[Critique] Undercover – Une histoire vraie: Biopic Teenage Boss

Caractéristiques

  • Titre original : White Boy Rick
  • Réalisateur(s) : Yann Demange
  • Avec : Matthew McConaughey, Richie Merritt, Bel Powley, Jennifer Jason Leigh, Brian Tyree Henry, Rory Cochrane, RJ Cyler, Bruce Dern et Piper Laurie
  • Distributeur : Sony Pictures France
  • Genre : Drame, Policier
  • Nationalité : Américain
  • Durée : 111 minutes
  • Date de sortie : 2 Janvier 2019

Une bonne histoire, mais un scénario en dents de scie

Nouveau long-métrage du réalisateur français Yann Demange (’71), Undercover – Une histoire vraie s’intéresse à la vie de Rick Jr, un adolescent de quatorze ans. Son père, Richard, vend des armes aux trafiquants de drogues, à Détroit, dans les années 80. Le jeune homme devint  informateur pour le compte de la police, avant de s’impliquer du côté des dealers, pour se retrouver abandonné par ceux qui l’avaient utilisé et condamné à finir ses jours en prison. Une histoire qui promet, mais le résultat est il à la hauteur ?

Scénarisé par Logan Miller, Noah Miller (Sherif Jackson) et Andy Weiss, Undercover – Une histoire vraie retrace la vraie histoire de Rick Jr Wershe de 1984 à 1987. Dire que celui-ci a une vie trépidante serait un doux euphémisme. Au départ, pour gagner plus d’argent, il va voir des trafiquants de drogues locaux pour leur vendre des armes. Après avoir sympathisé avec eux et compris comment fonctionnait ce monde, il décida de se mettre à la vente de stupéfiants en leur terrible compagnie. Sauf que la police fédérale lui proposa, tranquillou, de se faire indic, ou d’aller en prison. Postulat de base simple, mais pas sans défauts. Si le film nous montre bien l’état de Détroit, et le monde de la drogue dans les années 1980, le scénario perd un peu le fil. Il se coupe véritablement en deux parties. La première est la plus intéressante, d’où un déséquilibre qui se fait sentir dans la seconde. La première s’intéresse à la plongée dans le monde des trafiquants ainsi que sa chute. Celle-ci est bien menée et immersive, grâce au point de vue de Rick Jr. La seconde aborde le fait que le jeune homme devient un caïd de la drogue. Et, de là, sa chute va vite, trop vite pour que l’on soit vraiment captivé. C’est plutôt dommage, car avec un scénario plus équilibré le long métrage aurait gagné en qualité.

Une réalisation simple mais efficace

image yann demange undercover une histoire vraie

Et c’est bien dommage, car la réalisation de Yann Demange, sans être exceptionnelle, s’avère efficace. Il arrive à bien nous plonger dans Détroit, et son monde de la drogue, au travers des yeux de Rick Jr., mais perd de son intérêt dans la seconde, qui comme le scénario, est moins bonne. On sent clairement que le réalisateur d’Undercover – Une histoire vraie ne sait plus quel tournant donner à sa réalisation. Et, encore une fois, ça nous chagrine, car les décors de Stefania Cella (Silvio et les autres) et les costumes de Amy Westcott (Night Call) nous plongent bien dans les années 1980. Il y a un vrai travail de reconstitution soigné. Le tout bien enveloppé par la photo  signée Tat Radcliff (’71), lequel rend un rendu sale, teinté de jaune, et réaliste à l’ensemble. Comme pour le scénario et la réalisation, nous émettons aussi une réserve sur le montage de Chris Wyatt. Ce dernier parvient à insuffler un bon rythme pour la première partie mais patine lors de la seconde. Non pas que l’on s’ennuie, mais l’intérêt est moindre.

Côté casting il faut reconnaître que c’est extrêmement solide. Le jeune Richie Merritt, dont c’est ici le premier rôle au cinéma, s’en sort admirablement bien. Grace à son jeu, on se prend d’affection pour son personnage et on découvre le milieu des stupéfiants au travers de son point de vue. Il porte parfaitement le film sur ses épaules. Un acteur à suivre. Matthew McConaughey est parfait, comme toujours, en père vendeur d’armes, qui essaye de faire survivre sa famille. Bel Powley s’avère touchante dans le rôle de Dawn, la sœur junkie de Rick Jr. Le reste du casting est étoffé d’excellents et solides seconds rôles avec Jennifer Jason Leigh, Brian Tyree Henry, Rory Cochrane, RJ Cyler, Bruce Dern et Piper Laurie qui apportent tous une touche de sérieux et leurs expériences pour que le tout marche. Au final, Undercover – Une histoire vraie n’est pas un mauvais film, loin de là, mais il manque un petit quelque chose pour en faire un long métrage mémorable.

6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *