image test kingdom hearts compilationCaractéristiques

  • Test effectué sur : Playstation 4
  • Genre : Action-RPG, Compilation
  • Éditeur : Square Enix
  • Développeur : Square Enix
  • Sortie : 31 mars 2017

Test

Si vous appréciez les RPG japonais, Square Enix (World Of Final FantasyDragon quest Builders) est évidemment l’éditeur que vous suivez de près. Et, si ce fait est avéré, alors vous connaissez obligatoirement la licence Kingdom Hearts. Celle-ci ne laisse absolument personne de marbre : elle est adulée par une fanbase nombreuse et patiente (on attend toujours le troisième épisode), mais aussi raillée par certains, qui lui reprochent, non sans nonchalance, une fusion un peu bancale. Pourtant, il est indéniable que l’univers de Kingdom Hearts fourmille d’idées, qu’elles soient scénaristiques ou liées au gameplay. Généreuse, voilà l’adjectif qui sied le mieux à cette série. Et, si vous ne la connaissez pas, Square Enix a sorti une compilation pour le moins intéressante.

Histoire : 4/5

Kingdom Hearts 1.5 + 2.5 ReMIX regroupe les deux compilations sorties sur Playstation 3, lesquelles comprenaient Kingdom Hearts 1 et 2, Birth By Sleep, Re : Chain Of Memories, ainsi que deux épisodes Nintendo DS résumés à leurs cinématiques (358/2 Days et Re:coded). De quoi chouchouter les nouveaux-venus, et l’on sait à quel point c’est important avec cette licence. Car si tout reste à peu près sous contrôle avec le tout premier épisode, qui nous présente idéalement les personnages que l’on retrouvera tout au long de la saga, les choses se corsent assez vite.

Cette véritable porte d’entrée qu’est Kingdom Hearts 1.5 + 2.5 ReMIX est l’occasion rêvée de découvrir le destin de Sora, adolescent coulant des jours à peu près heureux sur le Destiny Island. Dans cette atmosphère paisible, il est l’ami de la jeune fille Kairi, et plus ou moins du plus teigneux Riku. Seulement, le sable chaud, les cocotiers, et les superbes couchers de soleil, tout cela ne peut contenir l’esprit aventurier de Sora, qui ne rêve que de voyages épiques, de dangers vivifiants et de quêtes hors du commun. Cela tombe bien car, une nuit, des monstres envahissent l’île, brisant la quiétude monotone du lieu. Lors de cette attaque, les dés sont jetés : Riku se laisse dominer par les forces de l’ombre, et deviendra un chevalier retors, aux ordres de Maléfique. Tandis que Kairi disparaît, purement et simplement. Afin de sauver ses amis, Sora va devoir plonger dans le monde de Disney, à travers différents univers de la firme (comme la jungle de Tarzan, ou encore le Pays des Merveilles), afin de sauver les princesses et Riku.

On sait à quel point cette base solide a pu accoucher de circonvolutions parfois assez incroyables. Kingdom Hearts 1.5 + 2.5 ReMIX tombe à point nommé afin de se remémorer bien des soubresauts et autres complications, lesquelles nous touchent par l’envie de toujours relancer l’intérêt. Certes, on a parfois l’impression de se trouver devant une véritable pelote de laine, et pour la démêler il va falloir s’accrocher, mais l’effort d’implication est clairement désiré par Tetsuya Nomura, le directeur de la licence. C’est à ce prix qu’on décèle, dans ce fatras parfois informel et maladroit (le scénario fait parfois la part belle aux ellipses, tandis que des jeux entiers viennent briser le sens du mystère), un véritable fond, dans lequel sont abordés les thèmes de l’amitié et de la fidélité.

Si l’on a une petite préférence pour Kingdom Hearts 2, dans lequel le roi Mickey est bien mieux utilisé par un scénario pourtant pas mal alambiqué, il faut souligner que tous les jeux présents dans la compilation ici abordée sont d’un intérêt indéniable. On pense aussi aux deux titres Nintendo DS qui, s’ils sont réduits à leurs cinématiques, ont le mérite d’apporter pas mal d’éclairages sur l’univers. Si l’on ajoute des sous-titres français qui conservent bien le style enfantin, mais pas du tout simpliste, alors on obtient un Kingdom Hearts 1.5 + 2.5 ReMIX qui se tient côté écriture.

Gameplay : 4/5

image ps4 kingdom hearts compilation

Kingdom Hearts 1.5 + 2.5 ReMIX, c’est du bon gros Action-RPG concentré sur quatre jeux qui tirent de ce genre une véritable force. C’est avec un sacré plaisir qu’on retrouve la Keyblade de Sora, et c’est surtout avec un grand intérêt que l’on a observé les évolutions de gameplay tout au long de la licence. Le système de jeu, très classique dans le tout premier épisode, et fichtrement fluide pour un soft qui souffle ses quinze bougies, n’a cessé de se voir approfondi, peaufiné, et même expérimenté. Après la saveur plutôt classique, et même générique de Kingdom Hearts, on aura eu droit à des raccourcis remplacés par un desk de cartes, certes difficile à gérer et demandant plus de prudence, mais toujours aussi agréable à maîtriser. Comme pour l’histoire, notre évolution préférée est au programme de Kingdom Hearts 2, avec le port de deux Keyblades, ce qui permet plus d’approches bien évidemment. Globalement, c’est même l’épisode de la maturité, avec une meilleure gestion de la caméra.

De manière générale, il est évident que l’on ressent profondément l’âge de certains des softs présents dans Kingdom Hearts 1.5 + 2.5 ReMIX, encore que les améliorations apportées (déjà à l’époque des deux sorties sur Playstation 3) règlent tout de même certains soucis, notamment ce fichu menu d’actions qui nous faisait perdre énormément de temps; à l’époque du premier jeu sur Playstation 2. Quelques soucis de caméra subsistent, mais rien de bien embarrassant au final, et l’on prend un plaisir non dissimulé à perfectionner les combos, ou encore à connaître sur le bout des doigts les différentes magies. Et c’est peut-être l’une des plus grandes forces de cette compilation : démontrer que les différents jeux étaient bien de solides hits lors de leurs sorties.

Technique et ambiance sonore : 3/5

image jeu kingdom hearts compilation

C’est côté technique que l’on attendait de voir ce que Kingdom Hearts 1.5 + 2.5 ReMIX avait sous le capot. Visuellement, il est certain que l’on n’a jamais joué à ces softs avec autant de confort. Le couple fripon formé par monsieur 1080p et madame 60 images par seconde répond présent, et il ne passe pas inaperçu. Au point que certains passages des jeux vous sembleront comme transformés. Les temps de chargement sont désormais réduits à peau de chagrin, ce qui apporte encore une pointe de commodité tout à fait appréciable. Par contre, on ne peut que regretter l’upscale vidéo sur 358/2 Days et Re:coded, particulièrement visible.

C’est avec passion qu’on retrouve les mélodies envoûtantes signée par la grande Yoko Shimomura, compositrice attitrée de la série, mais aussi derrière des OST aussi reconnues, à juste titre, que Street Fighter 2, Final Fantasy 15 ou Parasite Eve. Un pur délice orchestral, malheureusement un chouïa terni par l’absence du doublage français d’origine. Si l’effet nostalgique aurait pu avoir lieu, écrivons que la version anglaise remplie tout à fait son rôle…

Durée de vie : 5/5

image article kingdom hearts compilation

Acheter Kingdom Hearts 1.5 + 2.5 ReMIX, c’est s’embarquer dans un trip long d’au moins 200 heures. Oui, ça fait beaucoup, mais cinquante heures par jeu jouable, c’est finalement la moyenne d’un bon Action-RPG. Sachez, tout de même, qu’en ligne droite (donc en passant à côté d’une grande partie de la substantifique moelle de cette licence), le nombre d’heures pourra être divisé de moitié.

Note finale : 16/20

Square Enix aura donc bien préparé le terrain avant l’arrivée tant attendue de Kingdom Hearts 3. Compilation ultime pour qui voudrait tâter cette licence, Kingdom Hearts 1.5 + 2.5 ReMIX fait dans le classique, en reprenant un matériel déjà existant, mais en le peaufinant assez pour que cette base puisse se présenter sous son meilleur jour. Voilà un passage obligé pour les puristes, mais aussi pour celles et ceux qui veulent se faire une culture vidéoludique, car on est bel et bien là face à l’une des meilleure série Action-RPG de tous les temps. 

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato