[Test – Blu-ray] La Tour Sombre – Nikolaj Arcel

Caractéristiques

  • Titre original : The Dark Tower
  • Réalisateur(s) : Nikolaj Arcel
  • Avec : Idris Elba, Matthew McConaughey, Tom Taylor, Fran Kranz, Abbey Lee
  • Editeur : Sony Picture Home Entertainment France
  • Date de sortie Blu-Ray : 13 décembre 2017
  • Date de sortie originale en salles : 9 Août 2017
  • Durée : 95 minutes
  • Acheter : Cliquez ici

Image : 3,5/5

La Tour Sombre a été tourné en numérique (Arri Alexa 65, Arri Alexa XT) et son master blu-ray, au ratio d’image respecté 2.40:1, est correct. La définition oscille entre le très bon et le correct. Certains passages ont des coups de mou, voient l’arrivé d’un grain numérique. Il y a aussi un problème sur les contrastes. Là aussi, dans certaines scènes, il y a des images en sur-exposition ou sous-exposition. La colorimétrie est elle aussi en dent de scie. Les couleurs d’une même scène semblent changer d’un plan à l’autre. Est-ce dû au tournage ou au pressage du blu-ray? On peut se consoler avec des noirs très beaux. Quelques légères saccades ont été détectées durant le visionnage. Le débit moyen image est bon: 25 MBPS.

Son : 4,5/5

Sony Picture Home Entertainment France nous offre pour le son une piste anglaise en Auro-3D compatible DTS-HD Master Audio 5.1, et une piste française en DTS-HD Master Audio 5.1. La piste Auro-3D est un régal pour les oreilles. Puissante, précise, bien répartie et utilisant tout les canaux pour distiller chaque effets sonores. La musique s’avère aussi bien répartie, n’occultant pas le moindre minuscule détail. Les dialogues sont clairs et précis. Le caisson de basse est extrêmement bien utilisé.  Une très belle et immersive piste audio au débit moyen excellent de 4 MBPS avec des montées à 5,2 MBPS. La piste française n’est pas en reste, avec un DTS-HD Master Audio 5.1 somme toute sympathique. Les effets sonores et la musique passent bien par les canaux latéraux et arrières. On notera quand même que le volume sonore du doublage français est plus haut que les dialogues originaux. Rien de grave. Une belle petite piste au débit moyen correct de 2 MBPS.

Bonus : 3/5

  • Bêtisier (3′)
  • Scènes Coupées (6′)
  • La Dernière fois (9′)
  • Stephen King: inspirations (4′)
  • Le pistolero en action (8′)
  • L’homme en noir (8′)
  • Le Monde a changé (7′)
  • Coup d’œil par le trou de la serrure (3′)
  • Roland Deschain, le dernier pistolero (20′)

Le Bêtisier, toujours appréciable en bonus, d’une durée de 3 minutes, pourra faire sourire. Les 4 Scènes coupées de La Tour Sombre, d’une durée totale de 6 minutes, auraient méritées d’être inclus dans le montage final, car elles n’auraient pas ralentis le rythme du long métrage, et elles procurent quelques indices ou précisions. La Dernière fois est un bon module de 9 minutes dans lequel Stephen King (Le bazar des mauvais rêves, Les yeux du Dragon) les scénaristes, le réalisateur et les acteurs parlent du scénario de l’œuvre, mais surtout de la difficulté d’adapter la saga au cinéma. Quand on voit le résultat, on se dit qu’ils n’ont pas trouver la bonne manière. Dans Stephen King: inspirations, l’écrivain revient sur les différentes références qui ont inspirés sa franchise littéraire. Un bonus sympathique mais un peu court, d’une durée de 4 minutes. Le pistolero en action est un module de 8 minutes qui revient sur le personnage  de Roland mais aussi sur les cascades et fusillades du film. Un bonus assez complet.

Dans L’homme en noir les scénaristes, le réalisateur, Stephen King et Matthew McConaughey (Contact) discutent du personnage de Walter et ses motivations. Là encore, un bonus assez complet de 8 minutes. Le Monde a changé est un programme de 7 minutes, qui revient sur la conception de l’entre-deux-monde, que ce soit les décors ou les lieux de tournage. Un module qui aurait mérité d’être plus long et plus explicatif. Coup d’œil par le trou de la serrure nous présente des lignes de textes des bouquins récitées par les acteurs sur fond d’animations ou d’extraits du film. Enfin, Roland Deschain, le dernier pistolero est un bonus de 20 minutes revenant sur le personnage interprété par Idris Elba sa psychologie, la conception de son costumes ou encore de ses armes. Un module très complet. Dommage que nous n’ayons pas le droit à un vrai making-of du film dans les bonus, ce qui aurait été appréciable, afin de mieux comprendre ce qui n’a clairement pas fonctionné.

image idris elba la tour sombre

Synopsis

Le dernier Pistolero, Roland Deschain, est condamné à livrer une éternelle bataille contre Walter O’Dim, alias l’Homme en noir, qu’il doit à tout prix empêcher de détruire la Tour sombre, clé de voûte de la cohésion de l’univers. Le destin de tous les mondes est en jeu, le bien et le mal vont s’affronter dans l’ultime combat, car Roland est le seul à pouvoir défendre la Tour contre l’Homme en noir…

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *