[Test] Gods Will Fall : un Roguelite qui a de l’idée

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Xbox One
    • Nintendo Switch
    • PC
    • Stadia
  • Développeur : Clever Beans
  • Editeur : Deep Silver
  • Date de sortie : 29 janvier 2021
  • Acheter : Cliquez ici

Gods Will Fall distille des mécaniques intelligentes

image test gods will fall

Tout comme le Metroidvania, le Roguelite connait actuellement une époque d’or. Les deux genres partagent une même qualité pour un développeur d’humble envergure : des univers ne demandant pas des moyens dantesques, des mécaniques immédiatement funs, et une grande possibilité d’innovation. Ainsi, quand Gods Will Fall fut annoncé, fin 2020, il a de suite retenu notre attention. Tout d’abord grâce à des idées qui renouvellent encore le Roguelite, mais aussi de par le studio au développement. En effet, ce sont les anglais de Clever Beans qui sont ici au travail, et cette structure ne nous est pas inconnue : elle s’était chargé de l’excellent WipEout Omega Collection. Un gage de qualité, mais encore fallait-il confirmer avec une licence totalement inédite…

Gods Will Fall est ce genre de Roguelite qui va plus loin que le caractère accrocheur de son gameplay, en soignant au moins un minimum son univers. Certes, le scénario tient sur peu de choses, mais l’écriture nous livre une atmosphère assez travaillée pour qu’on ait l’impression d’un ensemble cohérent. Ainsi, le jeu nous propulse dans un monde parqué par la domination violente de dieux pour le moins taquins. L’humanité, et plus particulièrement son domaine celte, envoie alors ses guerriers les plus valeureux pour se faire justice. Seulement, n’est pas Kratos qui veut, et les différentes flottes font l’expérience du courroux divin. Naufragés, les survivants vont s’apercevoir qu’ils posent les pieds sur le domaine qu’ils recherchaient : c’est ici que prennent place différentes grottes donnant sur les donjons habités par les dieux… On a surtout droit à une bonne exposition (avec une belle cinématique à la clé), et quelques informations concernant le background pourront être observées sur le terrain, distillant assez d’éléments pour se sentir embarqué. Ce n’est pas original, pas très développé, mais c’est appréciable. Et le tout se révèle sous-titré en français.

Gods Will Fall vaut le coup principalement pour son idée de groupe à gérer. Sur l’île se trouve une dizaine de grottes, et vous pourrez les aborder comme bon vous semble… ou presque. En effet, chaque run décide de la puissance du dieu hantant chacune des cavernes, ce qui vous pousse à expérimenter le donjon avant de véritablement vous attaquer au boss. Pour cela, il va falloir décider quel rescapé envoyer au charbon, parmi plusieurs archétypes disponibles, tous basés sur la puissance, la vitesse, et l’arme utilisée. Ainsi, réfléchissez bien avant d’envoyer un éclaireur, car si celui-ci échoue il restera enfermé dans la grotte jusqu’à ce que le dieu du lieu soit vaincu. Dieu qui, d’ailleurs, sera affaibli si vous prenez le temps de trucider tous ses sbires en chemin, ou de réussir des quêtes secondaires. Il va donc falloir faire preuve de tactique dans votre prise de décision initiale, et cela est encore plus vrai en prenant en compte système de malus et bonus très intelligent.

Des sensations de combats trop molles

image jeu gods will fall

Clever Beans est parti d’un principe hyper séduisant : le groupe embarqué dans le run est travaillé par les rapports entre ses membres. Ainsi, quand l’un des guerriers tombe au combat, il est très possible que son meilleur pote éprouve une telle colère que ses statistiques s’en trouvent augmentées. Cela peut aussi avoir l’effet contraire, avec une peine si forte que l’énergie de l’un des membres en est directement impactée. Autre élément à prendre en compte : le ressenti des guerriers contre les boss. En effet, certains combattants sont particulièrement remontés contre un en particulier, et cela se vérifiera par une motivation si grande qu’un bonus viendra le perfectionner. Ou, au contraire, l’avatar sera si transit de peur que ses capacités chuteront. Tout cela force le joueur à prendre en compte l’individualité au sein de la bande, et c’est en partie une satisfaction. Malheureusement, Gods Will Fall explicite difficilement ses nombreuses subtilités, et il faudra beaucoup de temps non seulement pour les maitriser, mais aussi pour les découvrir. Une phase d’apprentissage costaude donc, surtout que la difficulté est au rendez-vous, surtout du côté des boss, lesquels vous livreront diverses compétences passives synonymes d’évolutions très utiles pour vaincre dans des donjons de plus en plus ardus.

Gods Will Fall peut donc compter sur de bonnes idées, pas toujours bien exploitées mais plaisantes. Par contre, on est plus mesuré concernant les sensations. Le système de combat se fait assez simple et agréable à prendre en mains : on fait face à une prise en mains très beat’em all dans l’esprit, donc avec une emphase sur les enchainements. Mais, bien vite, vous découvrirez que la défense, et particulièrement le contre, est fortement mis à contribution. Les ennemis sont parfois très coriaces, il sera donc préférable de les déséquilibrer dans le but de les terminer au sol, que de les affronter en face à face. Aussi, la récupération d’armes sur le terrain est primordiale, notamment pour les balancer sur des opposants lointains. On doit aussi gérer une jauge de rage et son cri associé qui redonne de l’énergie et déséquilibre les adversaires. Tout cela fonctionne, mais on ne peut que regretter que Clever Beans n’ait pas beaucoup plus accentué les impacts. C’est globalement un peu mou, on a du mal à sentir la différence de puissance entre les archétypes, et finalement seul l’allonge de l’arme et la vitesse de déplacement jouent sur l’hétérogénéité.

Côté durée de vie, Gods Will Fall propose assez de challenge et de contenus pour vous occuper un bon nombre d’heures. Par contre, l’intérêt diminue de beaucoup une fois un run terminé de A à Z. Visuellement, le jeu fait bonne figure, avec des textures qui dirigent la direction artistique vers un rendu naïf en positive contradiction avec l’ambiance du soft. L’action se déroule sur un terrain isométrique bien soutenu par un level design convaincant. Par contre, on a noté quelques passages difficilement lisibles, des routes qui se perdent dans des décors qui manquent peut-être un peu de mise en évidence du cheminement. Sinon, aucun véritable problème de bug à signaler, et le framerate se fait bien stable.

Note : 14/20

Gods Will Fall pourra surtout intéresser les fans de Roguelite en recherche d’un renouvellement d’idées. En effet, le studio Clever Beans n’en manque pas, et l’on apprécie beaucoup ce système qui pousse à prendre en compte les rapports au sein du groupe de guerrier. Si nous émettons tout de même quelques réserves loin d’être négligeables, principalement des combats qui manquent d’impact, on en sort tout de même en partie charmé.

Auteur

  • Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015. Manque clairement de sommeil.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *