[Critique] Deadpool 2 : La seconde fois c’est encore meilleur

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : David Leitch
  • Avec : Ryan Reynolds, Josh Brolin, Zazie Beetz, Shioli Kutsuna, Julian Dennison, Leslie Uggams, Morena Baccariet, Brianna Hildebrand
  • Distributeur : 20th Century Fox France
  • Genre : Action, Comédie, Aventure
  • Nationalité : Américain
  • Durée : Version cinéma : 117 minutes, version longue "Super Méga $@%!#& Chouette": 133 minutes
  • Date de sortie : 16 Mai 2018

Plus de fun, plus d’action

Suite au succès au box-office du premier opus — 780 millions de dollars dans le monde — il n’était pas étonnant de voir débarquer une suite à Deadpool. Cette fois, Tim Miller laisse sa place à David Leitch (co-réalisateur de John Wick et réalisateur de Atomic Blonde) sur un scénario toujours écrit par Rhett Reese et Paul Wernick, mais cette fois rejoins par Ryan Reynolds himself. Deadpool 2 poursuit donc l’histoire des aventures de Wade Wilson qui, après le meurtre de sa bien-aimée Vanessa, doit aider un jeune mutant pourchassé par Cable, un mutant venu du futur pour l’éliminer.

Si le premier film était une origin story des plus conventionnelles sur le papier, cette fois l’histoire se concentre sur la place de Wade et son rôle à jouer. Même s’il se salie toujours les mains pour rendre justice, le mercenaire qui brise le quatrième mur doit évoluer. Lui qui travaille seul doit se forcer à travailler en équipe, mais les règles des X-Men ne sont pas pour lui. Il doit donc trouver un juste milieu. Cette évolution n’est pas anodine. Elle est ici pour deux raisons : premièrement, faire évoluer le personnage, lui permettre de faire son deuil et faire en sorte qu’il trouve sa place au sein du monde. De ce côté-là, le résultat est convaincant, quoique non sans défauts ou facilités scénaristiques — que pointe d’ailleurs Wade Wilson plusieurs fois en parlant directement aux spectateurs.

Oui, le film est conscient de ses limites et les montre. En second lieu — et il s’agit de quelque chose qui est là encore annoncé dans le film — il faut créer la X-Force pour développer la franchise. Avec l’ajout de Cable et Domino, c’est un début. On n’en dira pas plus car la scène de recrutement des autres personnages amène une des plus grosse blagues du film. Enfin, le film regorge de grosses surprises. A notre ère des réseaux sociaux et des leaks en tous genre, il est rafraîchissant de voir qu’un film réussisse à nous en réserver une telle sans que celle-ci soit éventée.

D’ailleurs, parlons de l’humour : toujours en-dessous de la ceinture, méta, teinté de références ou encore agrémenté de caméos assez surprenants, celui-ci fait mouche quasiment à chaque fois, même si certaines répliques tombent légèrement à plat. Mais ce qui nous a le plus surpris, c’est que cela ne s’arrête quasiment jamais. Il n’y a pas une scène sans une touche d’humour. Cela pourrait paraître trop mais non, cela dynamise l’ensemble et donne un très bon rythme au long-métrage. On sent aussi que beaucoup de répliques ont été improvisées. Une bonne chose, car cela donne un rendu assez authentique à l’humour. Il est clair que si vous avez aimé le premier, le second vous plaira tout autant sur ce point là.

Une meilleure réalisation

image david leitch deadpool 2

Concernant la réalisation, avec David Leitch aux rennes, il y a nette amélioration par rapport au premier film : la mise en scène de l’Américain est plus carrée, plus soignée, et saupoudrée de quelques bonnes idées lors des scènes d’action. Le réalisateur arrive d’ailleurs bien à gérer l’équilibre délicat entre action et humour. Leitch étant un ancien cascadeur et réalisateur de seconde équipe, les scènes d’action ou de combat sont également mieux chorégraphiées. De plus, avec le double du budget du premier (on passe de 58 millions de dollars à 110), les effets spéciaux sont de meilleure qualité, ce qui était l’un des gros défauts du premier opus. Il est bien aidé par la direction photo de Jonathan Sela (John Wick, Atomic Blonde) qui donne au tout un aspect plutôt réaliste, teinté d’un esprit comics. Petite déception côté musique. : Junkie XL (Mad Max: Fury Road, Batman v Superman) laisse sa place à Tyler Bates (John Wick 1 et 2, Atomic Blonde, Les Gardiens de la Galaxie Vol.2) dont la composition musicale s’avère en deçà de son prédécesseur. Enfin, le montage de Craig Alpert dynamise le tout. On ne voit pas passer les deux heures.

Côté casting, Ryan Reynolds est toujours parfait dans le rôle de Wade Wilson/Deadpool. Josh Brolin est très bon dans le rôle de Cable : il est le pendant sérieux et sombre de l’histoire et, malgré qu’il soit à l’opposé de Deadpool, il le complète parfaitement. Dans le rôle de Domino, Zazie Beetz est un bon ajout à la franchise, avec une prestation plutôt fun et solide.  Le jeune Julian Dennison s’avère une bonne surprise dans le rôle de Firefist. Le reste du casting est complété par les solides performances de Shioli Kutsuna, Leslie Uggams, Morena Baccarin, T.J Miller et Brianna Hildebrand.

Deadpool 2 est donc une très bonne suite : plus fun, plus carrée, plus soignée, développant bien l’univers de la franchise, tout en étant conscient de ses limites. On n’en attendait pas tant.

Découvrez notre test Blu-ray de Deadpool 2.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *