[Test] Saviors of Sapphire Wings & Stranger of Sword City Revisited : du D-RPG pur et dur

Caractéristiques

    • Nintendo Switch
  • Développeur : Experience
  • Editeur : NIS America
  • Date de sortie : 19 mars 2021
  • Acheter : Cliquez ici

De quoi rassasier les fans de D-RPG

image gameplay saviors of sapphire wings

Quand on vous dit que les amateurs de jeux vidéo japonais vivent une belle époque ! Qui, voilà quelques années, aurait pu imaginer que l’on découvrirait, en Europe, les D-RPG du studio Experience ? Pas grand monde, tant rien ne destinait Saviors of Sapphire Wings et Stranger of Sword City à atterrir ne serait-ce qu’en Occident. Heureusement, le donjon-RPG à la nipponne est tout de même parvenu à se faire une petite place chez nous, plus ou moins de niche selon les productions. Le succès des Shin Megami Tensei et autres Etrian Odyssey ont créé un bel appel d’air dans lequel s’engouffre, avec joie pour nous, NIS America. Et voilà que ces deux titres, obscurs chez nous, sortent sur Nintendo Switch. Miam miam.

Les jeux d’Expérience ne figurent pas parmi les plus avant-gardistes que l’on puisse imaginer. Par contre, ce qu’ils entreprennent est globalement réussit, même si tout n’est pas parfait. En tout cas, tout le monde s’accordera sur la qualité des univers qui hantent Saviors of Sapphire Wings & Stranger of Sword City Revisited, et c’est bien normal. On a un faible pour l’efficacité scénaristique de Stranger Of Sword City, sorte de Lost à la japonaise. On y incarne un personnage totalement personnalisé par le joueur (l’un des points communs des deux softs), rescapé d’un crash alors que l’avion se dirigeait vers l’Alaska. Le choc a créé une ouverture vers une autre dimension, pour le moins horrifique et il sera question d’élus capables de manier des armes comme personne. Si aucun des rebondissements ne fonctionnent véritablement, on suit les aventures avec plaisir, d’autant plus qu’elles ne prennent jamais trop le pas sur le gameplay, évitant des phases de visual novel décourageantes.

Saviors of Sapphire Wings est plus axé sur une fantasy sombre (pas vraiment de la dark fantasy, tout de même). Il y est question la réincarnation d’un ancien héros frappé par un échec mortel face au big boss des vilains, Ol=Ohma. Quelques cent années plus tard, voilà donc l’avatar ressuscité et, aidé par une équipe et une forteresse aérienne, il sera évidemment l’heure d’aller botter le train du méchant, une bonne fois pour toute. Ici, l’histoire nous parait plus classique, légèrement moins entrainante et surtout prétexte à nous envoyer dans les profondeurs de multiples donjons. Ce qui est une bonne chose, pour un jeu de ce type, admettons-le. Là encore, l’ambiance est très travaillée, la noirceur domine, cela nous sort des sentiers battus par les licences plus connues du D-RPG, et rien que pour ça ce duo mérite qu’on s’y attarde. Petit regret, les sous-titres sont uniquement disponibles en anglais, mais les joueurs qui aiment ce genre sont habitués à cela.

Gameplay aussi classique que plaisant

image test saviors of sapphire wings

Saviors of Sapphire Wings & Stranger of Sword City Revisited s’inscrit totalement dans le D-RPG. Rappelons les bases de ce genre, car elles se voient bel et bien invoquées par les deux titres. Les deux softs vous proposent d’explorer des donjons en vue subjective. Les déplacements, eux, se font case par case, et l’examen des lieux permet de découvrir la carte, de la compléter au fur et à mesure. Au cours de ces pérégrinations, l’on croisera des ennemis à la pelle, occasionnant ainsi des combats au tour par tour. Bien évidemment, les différents personnages composants le groupe d’aventuriers progresse grâce à un système de gain d’expérience, mais aussi d’artisanat pour l’équipement. Et le rythme se fait assez limpide, entre sauts vers des endroits pacifiés, avec des magasins et autres services, et missions aussi bien principales que secondaires. Si l’on apprécie fortement ce genre, c’est grâce à la solidité incroyable de ce game design, qui n’a pas besoin d’innover fortement pour rendre le joueur accroc.

Le duo de Saviors of Sapphire Wings & Stranger of Sword City Revisited s’appuie sur ces principes, et cherche surtout à en tirer tout le fun possible. Sur ce point, c’est réussit, les explorateurs frénétiques vont y trouver une grosse dose de fun. Par contre, sachez qu’à la base ces jeux étaient parus sur console portable, et l’on sent bien que la prise en mains est plus pensée pour la pratique nomade. On aurait peut-être aimé un peu plus de détails sur certaines mécaniques, ça va peut-être un peu trop vite. Aussi, c’est un peu trop lourd dans les menus, spécifiquement pendant les combats. Reste que quelques différences entre les deux titres pointent le bout de leur nez, ce qui rassurera les joueurs craignant l’effet copier-coller. Pour Saviors of Sapphire Wings, on a droit à un système d’affinité avec les coéquipiers, que l’on peut inviter pour des rencontres privées à la fois importantes pour l’histoire et pour le potentiel des personnages. Stranger of Sword City, lui, propose des batailles plus profondes, notamment avec une garde qui permet une offensive surprise toujours efficace, ou encore une résurrection que l’on peut financer. Certes, cela ne permet jamais de parler de révolution du D-RPG, mais les fans du genre seront comblés.

Bien entendu, acquérir Saviors of Sapphire Wings & Stranger of Sword City Revisited, en sachant où l’on met les pieds, c’est s’assurer un très, très grand nombre d’heures de jeu. Le premier soft du titre est sans doute moins long à boucler (il vous faudra tout de même des dizaines et des dizaines d’heures, entendons-nous bien), pour une seule question de challenge. En effet, Stranger of Sword City est étonnamment difficile, vous poussera non seulement à la prudence mais aussi au phases de levelling. La direction artistique fait partie des grandes qualité en commun pour le duo. C’est à la fois très séduisant dans le character design, et surprenant dans des environnements parfois sombres. On apprécie, même si les textures ingame auraient pu faire l’objet d’une mise à jour. Cela reste amplement jouable, aussi bien en mode docké et nomade. Enfin, on a un gros coup de cœur pour les musiques des deux softs, qui soulignent parfaitement l’atmosphère horrifique.

Note : 15/20

Saviors of Sapphire Wings & Stranger of Sword City Revisited est une occasion merveilleuse d’enfin mettre la main sur les D-RPG du studio japonais Experience, connu pour la solidité de ses travaux. Les deux titres partagent les bases solides du genre, et ne cherchent jamais à le révolutionner, soyez-en avertis. Cependant, des différences les séparent, ce qui rend réjouissant la découverte de ce duo, l’un après l’autre. Certes, les textures font vieillottes, tout comme l’ergonomie des menus parfois lourdingue. Mais, si vous êtes fans de ce genre, on se trouve là face à un passage obligé.

Auteur

  • Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015. Manque clairement de sommeil.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *