[Bilan] Festival international des Jeux de Cannes 2018 : une édition spectaculaire

Un événement immanquable pour les petits et grands joueurs

image logo festival des jeux 2018

Le Festival International des Jeux de Cannes 2018 (ou FIJ 2018, pour les intimes) a fermé ses portes le dimanche 25 février, et déjà il est temps d’en tirer des conclusions. Autant ne pas cacher le sentiment dominant plus longtemps : ce fut aussi passionnant qu’intense. Il faut écrire que tout était rassemblé pour que ce ressenti soit favorisé : cette trente-deuxième édition visait des objectifs importants, et nous découvrions cet événement à cette occasion. Donc, vous pouvez imaginer notre grand étonnement face à ce qui devient, instantanément, un rendez-vous incontournable de la culture du jeu.

Quelques chiffres seront parfaits pour bien capter l’importance de ce FIJ 2018. Sur trois jours (plus un réservé à la presse et aux VIP), l’édition 2018 a rassemblé plus de 100 000 visiteurs. Autre information importante : 300, soit le nombre d’exposants, pour un total de 3 500 professionnels. Lesquels profitaient de 30 000 m² d’expositions. Oui, c’est gigantesque, et croyez-nous : c’était encore plus impressionnant sur place. Le Festival International des jeux de Cannes 2018 a clairement investi le fameux Palais des Festivals et des Congrès, habituellement réservé aux cinéphiles lors d’un autre événement bien connu, et aura imposé une ambiance plus détendue, plus familiale aussi.

Très loin de l’ambiance parfois inquiétante de la Paris Games Week, le FIJ 2018 est beaucoup plus bon enfant dans l’esprit. Les visages se faisaient souriants, et ce même si les allées se sont vite bondées quand le week end fut venu. Comme la cible de ce festival s’étire sur une large tranche d’age, pouvant attirer autant les enfants que leurs parents, voire leurs grands-parents, l’atmosphère se faisait totalement chaleureuse. Autre belle satisfaction : les professionnels ont assuré un climat idéal pour la découverte, en demeurant à l’écoute des joueurs curieux, passant du temps à expliquer les règles, voire même à prendre place dans une partie pour faire le nombre. On se questionnait à propos de l’état d’esprit, pouvait-il être véritablement tourné vers des visiteurs aussi nombreux ? La réponse est positive.

Une ambiance bon enfant

image stand festival des jeux 2018

Quant à la crainte de voire le Festival International des jeux de Cannes 2018 n’être qu’une occasion de jouer à des produits déjà parus, elle fut balayée assez rapidement. Les éditeurs n’ont pas hésité à prévoir de la place pour des jeux en avant-première, on pense notamment à Zombie Bus, qui débarquera bientôt chez Sweet Games, ou encore Dark Souls : The Card Game chez Petard Troll, que l’on abordera prochainement. Dans l’esprit, l’événement est très axé sur le « consumer », lequel avait l’occasion d’acheter le jeu qui l’a fait craquer. Mais on a aussi rencontré un nombre assez important de flâneurs, venus pour s’imprégner de l’ambiance, et de passionnés qui ont fait le voyage pour participer à des compétitions.

Car le FIJ 2018, c’était aussi l’occasion, pour les fondus de jeux, de se confronter à d’autres passionnés, dans des tournois bien plus sérieux que ce qu’on pouvait observer dans les zones principales. C’est d’ailleurs une autre raison de ressentir de la bienveillance pour cet événement : il est au courant que la définition du jeu est large. Ainsi, les visiteurs avaient droit à quelques escape games, de la réalité virtuelle, et même un petit endroit pour le jeu vidéo. Ce dernier sa vu sa superficie restreinte par rapport aux dernières années, afin de favoriser (et c’est amplement compréhensible) le jeu de plateau. Mais tout de même, on a pu remarquer que le tournoi de Dragon Ball FighterZ a su attirer bien du monde.

Les visiteurs les plus pointus ont pu profiter de conférences, intéressantes et plutôt bien suivies, notamment une mémorable « Journalisme et jeux : parler et faire parler des loisirs numériques », animée par Martin Vidberg (Un Monde de Jeux), avec la participation d’Annaëlle Grondin (Les Echos) et de Damien Leloup (Pixels). Pas vraiment de réponse à ce sujet très délicat, mais des débats assez gratinés avec le public, qui aura assuré un spectacle utile. Autre gourmandise, l’exposition « Dessine-moi un jeu » qui rassemblait les œuvres de 14 illustrateurs, et réussissait à bien faire capter l’importance de ces illustrations. Utile, fondamentalement et formellement. Enfin, et comme pour toutes les éditions, le Festival International des jeux de Cannes 2018 réservait la soirée, et jusqu’à tard dans la nuit, au Off. De 22h à 4h du matin, des créateurs livraient leurs invention, non finalisées, à des passionnés très expérimentés, le tout dans une ambiance certes discrète mais parfois tendue, et on peut le comprendre.

La belle santé des activités ludiques

image ravensburger festival des jeux 2018

Le Festival International des jeux de Cannes 2018, c’était surtout l’occasion, pour nous, de vérifier l’état du marché. Et cela ne fait aucun doute : il est atteint d’un net redoux. Pour preuve, les quelques stands dédiés à des magasins ont été pris d’assaut. Autre indice, l’impact de l’As d’Or, qui récompense les meilleurs jeux de l’année. Que ce soit le grand (et effectivement excellent) vainqueur, Azul, ou les nommés, ils ont vu leur fréquentation en stand gonfler à vue d’œil. Dès lors, se frayer un chemin afin de se lancer dans une partie de Twin It, ou de Nom d’un Renard, était un véritable sport de combat. Les organisateurs peuvent donc se rassurer : leur système de récompense fonctionne à merveille. Aussi, les gros distributeurs et éditeurs, comme Asmodee, Ravensburger, Libellud ou Iello (dont on vous livrera un tour de table), n’étaient pas les seuls à voir leurs espaces pris d’assaut. Les plus petits, comme Le Droit De Perdre, ont aussi eu beaucoup de travail, c’est le moins que l’on puisse écrire.

D’ailleurs, c’est l’occasion d’aborder l’organisation du Festival International des jeux de Cannes 2018. Première constatation : les sols restaient propres, du début à la fin des journées. C’est un détail qui nous saute toujours aux yeux : les joueurs ont fait preuve d’un véritable respect pour le lieu qu’ils visitaient, contrairement à ce qu’on peut relever ailleurs (suivez notre regard). Les poubelles étaient fréquemment vidées, ça aide aussi. Le service de sécurité a su se faire présent mais discret, parfois un peu sec mais pour le bien de tous. Par contre, il faudra penser à une meilleure organisation de la rentrée des visiteurs, et des exposants, pas très fluide en matinée. Enfin, très bon point pour la journée presse et VIP, qui nous a permis d’aborder des jeux dans le plus grand des calmes, et ce même si tous les éditeurs n’étaient pas dans les starting blocks.

Au final, le Festival International des jeux de Cannes 2018 fut une grande date de cette année culturelle, et se doit de devenir une case à cocher au sein de votre agenda. Avec son ambiance chaleureuse, à la fois passionnée et accueillante, le salon est une occasion idéale pour découvrir des jeux de société, s’amuser en famille et se rendre compte de la belle vitalité du milieu. On quitte les lieux avec un petit pincement au cœur, de beaux souvenirs plein la tête… et des jeux à se procurer au plus vite !

0/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *