[Test] Bow To Blood Last Captain Standing : grosse mise à jour

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Ordinateur/PC
    • Xbox One
    • Nintendo Switch
  • Développeur : Tribetoy
  • Editeur : Tribetoy
  • Date de sortie : 3 avril 2019
  • Acheter : Cliquez ici

Un concept original doublé d’un gros contenu

image bow to blood
Une mise à jour qui propose des explosions plus convaincantes.

Sorti pendant l’été 2018, tout autant en catimini qu’en exclusivité PlayStation VR, Bow To Blood a tout de même su tirer son épingle du jeu. Si le plupart des joueurs se mettaient d’accord sur le fait que le soft n’était pas parfait, loin de là, notamment à cause d’arènes répétitives et d’une forte tendance au motion sickness (le phénomène de mal d’estomac qui touchent une partie des gamers), ils étaient aussi quasiment unanimes sur un fait : on tenait là un concept bien original. Quelques mois après cette parution, le studio Tribetoy, qui développe et édite le titre, prouve qu’il ne lâche pas l’affaire en livrant une igrosse mise à jour, si généreuse qu’on parle carrément de nouvelle version.

Avant d’aborder les nouveautés embarquées dans Bow To Blood : Last Captain Standing, rappelons le contexte scénaristique et le principe du jeu. L’histoire joue clairement le rôle d’enrobage, de justification à la répétition de combats. Mais elle le fait de manière plutôt convaincante. Le joueur est plongé dans la peau d’un capitaine de vaisseau volant, lequel prend part à un tournoi. Celui-ci, qui demande aux participants de se lancer dans sept matchs à élimination, est retransmise à la télé, et commentée par un présentateur-star, dans la plus pure référence à Running Man. L’écriture aurait pu s’arrêter là, mais le jeu va introduire des capitaines aux personnalités bien trempées, et quelques menues problématiques vont apparaître, sans pour autant que cela ne passionne réellement. Surtout que l’ensemble n’est pas sous-titré en français. Un bon accompagnement donc, mais sans passion.

L’argument massue de Bow To Blood : Last Captain Standing, c’est incontestablement son concept. Déjà, on est aux commandes d’un capitaine de navire volant. De base, c’est la classe. Ensuite, l’on pouvait craindre de faire face à un simple battle royale qui ne dit pas son nom. Rassurez-vous, ce n’est pas le cas. Premièrement, le soft est entièrement jouable hors ligne, en solo. Ne soyez donc pas effrayés par une communauté lourdingue, ni par des adversaires à l’expérience bien supérieure à la vôtre. Ensuite, les matchs se déroulent dans un rythme en tous points différent de celui du genre précédemment cité. En gros, vous devrez tout d’abord parcourir une zone afin d’y dénicher la clé qui permet d’atteindre l’arène qui suit, tout en essayant de récupérer des bonus de points ici ou là, au risque de se prendre quelques dégâts persistants. Puis la deuxième partie du match propose un autre objectif, souvent très compétitif afin de bien faire appel à une composante primordiale de l’expérience : la stratégie, voire même le machiavélisme…

On peut carrément parler de nouvelle version

image gameplay bow to blood
Il faudra maitriser vos moussaillons de l’air pour remporter la victoire.

Si Bow To Blood : Last Captain Standing ne se produit pas dans la mouvance des battle royale, le jeu est tout de même très actuel. Car l’un des thèmes qui revient avec insistance, dans notre culture actuelle, c’est l’alliance. Suivie de près par sa petite sœur trahison. On le voit bien avec le succès de Game Of Thrones, dont la dernière saison est évidemment entrain de cartonner. Dans le jeu qui nous intéresse ici, les deux derniers de l’épreuve en cours sont en ballotage d’une élimination, laquelle est soumise à un vote. Oui, cela doit vous rappeler certains programmes télévisés. Bien entendu, s’entendre entre capitaines apporte quelques bonus, mais aussi force à bien calculer nos faits et gestes. Du moins en attente d’une fatale traitrise, laquelle pourra vous frapper ou s’avérer de votre fait. Ce copinage se décidera entre les matchs, pendant des jours de repos bien plus remplis qu’un RTT en plein mois de mai. Pas de jardinage ici, mais de la mécanique et, donc, des phases de dialogue afin de consolider des atomes crochus avec certains participants. Le tout fonctionne bien, et l’on évite les réactions douteuses qui pourraient nous sortir du soft. On sent que Tribetoy a beaucoup travaillé cette feature, et le résultat en valait l’effort.

Bow To Blood : Last Captain Standing est, donc, à considérer comme une nouvelle version du titre original. Les ajouts sont nombreux et primordiaux, le développeur et éditeur ne s’est pas fichu de sa communauté. Tout d’abord, vous aurez remarqué que le soft est désormais disponible sur tous les supports : PC, PlayStation 4, Xbox One et Nintendo Switch. Car le casque de réalité virtuelle n’est plus obligatoire, le jeu est désormais entièrement jouable sans casque VR. Et, entre nous, c’est une très bonne chose : terminer les maux de ventre. Aussi, sachez que l’Oculus Rift et le HTC Vive sont désormais compatibles. On peut aussi compter sur un nouveau mode de difficulté, assez difficile et qui se destine principalement à celles et ceux qui possèdent l’ancienne version. D’ailleurs, précisons ici que, s’il s’agit d’une nouvelle sortie, les gamers qui ont acheté le titre avant cette MAJ ont évidemment droit à tout ce contenu de manière gratuite. Enfin, on note l’apparition de nouveau vaisseaux, histoire de booster une durée de vie décidément conséquente.

Malheureusement, Bow To Blood : Last Captain Standing n’est pas exempt de tous reproches. Tout d’abord, les premières heures de jeu sont pour le moins compliquée, à cause d’un mapping des touches qui nous demandent de fusionner avec un poulpe. Ainsi, gérer la place de l’équipage, qui doit pouvoir migrer d’une tâche à l’autre, est parfois problématique, du moins au début de l’expérience. Signalons tout de même qu’on parvient à digérer tout ça, mais au prix d’un véritable investissement. Ensuite, la technique n’est pas reluisante. Et pourtant, cette nouvelle version propose des explosions plus impressionnantes. Mais les textures restent assez pauvres, et l’on a remarqué pas mal de baisses de framerate. Aussi, les environnements ne diffèrent pas assez. Dommage, surtout que la direction artistique, qui peut vaguement rappeler Borderlands, est du genre à convaincre. Enfin, la bande son reste assez discrète, aussi bien du côté des bruitages que de celui des thèmes musicaux.

Note : 14/20

Bow To Blood : Last Captain Standing est ce genre de jeu un peu difficile d’accès, mais qui pourra convenir aux amateurs de concepts originaux. Son mélange de matchs en arène et de diplomatie vous demandera de l’implication, aussi bien pour digérer une prise en mains compliquée qu’afin de bien prendre conscience de tout le potentiel de ce soft. Si vous y accrochez, alors on parie que vous ne le lâcherez pas de sitôt, d’autant plus que sa durée de vie est assez costaude. Une bonne petite surprise.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *