[Étrange Festival 2016] Terror 5 – Sebastian & Federico Rotstein

image etrange festival terror 5Caractéristiques

  • Réalisateur : Sebastian & Federico Rotstein
  • Avec : Rafael Ferro, Jorge Prado, Gastón Cocchiarale, Walter Cornás
  • Durée : 79 minutes
  • Année de production : 2016
  • Genre : Horreur

Synopsis

Le temps d’une nuit, cinq légendes urbaines aussi extrêmes qu’incroyables vont survenir dans une ville argentine.

La critique

Après son passage paraît-il remarqué par la Blood window du Festival de Cannes 2016, Terror 5 débarque désormais en plein Paname. Voilà typiquement le genre de bande appréciée et appréciable lors d’un Étrange Festival : un film venu d’ailleurs (d’Argentine, pour être précis), un concept tranché (ici le film chorale), et un réalisateur à la réputation naissante qui ne demande qu’à prendre de l’ampleur. Seulement, encore faut-il que les espoirs se confirment une fois la salle de projection plongée dans l’obscurité…

Terror 5 est donc un film qui multiplie les sous-intrigues pour en nourrir une plus globale, cette dernière gagnant en clarté au fur et à mesure pour que le sens explose à nos yeux sur la fin. Un exercice de style déjà périlleux à la base, qui demande aux auteurs une totale maîtrise de leur sujet côté formel. Sebastian Rotstein, peut-être un peu trop poussé par une envie de bousculer les codes narratifs du film chorale, opte pour une idée aussi courageuse que malheureusement vouée à l’échec. La principale difficulté de ce genre est de rendre lisibles les différents destins, afin que la multitude de personnages qu’il englobe reste limpide pour le spectateur. Las, ce n’est pas le cas avec Terror 5 qui aplatit son formel en n’appuyant pas assez sur la différenciation de chacune des histoires. Le montage devient parallèle, alterné, on ne sait pas trop et le spectateur perd un peu le fil.

image terror 5

Pourtant, malgré cette retenue d’ordre formelle, il serait injustifié de ne pas relever certaines qualités indéniables de ce Terror 5. Le lien, la thématique du film est très politique : l’Argentine est bousculée par une affaire sociale terrible, une gestion d’une catastrophe lamentable qui met à jour les exactions de politicards malheureusement protégés par la justice en place. Autour de ce fil rouge naissant prennent vie une poignées d’histoires étranges, violentes mais pas dénuées d’humour noir et d’un regard désenchanté sur ce que devient notre société globalisée, connectée, etc. En Argentine aussi la frustration sexuelle est au centre de comportements de plus en plus dangereux et qui, enrobés d’un progrès matériel pas toujours maîtrisé, peuvent s’avérer de véritables nids à délits.

Respect de l’intimité, de l’encadrement scolaire en chute libre, ou encore agressivité envers quiconque ne partage pas une volonté de réussite intimement liée à une sorte de « qui a la plus grosse » constante, Terror 5 parle bien plus que ce que l’on pourrait croire d’un point de vue purement plastique. Le fil rouge, quant à lui, évolue plutôt bien vers la satire politique, et accouche d’un final qui pourra rappeler vaguement certaines bonnes idées visuelles d’un certain The Fog. Si l’on en ressort un peu gonflé par ce refus de bien délimiter les récits, et du coup les faire s’entrecroiser d’une manière plus marquante, on ne peut pas non plus s’empêcher de penser que Terror 5 assure tout de même plus que le minimum syndical pour nous divertir. Un film à ne surtout pas balayer d’un revers de la main. 

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
« »

© 2016 Culturellement Vôtre. Theme by Anders Norén.