[Critique] Late Night : Une comédie subtile et intelligente

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Nisha Ganatra
  • Avec : Emma Thompson, Mindy Kaling, John Lithgow, Hugh Dancy, Denis O'Hare...
  • Distributeur : ARP Sélection
  • Genre : Comédie
  • Nationalité : Américaine
  • Durée : 102 minutes
  • Date de sortie : 21 août 2019

Un autre genre de comédie américaine

Les comédies américaines ont tendance à avoir un humour trash et en dessous de la ceinture (coucou Seth Rogen et consort !), d’ailleurs, nous n’avons pas été convaincus par Le Coup du Siècle, sorti plus tôt cet été. Cela ne veut pas dire que nous n’apprécions pas l’humour en dessous de la ceinture, mais il faut aussi un scénario.

Et c’est là que nous arrive Late Night de Nisha Ganatra (réalisatrice d’épisodes de séries tel que Brooklyn Nine-Nine ou Dear White People) et écrite par Mindy Kaling (actrice et scénariste sur les séries The Office US et The Mindy Project). Autant dire qu’avec ce duo, le potentiel comique du film était tout tracé. Est-ce bien le cas?

Late Night raconte l’histoire de Katherine Newbury (Emma Thomson), une célèbre présentatrice de « late show » sur le déclin qui est contrainte d’embaucher une femme d’origine indienne, Molly, au sein de son équipe d’auteurs.  Ces deux femmes que tout oppose (leur culture, leur génération), vont faire des étincelles et revitaliser l’émission.

Le scénario de Mindy Kaling s’appuie sur sa propre expérience. Elle a en effet été stagiaire sur le Late Night with Conan O’Brien. Autant dire que sa représentation des coulisses de la télévision est on ne peut plus exacte. Nous retrouvons donc ici une jeune scénariste, Molly, qui rejoint une équipe dont elle est la seule représentante féminine de la diversité culturelle. Elle a d’ailleurs été embauchée sur ces seuls critères. Elle va devoir faire ses preuves alors que la présentatrice du late show, Katherine Newbury, à l’ego surdimensionné, doit faire face au déclin des audiences, ce qui met sa place en danger.

Alors oui, on pourrait croire, à la lecture de ce petit résumé, que le long-métrage va tomber dans la facilité avec les mouvements sociaux actuels comme #MeToo, mais non. Le scénario se veut plus subtil. Même s’il aborde ces problèmes, on sent clairement que le but est de raconter une histoire, de divertir le public tout en mettant en toile de fond et en dénonçant les problèmes sociétaux des Etats-unis. Le tout sans y aller avec de gros sabots. Et clairement, c’était la chose à faire car cela fonctionne très bien. Que ce soit dans les répliques ou les gags, tout fonctionne assez bien. Ou plutôt assez bien, car tout ne fait pas mouche. Certaines répliques ou gags tombent à l’eau, par exemple,. On regrettera aussi la traditionnelle facilité scénaristique du happy ending.

Une réalisation moyenne, mais des acteurs excellents

image emma thompson late night

Côté réalisation, la réalisatrice Nisha Ganatra s’en sort plutôt bien. Sa réalisation reste classique, sans prise de risque, avec une majorité de plans fixes. On sent clairement qu’elle vient de l’univers télévisuel. La plupart des scènes se déroulent dans des bureaux, il y a très peu de scènes extérieures. On pourrait même dire que sa réalisation ressemble à celle d’un épisode de série.

La photo de Matthew Clarke (Hors Contrôle, Pitch Perfect 3) relève légèrement le niveau, avec une photo plus cinématographique. La musique de Lesley Barber (Manchester By The Sea) donne le ton juste du film sans trop en faire. Enfin, les 1h42 passent assez vite. Sans temps mort, ni longueurs. On passe donc un bon moment.

Côté acteurs, c’est du tout bon. Emma Thompson est tout simplement excellente dans le rôle de Katherine Newbury. Elle insuffle une énergie folle au film. Son timing comique dans les répliques fait quasiment toujours mouche. Une superbe prestation. Mindy Kaling (Ocean’s 8, Un Raccourci dans le Temps) n’est pas non plus en reste. Avec un humour différent de celui de Thompson, elle joue la contrepartie, non sans déplaisir. Une interprétation plus subtile qu’il n’y paraît. Son timing comique est également excellent. Le reste du casting est complété par les bonnes performances de John Lithgow, toujours aussi bon,  Hugh Dancy et Denis O’Hare qu’on voit que trop peu au cinéma.

Late Night est donc une comédie plus aboutie et convaincante sur le fond que sur la forme, menée par deux excellentes comédiennes qui vous feront passer un agréable moment.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *