[Vite joué] Mr. Robot, Bleach Brave Souls, Wonderball, Hanabi Party

image jeu mr robotMr. Robot:1.51exfiltrati0n

Caractéristiques

  • Test effectué sur : Android
  • Genre : Aventure textuelle
  • Distributeur : Telltale Games
  • Développeur : Night School Studio
  • Prix : 3.19 euros

Parmi les séries du moment, Mr. Robot est l’une des plus excitantes tant sa tonalité originale provoque un côté rafraichissant. Un univers sombre, un peu de parano et de théorie du complot. La formule marche si bien que Telltale Games s’est senti de s’y pencher, avec Night School Studio, et le duo rend un jeu à la qualité inattendue. Si le genre, une aventure textuelle quand on écrème le fond de la forme plus « high-tech », ne nous étonne pas de la part des développeurs de Tales of the Borderlands, c’est surtout le concept qui nous a totalement bluffé.

Après avoir installé Mr. Robot:1.51exfiltrati0n, vous arriverez sur une reproduction light de ce qu’un smartphone peut offrir : accès à des textos, à un répertoire, à des photos etc. Le but est de nous mettre dans la peau d’une personne qui a trouvé un téléphone, s’en sert, et se voit contacté par… son propriétaire. Celui-ci nous embarque dans une aventure faite de hack, de voyeurisme et de paranoïa. Le gameplay est simple et très malin : on reçoit des messages, comme « en vrai », et on se voit proposer des possibilités de réponses. On pourra aussi, de temps en temps, être emmené à échanger des photos par exemple.

Mais la grande réussite est le sentiment de plausibilité que fait naître Mr. Robot:1.51exfiltrati0n. On échange via la messagerie avec les différents interlocuteurs, et un vrai travail a été effectué pour les rendre crédibles. Ainsi, parfois un interlocuteur va prendre plusieurs heures afin de vous répondre, d’où l’importance d’activer les notifications. C’est assez troublants, car en recevant ces pushs on réagit  naturellement, comme on le ferait avec n’importe quelle plateforme de chat. Aussi, on reçoit du spam, de la pub, des messages de personne amies (ou pas…) avec le propriétaire, cela donne une suspension consentie de l’incrédulité pas mal troublante.

Le concept de Mr. Robot:1.51exfiltrati0n est donc une réussite, on vit le scénario comme investi réellement. On aurait peut-être apprécié que cela aille encore plus loin, que des situations mettent vraiment à l’épreuve notre téléphone en utilisant ses options. Une petite retenue, à laquelle nous ajoutons l’absence de localisation en français, qui s’efface devant la force de l’ensemble, des qualités de narration à la finition sans fausse note, en passant par le thème musical très à-propos. Quant aux fans de la série, ils trouveront dans Mr. Robot:1.51exfiltrati0n de quoi étendre l’univers qui leur plaît tant avec ce petit récit original. Décidément, voilà un soft à découvrir de toute urgence, d’autant plus qu’il est possible d’y jouer hors ligne…

image bleach brave soulsBleach : Brave Souls

Caractéristiques

  • Test effectué sur : Android
  • Genre : Action
  • Distributeur : KLab Global
  • Développeur : KLab Global
  • Prix : Gratuit

dans le monde impitoyable des free-to-play japonais, Bleach : Brave Souls est tellement un cas d’école qu’il aura réussi à la fois à atterrir chez nous, mais aussi à récemment avoir droit à une traduction intégrale en français. Dès lors, on s’est intéressé à ce jeu d’action et on a rapidement compris que le succès est amplement mérité. Avant toute chose, et afin de vous rassurer le plus tôt possible : non, on n’est pas en présence d’un pay-to-win. La frustration a été réduite au maximum, de quoi pousser à l’achat pour les plus passionnés, mais aussi laisser aux autres la possibilité de vraiment jouer, et surtout évoluer, sans débourser un kopeck.

Une fois cette nécessaire mise au point effectuée, abordons plus précisément Bleach : Brave Souls. Tout commence par un peu de stratégie, il va falloir se constituer une équipe de trois personnages, et dès lors on se rend compte de la profondeur du soft. Il faut prendre en compte plusieurs paramètres : le niveau de rareté de l’allié, qui influera sur ses capacités, mais aussi son élément privilégié et des compétences qui lui sont exclusives. Il est bien sûr de faire évoluer tout cela au fil du temps, ce qui donne un aspect RPG très marqué. Les phases de gameplay se présentent comme un hack’n’slash, vous allez devoir défoncer des Hollows. Vous incarnez évidemment Ichigo Kurosaki, mais vous pouvez passer à tout moment à un autre personnage si la situation vous y pousse. La maniabilité est satisfaisante : pour avancer on tapote sur l’écran l’endroit à atteindre, une glissade du doigt provoque une esquive, et à droite de l’écran se situent les icône d’attaque dont des coups spéciaux. Simple comme bonjour, même si la précision n’est pas pointue (l’apanage des jeux mobile).

Même si Bleach : Bave Souls est rapide à prendre en mains dans ses séquences d’action, l’impression de plaisir à maîtriser le tout est très fort. C’est d’ailleurs une constante dans le jeu, qui demande un peu d’investissement en terme de temps : il donne de réelles satisfactions. Côté enrobage, c’est visuellement très beau, plutôt fin, et la direction artistique respecte clairement la licence. Quant à l’histoire, elle suit fidèlement la série, plus précisément ses temps forts. Même les fans absolus ne pourront que reconnaître à Bleach : Brave Souls un jusqu’au-boutisme dans ce domaine.

Enfin, le contenu de Bleach : Brave Souls est assez gigantesque. Le mode Story donc, mais vous pourrez aussi jouer en coop et participer à des événements spéciaux ou journaliers. C’est la foire à l’activité, ça n’arrête pas ! Les récompenses sont nombreuses par ailleurs, et le système de loterie demeure honnête en ne poussant pas à l’achat par des lots abusés. Du tout bon donc, addictif et fort joli. Attention cependant aux ressources de batterie que demande le jeu : ça se décharge très, mais très vite. Aussi, les mises à jours sont lourdes et font peser Bleach : Brave Souls un poids d’un peu plus d’un giga. Un mastodonte, donc.

image wonderballWonderball

Caractéristiques

  • Test effectué sur : Android
  • Genre : Action
  • Distributeur : PM Studios
  • Développeur : PM Studios
  • Prix : Gratuit

Une balle, des briques, un joueur, Wonderball rassemble parmi les caractéristiques les plus usités de l’histoire du jeu vidéo. Cependant, ce petit jeu (de 66 mégas, tout de même) a tout de même quelques forces à faire valoir. Tout d’abord, le concept en lui-même essaye d’apporter du neuf. A l’écran, la balle casse des briques, en fait des murs, et le joueur doit veiller à ne pas que celle-ci sorte de l’écran par le bas. Comme un casse-briques classique, sauf qu’ici vous n’aurez pas de raquette… mais votre doigt.  En effet, en bas de l’écran tactile vous aurez une zone toute en longueur et légèrement en largeur, un rectangle qu’il faudra garder en vue car quand la balle y passera il faudra immédiatement tapoter pour qu’elle reparte de plus belle. Effectuer ce rebond pile au bon moment provoquera un « perfect hit », lequel ajoutera une balle dans l’équation. L’action devient vite frénétique à l’écran, et c’est très réussi.

Wonderball dispose évidemment d’autres features. Casser un mur peut libérer un item, comme une balle de feu qui fait gagner en puissance. Des pièces parsèmeront le parcours, et il faudra les recueillir afin de les dépenser pour obtenir de nouvelles skins de balles, lesquelles deviendront de plus en plus puissantes de par nature, mais aussi de par les améliorations que vous pourrez obtenir aussi via le système monétaire du soft. Il existe évidemment toute une offre afin de pouvoir dépenser vos vrais sous et évoluer (beaucoup) plus rapidement, mais l’on n’a jamais ressenti la nécessité de passer à la caisse. Le seul petit problème de ce Wonderball est en fait la courbe d’évolution, beaucoup trop dépendante de la balle et de ses évolutions. Ne comptez pas faire des exploits de suite : il va falloir d’abord atteindre un équipement digne de ce nom. Cela laisse une impression un peu forcée, et assez vite on n’y revient plus trop malgré de belles qualités. Il faudra surveiller les mises à jour, car si les développeurs règlent ce souci assez désengageant, alors on tiendra alors un jeu à posséder sans hésiter sur son smartphone.

image hanabi partyHanabi Party

Caractéristiques

  • Test effectué sur : Android
  • Genre : Action
  • Distributeur : PM Studios
  • Développeur : PM Studios
  • Prix : Gratuit

Hanabi Party est ce genre de petit jeu très fun à ressortir de temps en temps. Le principe est simple : à l’écran se déroule un feu d’artifice. Les belles bleues, rouges, vertes et autres  partent du bas de l’écran, et le joueur doit tapoter les explosifs volants pour les faire éclore. Évidemment, il faudra faire attention à quelques petites subtilités, des trajectoires traitres par exemple ou des détonations qui accouchent de plusieurs explosifs. De temps en temps, vous aurez droit à des items assez utiles, qu’il faudra tapoter pour rendre effectives.

Hanabi Party est un pur jeu de scoring. Déclencher les feux d’artifice le plus haut possible vous assurera plus de points qu’en bas, par exemple, ce qui force le joueur à prendre des risques. Voilà un concept loin d’être original mais très prenant. Pour ce qui est de l’emballage, le fond d’écran passe de la nuit au jour, et vous pourrez obtenir des formes d’explosions différentes, qui n’apportent que du cosmétique. Si l’on ajoute une petite taille (34 mégas), et la possibilité d’y jouer hors ligne, on ne peut que tomber sous le charme.

Conclusion

On garde

  • Mr. Robot:1.51exfiltrati0n
  • Bleach : Brave Souls
  • Hanabi Party

On vire

  • Wonderball
Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
/10

Une réaction

  1. J’adore la série mr robot, super jeu d’acteur de la part de rami malek

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *