[Critique] Mulan : Une bonne adaptation de la légende

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Niki Caro
  • Avec : Yifei Liu, Donnie Yen, Jet Li, Jason Scott Lee, Gong Li, Yoson An...
  • Distributeur : The Walt Disney Company France
  • Genre : Aventure, Famille, Fantastique
  • Nationalité : Américain
  • Durée : 115 minutes
  • Date de sortie : 4 Décembre 2020 sur Disney +

Quand Disney raconte une légende chinoise

Nouvelle version live d’un animé de Disney, Mulan a la particularité d’être l’adaptation d’une  légende chinoise. Pour cette version live, le studio a décidé de ne pas mettre de chansons, d’avoir un casting exclusivement chinois et de coller le plus possible à la légende de Mulan – sûrement pour conquérir le marché chinois. Est-ce que cela sera suffisant ?

Lorsque l’Empereur de Chine publie un décret stipulant qu’un homme de chaque famille du pays doit intégrer l’armée impériale pour combattre des envahisseurs venus du nord, Hua Mulan, fille aînée d’un vénérable guerrier désormais atteint par la maladie, décide de prendre sa place au combat. Se faisant passer pour un soldat du nom de Hua Jun, elle se voit mise à l’épreuve à chaque étape du processus d’apprentissage, mobilisant chaque jour un peu plus sa force intérieure pour explorer son véritable potentiel… Commence alors pour Mulan un voyage épique.

Côté scénario, on retrouve Rick Jaffa et Amanda Silver. Tout deux ont écrit la trilogie reboot de La Planète des Singes. Leur travail est essentiel car ils doivent jongler entre la légende (qu’ils essaient de respecter au maximum) et l’ADN des films Disney. Un travail d’équilibriste risqué, mais parfaitement réussi.

La première partie de la légende – car oui, ici, comme pour le dessin animé de 1998, ce n’est que la première partie qui est portée à l’écran – est parfaitement adaptée. Oubliez le dragon Mushu et les chansons. C’est une véritable fresque épique que nous avons là. L’esprit “chinois” est bien restitué.  Le film est assez violent et il y a des batailles, mais pas de sang. D’ailleurs, il faut le préciser, Mulan est conseillé pour les enfants à partir de 10 ans. On retrouve également la dimension Disney, de manière réussie. L’humour est présent, mais jamais forcé et quasiment toujours en rapport avec le fait que Mulan soit déguisée en homme.

Une réalisation propre avec quelques défauts

image yifei liu mulan

Si côté scénario nous avons peu à redire, on ne peut pas en dire autant de la réalisation. Niki Caro (La Femme du Gardien du Zoo, McFarland, USA) réalise ici son premier blockbuster. Mulan a été tourné en Chine, mais aussi en Nouvelle-Zélande, d’où la réalisatrice est originaire, ce qui donne une authenticité aux décors (magnifiques), nécessaire pour raconter l’histoire.

On sent aussi que Caro a essayé de garder les codes visuels des films chinois, tout en injectant une touche de blockbuster à l’américaine. Certains se sont déjà cassés les dents à faire ça, le mélange de ces deux identités visuelles n’étant pas forcément compatible. La réalisatrice s’en sort plutôt bien la plupart du temps au final, même si elle se perd parfois en ne parvenant pas à trancher entre ces deux ambiances. Le travail d’équilibriste, réussi par les scénaristes, est un peu plus laborieux à la réalisation.

Pour le reste, le montage est rythmé et on ne s’ennuie pas. Les effets-spéciaux sont d’assez bonne qualité, sauf pour la scène de l’avalanche où l’on voit clairement les fonds verts. Les combats sont très bien chorégraphiés et les costumes magnifiques. Petite déception concernant la musique d’Harry Gregson-Williams. Si celle-ci s’inspire des musiques chinoises, elle n’est pas à la hauteur et ne rend pas le souffle épique que l’on était en droit d’attendre.

Comme nous l’avons dit plus haut, le casting est composé uniquement d’acteurs et actrices chinois. Nous avions très peur que l’actrice qui devait incarner Mulan ne soit pas crédible déguisée en homme. Après tout, n’oublions pas que ce qui passe sans problème en version animée peut complètement s’effondrer en images réelles… En fin de compte, Yifei Liu incarne parfaitement le côté masculin, et bien sur féminin, de son personnage, tant dans son apparence physique que par son attitude. Une belle surprise.

Donnie Yen (Rogue One: A Star Wars Story) est tout simplement le meilleur acteur du film. Dès sa première scène dans le rôle du commandant Tung, il impose sa présence. Jason Scott Lee incarne un bon méchant dans le rôle de Böri Khan. Gong Li a une interprétation en dents de scie dans le rôle de Xianniang : elle peut être touchante par moments, mais l’on ne sent pas vraiment son côté menaçant. Ce rôle complexe, toujours sur le fil, nécessitait une bonne direction d’acteur, ce qui n’est visiblement pas le cas ici. Jet Li apporte aussi son charisme et son savoir faire d’acteur d’arts martiaux dans le rôle de l’Empereur. Pour tout vous dire, il est tellement grimé que nous ne l’avions pas reconnu. Enfin, Yoson An est plutôt bon dans le rôle de Cheng. L’humour passe surtout par lui, mais aussi ses comparses, et la relation que son personnage entretient avec Mulan.

Au final, Mulan est un compromis entre le blockbuster américain et le film chinois. Le long-métrage a clairement ses défauts, mais est suffisamment divertissant pour que les plus jeunes (et les moins jeunes) passent un bon moment.

6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *