Dirisu, Lucian Msamati, Michelle Fairley, Mark Lewis Jones, Narges Rashidi...
  • Saison : Saison 1
  • Année(s) de diffusion : 2020
  • Chaîne originale : Sky Atlantic
  • Diffusion françaisee : A partir du 15 Novembre 2020 sur Starzplay

Une plongée au cœur de la mafia londonienne

Quand le réalisateur de The Raid 1 et 2 et du Bon Apôtre, Gareth Evans, crée une série avec Matt Flanery (son directeur de la photographie sur tous ses projets) sur la mafia londonienne, on se dit que cela doit valoir le coup de jeter un œil à celle-ci.

Gangs of London a été diffusée sur Sky Atlantic Outre Manche et n’a pas de diffusion française prévue à ce jour.  La série raconte l’histoire de Finn Wallace, le chef le plus puissant du crime organisé depuis 20 ans, faisant transiter des milliards de livres chaque année. Lorsqu’il est assassiné, son fils Sean Wallace est tout désigné pour prendre la relève, avec le soutien du clan Dumani. Ce passage de relais a d’importantes répercussions à l’échelle internationale. Entouré de nombreux rivaux, le jeune leader impulsif trouvera-t-il un précieux allié en la personne d’Elliot Finch, lequel porte un intérêt tout particulier à la famille Wallace ? Porté par sa destinée, Sean découvre les rouages internes de la plus grande organisation criminelle de Londres…

Alors, pari réussi ? Oui, très clairement. N’y allons pas par quatre chemins. Si vous avez vu le titre, alors vous savez déjà qu’il s’agit d’un coup de cœur pour votre humble serviteur. Côté scénario, nous avons là une plongée dans la mafia londonienne fascinante. Plusieurs gangs travaillent ensemble depuis des années et tout se déroule parfaitement jusqu’à ce que le chef de la famille qui gère plus ou moins tout est assassiné. Son fils va prendre la relève mais va chercher tout d’abord à se venger, au mépris des affaires, ce qui va engendrer un déferlement de violence au cours duquel le voile des illusions va tomber.

Chaque gang  voit ses intérêts et les conflits seront de mises. Tout d’abord, il faut féliciter le travail scénaristique pour le monde qui est créé durant le visionnage. Si nous reconnaissons le Londres que l’on connait, il est aussi et surtout montré le Londres moche et sale. Les deux univers coexistent parfaitement tellement ils sont étroitement liés. Aussi, la présentation des différents gangs et protagonistes se fait très facilement dés le 1er épisode, qui pose parfaitement les bases des différents arcs de la série.

Sean et Elliot, les deux personnages principaux, sont parfaitement approfondis. On sent qu’ils cachent toujours quelque chose et qu’ils ne dévoilent pas entièrement leur jeu. C’est le cas aussi des personnages secondaires.

D’ailleurs, il faut aussi préciser que si la série conserve les codes des films ou séries sur les mafias, elle en détourne certains pour notre plus grand plaisir. Ainsi, par exemple, le personnage de Marian Wallace, la veuve de Finn et mère de Sean, n’est pas du tout mise en retrait et participe activement à l’action, et plus particulièrement au cours d’un épisode qui saura agréablement surprendre le spectateur. Concernant les arcs des personnages et des intrigues, ceux-ci sont parfaitement exécutés et approfondis, jusqu’aux dernières secondes du générique du dernier épisode. Rares sont les séries avec des retournements aussi intelligents. Même si on en voit venir certains, d’autres surprennent complètement.

Une série parfaitement réalisée

image joe cole gangs of london

Côté réalisation, Gareth Evans a réalisé deux épisodes, Corin Hardy (La Nonne) quatre et le Français Xavier Gens (Frontière (s), Cold Skin, The Divide, Budapest) trois. Ces trois cinéastes apportent ici tout leur savoir faire. Evans nous gratifie de son savoir faire au niveau de l’action avec des fusillades et des combats extrêmement bien chorégraphiés et filmés. Hardy et Gens sont loin d’être mauvais aussi dans l’action, mais apportent surtout d’autres visions.  Ces trois visions réunies – pourtant bien différentes – se  complètent parfaitement. Il faut souligner leur excellent travail de mise en scène, mais aussi aborder le fait que cette série est violente. Très violente. Il y a du cassage d’os, des fusillades énormes (mention spéciale pour l’intégralité de l’épisode 5 pour ce cas), des têtes qui explosent, etc. C’est parfois gore, voire à la limite de l’absurde. Mais, autant dans l’action que dans les moments de mise en place des intrigues ou encore le gore, on prend clairement son pied.

Côté casting, on ne peut pas parler de tout le monde tellement il y a foule de personnages. Joe Cole (la série Peaky Blinders, Green Room) est excellent dans le rôle de Sean Wallace. On sent, au travers de son interprétation, qu’il peut être aussi calme qu’explosif ou être davantage dans la retenue émotionnelle. Sope Dirisu est aussi très bon dans le rôle d’Elliot. Que ce soit dans l’émotion ou dans les scènes d’action, il assure. Lucian Msamati apporte son savoir faire et se montre toujours très carré dans son interprétation d’Ed Dumani. Enfin, Michelle Fairley (Game of Thrones) est excellente dans le rôle de Marian Wallace. Elle nous offre quelques surprises avec son personnage.

Au final, Gangs of London est une série parfaitement écrite, réalisée et interprétée. Les fans du genre et d’action seront aux anges. On espère très clairement une saison 2 et, si cela se concrétise, on espère qu’elle sera au moins du même niveau que cette merveilleuse première saison. En tout cas, il est très clair qu’il s’agit là de l’une des meilleures séries de l’année.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *