image logo l'asiathèqueL’Asiathèque est une maison d’édition, spécialiste des cultures et des langues du monde. Elle lance  en ce début d’année 2016, sous l’impulsion de Philippe Thiollier, son directeur, une ligne éditoriale toute entière consacrée à la fiction. Deux des littératures contemporaines les plus inventives et les plus modernistes ouvrent le feu, avec la volonté de faire découvrir au public français les pépites des littératures taïwanaise et coréenne.

La nouvelle collection « Monde coréen » proposera deux titres : d’une part, L’Art de la controverse (Parution : 9 mars 2016), de Park Hyoung-su, romancier de l’autodérision, qui nous livre ici six nouvelles à l’humour ravageur. D’autre part, Le Phare (Parution : 16 mars 2016) de Lim Chul-Woo, auteur majeur, best-seller en Corée, salué par de très nombreux prix littéraires (et invité officiel au Salon du Livre de Paris 2016), voix libre et engagée qui tend aujourd’hui « vers une littérature plus vaste, plus originelle » qu’il exprime dans ce roman à travers le destin tourmenté d’un adolescent.

En contrepoint, deux livres permettront de pénétrer autrement le monde coréen. Histoire de Dame Pak (Hors collection. Parution le 3 février), signé d’un auteur anonyme du XVIIe siècle probablement une femme, fait partie des premières grandes œuvres de la littérature romanesque classique. Tandis que dans la collection « Liminaires« , qui réunit des textes littéraires ciselés et brefs, Martine Prost, grande spécialiste française de la Corée, déjà auteur en 2011 à L’Asiathèque de Scènes de vie en Corée, nous propose Halabeoji (Parution : janvier 2016) qui met en scène son histoire : l’entrée par mariage d’une jeune Française dans une famille coréenne. Un texte qui constitue une introduction à la Corée.