[Critique] L’Étrange Festival 2017 : Sweet Virginia

Caractéristiques

  • Réalisateur : Jamie M. Dagg
  • Avec : Jon Bernthal, Christopher Abbott, Imogen Poots, Rosemarie DeWitt, Odessa Young...
  • Durée : 1h35
  • Année de production : 2017
  • Genre : Thriller
  • Nationalité : Américain

Le réalisateur de The Road enchaîne bien

Quelques années après son sublime The Road, le canadien Jamie M. Dagg revient avec un nouveau film attendu au tournant. À cet instant précis, et si vous avez suivi l’actualité de ce film, vous vous demandez sûrement ce qu’il vient faire au sein de la programmation de L’Étrange Festival 2017. Une question qu’on estime pertinente, et dont la réponse importe peu finalement. Oui, c’est bizarre (la voilà, la solution à cette énigme !), mais puisque ce thriller très terre-à-terre est proposé, pourquoi ne pas le découvrir ? Et bien nous en a pris…

Dans un petit village perdu au milieu de l’Alaska, un criminel s’introduit dans un bar dans lequel trois habitués jouent au poker. Il descend tout le monde et s’enfuit avec un maigre butin. Dans sa fuite, il va rencontrer un ancien champion de rodéo.

Un Christopher Abbott phénoménal

image christopher abbott jon bernthal sweet virginia film jamie m dagg

Avec Sweet Virginia, Jamie M. Dagg décide de parfaire ses réflexes, son style et ses hantises. The Road était déjà très sombre, ce film ne l’est pas moins, bien au contraire. Le thriller s’installe avec une maîtrise de chaque instant, à commencer par une séquence d’ouverture qui instaure bien des éléments qui seront creusés par la suite. Les Hommes ne sont jamais très clairs, et l’intervention d’un élément perturbateur, un assassin qui plus est, va faire exploser cet état de fait. Un schéma plutôt classique, mais tellement bien capté par le réalisateur qu’on plonge vite dans le récit.

Sweet Virginia utilise plusieurs figures très vite identifiables. L’ancien puissant relégué à l’oubli après avoir perdu de sa superbe, la trahie, la traitresse, la fatalité sous les traits d’un destin inexorable. Tout ce petit monde est réuni au sein d’un décor naturel splendide, magnifié par un travail sur la lumière qui ne l’est pas moins. Dans cette toute petite ville, où le film Rambo fut tourné, tout converge vers un duel inévitable, dans une tension palpable. Il faut souligner l’excellente prestation de Christopher Abbott (A Most Violent Year), qui donne à son personnage une sorte de bestialité contenue, qu’il ne libère qu’à l’occasion de séquences marquantes. Une des grosses claques de ce festival, même si sa présence restera un mystère insondable.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *