[Test] Biomutant : Un A-RPG post-apo maîtrisé malgré quelques défauts

Caractéristiques

    • Playstation 4
    • Xbox One
    • PC
  • Développeur : Experiment 101
  • Editeur : THQ Nordic
  • Date de sortie : 25 mai 2021
  • Acheter : Cliquez ici

Biomutant fut annoncé lors de l’été 2017 pour une sortie prévu en 2018. Après un rachat par THQ Nordic, le jeu fut reporté à plusieurs reprises, pour finalement arriver presque 3 ans après pour notre plus grand plaisir, le 25 mai 2021. Développé par le studio suédois Experiment 101, formé en 2015 par d’anciens employés d’Avalanche Studios ayant notamment travaillé sur la série Just Cause, cette licence est le premier projet de ce studio nouvellement créé.

Une aventure riche en rebondissements dans un monde en péril

L’histoire de Biomutant nous place dans un univers au bord de la crise, dans un monde où l’espèce humaine est désormais absente, ne laissant que des vestiges de son passage. Une épidémie sème la mort et l’Arbre de Vie dépérit. Les tribus sont divisées. C’est alors au joueur de déterminer son avenir et de se placer en sauveur ou au contraire, de se plonger vers un destin plus sombre.

Un Action-RPG au gameplay développé malgré quelques glitchs

Le jeu se positionne en tant qu’Action-RPG dans un monde ouvert basé sur le Kung-Fu bénéficiant d’un système de combat d’arts martiaux unique entremêlant corps à corps, tir et capacité mutante. Comme la plupart des jeux du genre, celui-ci débute par un système de création de personnage assez poussé. Après avoir choisi la classe de notre protagoniste, on peut le personnaliser à 100% en choisissant sa corpulence, sa couleur, son genre et ses moindres détails, ce qui nous permet de faire varier ses statistiques de force, agilité, vitalité, charisme et intelligence, le tout basé sur un cercle, ce qui simplifie grandement la répartition des stats et modifie en temps réel tout ce que l’on veut en fonction de la position du curseur.

Après cette phase de personnalisation, on pénètre ensuite dans un monde totalement dangereux, rempli de mutants qui tenteront de nous éliminer, tout en ayant une vue de notre personnage à la troisième personne. A peine lancés dans la nature, on nous demande de choisir notre aura, de pencher soit du côté lumineux ou bien du côté des ténèbres, représenté par un ange ou un diablotin aux dialogues amusants, donnant ainsi accès à certaines aptitudes.

capture officielle jeu vidéo biomutant 101 ps4

Notre aventure s’organise ensuite par une succession de quêtes à accomplir, des lieux à découvrir et énormément de créatures à vaincre et des énigmes à résoudre. Des systèmes d’artisanat permettent d’associer des pièces différentes pour créer des armes uniques et inédites en fonction de nos besoins. A tout moment, on peut modifier la génétique de notre personnage et ainsi s’adapter aux lieux et aux missions rencontrées.

Un large choix de montures est présent pour pouvoir se déplacer là où on le souhaite. Il suffit de lui donner un fruit pour adopter celle que l’on souhaite. On peut également se servir des voyages rapides, pour éviter les longs trajets. Nos choix n’appartiennent qu’à nous-mêmes et ont un réel impact sur le cours de l’aventure, et le jeu nous propose différentes fins.

Une fois le jeu terminé, celui-ci dispose d’un new game+ permettant de conserver son équipement, ainsi que l’expérience acquise. Le jeu rencontre quelques défauts techniques importants, comme des commandes manquant de précision lors des combats poussant à en finir le plus vite possible. Quelques glitch sont à noter, certains personnages finissant dans le décor par exemple ou encore une caméra trop instable durant les combats cassant le plaisir de se battre à certains moments. En espérant que quelques correctifs soient prévus pour corriger la jouabilité.

vue paysage capture jeu vidéo biomutant

Un univers post-apocalyptique maîtrisé… mais des graphismes datés

Visuellement, le jeu nous offrait une bande annonce plutôt alléchante à nous en mettre plein les yeux, la vérité est tout autre, on se retrouve avec des graphismes datés. Malgré que le jeu soit sorti en fin de génération, on sent bien que le studio a voulu faire de son mieux mais n’a pas réussi à tirer partie de la pleine puissance des machines de cette génération.

Malgré ça, l’univers post-apo est bien maîtrisé, se promener et visiter tout un tas de lieux dépaysants et extraordinaires rend l’aventure d’autant plus plaisante et nous donne l’impression d’être libre de nos mouvements pour une sensation de liberté à son maximum.

Du côté de la direction artistique, c’est vif et coloré. La présence de certaines zones néfastes (chaleur, froid, radioactivité, hypoxie ou encore contamination) offre de jolis panoramas. Il y a un réel travail de la part du studio, ce qui rend le décor réaliste. L’effet d’onomatopées s’affichant à l’écran lors des combats, à la manière d’une bande dessinée est vraiment cool, on peut bien entendu les désactiver si jamais cela nous embête.

Concernant l’ambiance sonore, la narration est décalée, avec une voix-off française qui ne se prive pas de commenter avec humour et sarcasme la moindre de nos actions, ce qui peut engendrer de l’agacement et nuire fortement à l’immersion. Beaucoup de dialogues inintéressants, ce qui rend les personnages vides de sens, et ne pousse pas à l’attachement.

Une bonne durée de vie, qui sait s’adapter aux envies des joueurs

Tout dépend de la façon dont vous voulez jouer votre aventure : prendre le temps de visiter chaque recoin de la carte et y faire toutes les quêtes annexes ou foncer en ligne droite pour avoir le fin mot de l’histoire. Comptez une quinzaine d’heures pour tracer en ligne droite. Cela signifie passer la plupart des dialogues, ne pas partir en exploration et ignorer les quêtes secondaires. Si, au contraire, vous voulez profiter à fond de votre aventure dans son intégralité, comptez environ une cinquantaine d’heures. Ce temps peut être doublé pour les plus déterminés, ceux qui veulent découvrir l’autre facette de l’histoire (en fonction de l’affiliation choisie lors de votre première aventure) et prendre le temps de ramasser tout les collectibles et de remplir tout les objectifs.

A ne pas oublier que le jeu dispose d’un new game + permettant de conserver son équipement ainsi que l’expérience acquise.

capture combat contre monstre dans biomutant

En conclusion

Biomutant offre une histoire réellement personnelle. La liberté est mise à l’honneur et nous pousse à faire nos propres choix, ce qui influe le destin de notre héros, tout en y apportant son lot de conséquences. L’intrigue, centrée sur le sauvetage d’un peuple en détresse, est rythmée et plaisante. Notre personnage a un rôle important à jouer pour sauver l’Arbre de Vie ou alors le détruire et faire un sorte que le monde dans lequel il vit reprenne son cours normal ou, au contraire, sombre dans la désolation.

Une aventure pleine de rebondissements, qui peut faire douter sur la bonne décision à prendre : savoir faire don de persuasion pour éviter le conflit inutile ou encore verser le sang pour arriver à son but.  Cependant, Biomutant est un projet avec de bonnes intentions, mais qui manque cruellement de finitions pour combler ses lacunes. Un projet ambitieux, mais qui aurait nécessité un temps de développement supplémentaire afin de palier à ces défauts.

Cela reste cependant une aventure à tenter, car de bonnes idées ont été mises en place. La personnalisation est au rendez-vous et fait la force de ce titre avec un environnement somptueux et une ambiance totalement décalée.

Auteur

  • Passionnée de jeux vidéos et surtout de survival-horror, Eva Herrero est également lectrice de mangas et collectionneuse à temps perdu de goodies pop culture. A la tête du compte Instagram PlayURDreams où elle partage ses avis gaming et ses coups de cœur, elle rejoint l'équipe gaming de Culturellement Vôtre à l'été 2021.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.