[Test – Blu-ray] Ghost in the Shell – Rupert Sanders

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Rupert Sanders
  • Avec : Scarlett Johansson, Pilou Asbaek, Takeshi Kitano, Juliette Binoche, Michael Pitt
  • Editeur : Paramount Pictures
  • Date de sortie Blu-Ray : 31 juillet 2017
  • Date de sortie originale en salles : 29 Mars 2017
  • Durée : 106 minutes
  • Acheter : Cliquez ici

Image : 5/5

Ghost in the Shell a été tourné en numérique (Arri Alexa 65) et le master  blu-ray est, pour l’instant, le meilleur de l’année. La définition est au top (on aperçoit chaque détail), les couleurs sont éclatantes, les contrastes excellents et la profondeur de champs redoutable. Tout est fait pour que l’on puisse profiter du film de la meilleure façon possible. De plus, le format 1.78:1, plein écran, permet de profiter des superbes effets spéciaux et rend complètement justice à l’envergure du film. Aucune saccade détectée durant le visionnage. Le débit moyen image est excellent: 30 MBPS. Un must have.

Son : 4/5

Là aussi Paramount nous gâte. La piste anglaise est en Dolby Atmos et c’est un pur plaisir sonore. Tout est puissant, précis et distillé à la perfection. Cela part dans tout les sens et on en prend plein les oreilles. Le caisson de basse est aussi extrêmement bien utilisé. Le tout permettant une parfaite immersion dans le film. Le débit moyen son est très bon: 4 MBPS avec des montées max à 16 MBPS. Par contre on ne peut pas en dire autant de la piste VF, qui est en Dolby Digital 5.1 (pas de HD). Bien que la piste soit bien répartie et assez précise, il vous faudra monter le son de votre home cinema pour pouvoir profiter pleinement du film. Le débit moyen/max de la piste française est de 640 KBPS.

Bonus : 3/5

  • Humanité sous-jacente : la réalisation de Ghost in the Shell (30’03 » – VOST)
  • Section 9 : cyber-protecteurs (11’28 » – VOST)
  • Homme et Machine : la philosophie des ghosts (10’35 » – VOST)

Humanité sous-jacente : la réalisation de Ghost in the Shell est le making-of du film, d’une durée de 30 minutes. Un peu brouillon mais il revient sur l’essentiel de la création du film (scénario, décors, costumes, casting, cascades, réalisation etc…). Cela reste, quand même, un bon bonus. Section 9 : cyber-protecteurs est un bonus de 11 minutes qui revient sur les personnages de la section 9. Chaque acteurs parlent de son rôle. Ce module est un bon accompagnement car il revient sur des personnages secondaires dont on n’apprend pas grand chose dans le film. Homme et Machine : la philosophie des ghosts est un bonus de 10 minutes qui revient sur la philosophie de l’œuvre, et sur les questions posées dans cette dernière.  Pour ce faire, on a droit à des interviews d’acteurs, du réalisateur et de l’équipe du film. Un module intéressant qui accompagne bien le film.

Synopsis

Dans un futur proche, le Major est unique en son genre: humaine sauvée d’un terrible accident, son corps aux capacités cybernétiques lui permet de lutter contre les plus dangereux criminels. Face à une menace d’un nouveau genre qui permet de pirater et de contrôler les esprits, le Major est la seule à pouvoir la combattre. Alors qu’elle s’apprête à affronter ce nouvel ennemi, elle découvre qu’on lui a menti : sa vie n’a pas été sauvée, on la lui a volée. Rien ne l’arrêtera pour comprendre son passé, trouver les responsables et les empêcher de recommencer avec d’autres.

image scarlett johansson ghost in the shell

Le film

Retrouvez notre critique du film ici

Guillaume Creis

Guillaume Creis

Adore le cinéma en général , que ce soit lesgros blockbusters ou les plus petits films .les séries TVet les jeux vidéo.
Guillaume Creis
7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *