[Test – Blu-ray 4K Ultra HD] The Patriot – Le chemin de la liberté – Roland Emmerich

Caractéristiques

  • Titre original : The Patriot
  • Réalisateur(s) : Roland Emmerich
  • Avec : Mel Gibson, Heath Ledger, Joely Richardson, Jason Isaacs, Tchéky Karyo
  • Editeur : Sony Pictures Home Entertainment France
  • Date de sortie Blu-Ray : 23 mai 2018
  • Date de sortie originale en salles : 12 Juillet 2000
  • Durée : 175 minutes
  • Acheter : Cliquez ici

Image 4K : 4,5/5

The Patriot, sorti au cinéma en 2000, a été tourné en pellicule 35mm avec des caméras Panavision. Le long-métrage a été restauré par Sony Pictures Home Entertainment (qui avait déjà restauré Dark CrystalUn Jour sans fin ou encore la trilogie Men in Black) et le rendu de ce master 4K UHD, au format respecté 2.40:1, est des plus convaincants. Dans 90% du film, le grain n’apparaît guère ou très peu. Seules les scènes à effets spéciaux (dont certains ont mal vieilli) ont du grain. Du coup, la définition est assez remarquable : on pourrait croire que le film a été tourné il y a peu. Du très bon boulot. La profondeur de champ s’avère également excellente. L’apport du HDR se voit très bien sur les couleurs, qui sont plus éclatantes, et on remarque parfaitement les différentes gammes utilisées, les noirs et les contrastes, qui durant les scènes sombres, nous offrent de nouveaux détails. Quelques très légères saccades ont été détectées lors du visionnage, mais rien de bien embêtant. Au final, c’est une très bonne restauration que nous avons là. Nous avons vraiment redécouvert le film.

Son : 4,5/5

Sony Pictures Home Entertainment France offre deux pistes anglaises sur le disque Blu-ray 4K UHD. La première est en Dolby Atmos (compatible Dolby True HD 7.1). Même si on sent que le mixage du film n’est pas fait pour ce format audio, on redécouvre auditivement The Patriot. La piste est puissante et bien répartie, et met la superbe musique de John Williams en valeur. Par contre, ce sont les effets qui pâtissent un peu de ce format. Le rendu est certes puissant, mais manque clairement de précision pour une bonne immersion. On notera aussi la bonne utilisation du caisson de basse. Enfin, les dialogues sont clairs. Une belle piste au final, mais qui n’est pas forcément adaptée au film. La seconde piste anglaise est en DTS-HD Master Audio 5.1. Celle-ci convient mieux au mixage original du long-métrage. Puissante, précise et bien répartie. Les dialogues sont clairs. Les effets et la musique passent bien par les enceintes latérales et arrières. Le caisson de basse bénéficie d’une bonne utilisation. On préférera cette piste, qui permet une meilleure immersion. La piste française est en Dolby Digital 5.1. Une petite piste puissante et bien répartie, mais qui manque de précision. Le doublage français a un bon niveau de volume qui se marie parfaitement avec les effets et la musique. Ceux-ci passent bien par les canaux latéraux et arrières. On sent quand même un manque de précision dû à la compression de la piste. Le caisson de basse est quand même bien utilisé. Une piste très correcte.

Bonus : 3/5

  • L’art de la guerre (9′)
  • Les vrais patriotes (9′)
  • Court-métrage sur les effets spéciaux (9′)
  • Scènes coupées (13′)
  • L’art conceptuel de la comparaison des films (4′)
  • Commentaire audio du réalisateur Roland Emmerich et du producteur Dean Devlin

L’art de la guerre revient sur les tactiques utilisées durant la guerre d’indépendance, sur les cascades et combats du film. En neuf minutes, tout y est bien expliqué. Les vrais patriotes est un bonus qui nous détaille la reconstitution d’époque et le contexte de cette dernière. Neuf minutes sympathiques, mais qui auraient mérité d’être plus approfondies. Court-métrage sur les effets spéciaux est un module de neuf minutes qui revient sur la création des effets spéciaux. Simple, efficace et en split screen. Rien de mieux pour comprendre leur confection. Les six scènes coupées du long-métrage, d’une durée totale de treize minutes, ne sont pas toutes pertinentes. On ne retiendra que deux scènes. La première, les funérailles de Thomas, aurait mérité d’être dans le film. Dans la seconde, on découvre que Tavington torture des prisonniers. Vous pouvez regarder ces scènes coupées avec ou sans le commentaire audio du réalisateur. Dans L’art conceptuel de la comparaison des films, on découvre les différences entre le storyboard et le résultat final à l’écran. Un petit bonus sympathique d’une durée de quatre minutes. Enfin, le commentaire audio du réalisateur Roland Emmerich et du producteur Dean Devlin est très intéressant. La paire n’hésite pas à nous raconter des anecdotes de tournage, ce qui aurait dû se trouver dans le montage final, etc…

 

Conditions du test

  • TV 4K UHD LG 49UH60
  • Lecteur Blu-ray Samsung 4K UHD UBD-M8500
  • Ampli Yamaha 4K UHD YHT-1840

Synopsis

Caroline du Sud, 1776. Le conflit entre les indépendantistes et les Anglais semble inévitable. Benjamin Martin sait trop bien ce qu’est une guerre et il n’en veut pas. Cet ancien héros des combats contre les Français et les Indiens n’ignore rien de la violence des affrontements armes… Aujourd’hui veuf, il élève seul ses sept enfants dans sa plantation. Son fils aine, Gabriel, s’engage contre l’avis de son père. Lorsque les troupes anglaises, commandées par le colonel Tavington, arrivent aux portes de sa propriété, il est trop tard.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *