[Preview] Luigi’s Mansion 3 : la licence vise les sommets

Caractéristiques

    • Nintendo Switch
  • Développeur : Nintendo
  • Editeur : Nintendo
  • Date de sortie : 2019

Un jeu qui pourrait bien multiplier les bonnes idées

Tout, dans Luigi’s Mansion, s’apparente à une sorte de miracle permanent. Tout d’abord, qui aurait pu prévoir, en 1983, alors que le personnage n’était qu’un faire-valoir, que ce héros maladroit aurait droit à sa propre série de jeux ? Pas grand monde. Et pourtant, en 2001, lors du lancement de la Gamecube, marqué par l’absence d’un titre estampillé Mario, Nintendo lançait cette licence, un peu pour se faire pardonner du fait précédemment rappelé. Et le succès fut au rendez-vous, grâce à une ambiance rafraîchissante et un gameplay original. Dix-huit ans plus tard (ce coup de vieux qu’on se prend en pleine poire), et une suite encore meilleure sur Nintendo 3DS, voilà que le troisième opus pointe le bout de son nez. Et ça sent le hit à des kilomètres.

Notre  prise en mains de Luigi’s Mansion 3 n’a duré que quelques minutes. Dès lors, vous comprendrez que l’on va éviter de s’attarder sur la narration : ce n’était pas le but de cette découverte. Par contre, il faut tout de même préciser qu’on a perçu une volonté de développer l’univers, et de chercher une ambiance très Scooby-Doo. Dans un mini-bus qui rappelle évidemment le dessin animé cité, Luigi, Mario, Peach et autres Toad foncent vers l’hôtel du Repos Éternel, au sein duquel ils sont conviés. Bien entendu, tout ce beau monde va se faire enlever par le Roi Boo, poussant notre héros froussard à reprendre du service, mais cette fois-ci équipé d’un tout nouvel aspirateur. Et c’est celui-ci qui provoque pas mal de grosses nouveautés côté gameplay.

La recette de Luigi’s Mansion 3 promet d’être très claire : faire tout, mais en mieux. Un peu comme le l’Ectoblast GL-U, plus complet que la version 5000 du précédent opus. Du coup, on retrouve les bases d’un gameplay désormais bien assimilé par les joueurs. Les fantômes hantent les lieux et, pour les calmer un bon coup, il faut les aspirer. Pour ce faire, on utilise toujours le Spectroflash, qui sert à étourdir les revenants, avec encore plus d’effet si l’on pense à le charger. Aspirer certes, mais aussi expirer, afin notamment de nous aider à l’occasion de certaines énigmes. D’ailleurs, la dimension casse-tête semble toujours aussi soignée, et le retour du Reveloscope s’avère tout à fait probant, dans ce sens. On pourra donc compter sur des éléments invisibles à l’œil nu, au sein des décors. Tous ces réflexes issus des itérations antérieures trouvent plusieurs utilités assez bluffantes. Car, c’est l’un des points qui se dégage de cette prise en mains : Nintendo a bien l’intention de proposer une suite inventive.

Un jeu qui s’annonce très généreux

Luigi’s Mansion 3 va surprendre les nombreux fans de la licence, et c’est sans doute grâce aux nouveautés de gameplay. La plus remarquée, c’est sans aucun doute Gluigi. Il s’agit d’un double, sous l’apparence d’un ectoplasme aussi vert que gluant. Sa particularité est de pouvoir être possédé par Luigi lui-même, du coup on peut passer d’un avatar à l’autre sans le moindre problème. Vous l’aurez compris, les développeurs ont sauté sur l’occasion pour imaginer des problématiques exploitant cette nouvelle mécanique. On peut passer au travers de pics acérés, mais aussi aider à déclencher des mécanismes. À noter que ce double possède ses propres points de vie, ne peut franchir des portes, et pourra être incarné par un ami. Tout ceci apporte évidemment beaucoup aux différentes situations traversées, en apportant une nouvelle méthodologie.

Mais ce n’est pas tout, car Luigi’s Mansion 3 peut se targuer d’une belle générosité dans les mouvements de son héros trouillard. Les phases d’aspiration gagnent en énergie, grâce à la possibilité d’écraser les spectres au sol. Concrètement, voilà comme cela se déroule : quand le joueur aspire, une jauge se remplie au fur et à mesure. Quand elle est pleine, on presse un bouton, et voilà que le fantôme se retrouve propulsé dans tous les sens, perdant au passage beaucoup d’énergie. Jouissive, cette méthode pourra aussi provoquer des dégâts aux adversaires impactés par le revenant. Oui, un peu comme dans un beat’em all. Aussi, on s’est rendu compte que les trépassés peuvent rapidement nous encercler. Du coup, il ne faudra pas hésiter à déchainer les vents : une grosse rafale, à déclencher en pressant les deux gâchettes, se charge de calmer tout ce vilain monde. Enfin, on peut désormais lancer des ventouses, notamment afin de désarmer certains vilains. Alors oui, cela fait beaucoup de nouvelles mécaniques à digérer. Et l’on peut même affirmer que les premières minutes ne sont pas toujours des plus aisées. Mais gageons que tout ceci construira un épisode décidément très complet.

Enfin, on se doit de vous signifier qu’on a été rassuré du côté du level design, ainsi que de la technique. Luigi’s Mansion 3 profite de toute l’expertise de Nintendo dans ces domaines, et le résultat se savoure déjà, sur ce seul quart d’heure passé en compagnie du soft. Les pièces traversées proposent pas mal de secrets,  et les mécaniques sont remarquablement mises à l’épreuve. Même le combat de boss, auquel on a eu le droit, fut l’occasion de vérifier à quel point chaque situation est propice à l’utilisation des réflexes nouvellement acquis. Ici, on devait l’éblouir, envoyer une ventouse sur le fantôme-chevalier, puis l’aspirer. Pas simple, mais très gratifiant. tout cela bien soutenu par une direction artistique qui séduirait le plus triste d’entre nous. L’hôtel regorge d’ambiances différentes, de détails dans tous les sens. Et rassurons celles et ceux qui vouent une sorte de culte aux animations de Luigi : ce  dernier est, ici, plus attendrissant que jamais.

0/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *