article coup de coeur

[Test] The Bard’s Tale IV Director’s Cut : un bel exemple à suivre

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Xbox One
    • PC
  • Développeur : InXile Entertainment
  • Editeur : Deep Silver
  • Date de sortie : 27 août 2019 (dématérialisé), 6 septembre 2019 (physique)
  • Acheter : Cliquez ici

Une nouvelle édition largement améliorée

image test the bard's tale iv director's cut
Ces jolis lieux sont visés par une secte religieuse et belliqueuse.

Vous l’aurez remarqué : depuis quelques temps, on voit naitre beaucoup de version remasterisée, Enhanced, Director’s cut. Et ce sans trop qu’on ne comprenne les subtiles différences entre chacune de ces éditions. Si, parfois, on a été témoin de véritables prodiges (par exemple, les deux Divinity Original Sin ont eu droit à de sublimes versions Enhanced), d’autres nouvelles éditions ont jeté l’opprobre sur cet exercice, du moins pour beaucoup de joueurs. Et pourtant, on continue de penser que certains éditeurs sont poussés par une bonne volonté. C’est le cas d’InXile Entertainment, studio récemment acquis par Microsoft, qui nous livre un The Bard’s Tale IV : Director’s Cut de bel intérêt.

Rappelons tout d’abord que The Bard’s Tale IV est sorti (sur PlayStation 4, Xbox One et PC) courant 2018. Nous avions pu y jouer à l’époque, sans pour autant vous en proposer un test, malheureusement pour des raisons de calendrier surchargé. Mais tout de même, on a pu observer, en l’espace d’une petite heure, quelques soucis handicapants. Tout d’abord, l’ergonomie des menus, tout simplement calamiteuse. Aussi, cela foisonnait de bugs en tous genres, que ce soit dans les collisions, ou carrément des freezes d’écran, nous forçant à relancer la console. Tout cela se devait d’être corrigé. Signalons ici, car c’est d’une importance capitale, que tout le contenu de cette Director’s Cut est disponible gratuitement, sous forme de patch, pour les possesseurs de la précédente édition. Un beau geste, qui démontre à quel point InXile Entertainment respecte les joueurs.

C’est quoi, The Bard’s Tale ? Ce quatrième épisode reprend, évidemment, tous les piliers de cette série. Il s’agit d’un RPG, et plus précisément d’un dungeon crawler. Vous connaissez ce genre si vous nous suivez régulièrement, car on en aborde souvent, qu’ils soient occidentaux ou japonais. Le principe est à la fois simple et passionnant. Ici, les déplacements  se font case par case. Il existe une option afin de modifier cela, et de générer des déplacements libres, mais on ne vous la conseille surtout pas : cela dénature drastiquement la nature même du soft. Sur un damier en 4×4, on combat grâce à des points d’action en commun pour le groupe, avec tout ce qu’il faut d’offensives armées et de sorts à jeter, le tout dans un système très simple à digérer. Toute l’histoire se déroule dans la ville de Skara Brae, prise d’assaut par une faction religieuse quelque peu violente. En tant que membre de la Guilde des Aventuriers, il va vous falloir plonger dans des donjons cyclopéens, autant par leur taille que par leur contenu : monstres, pièges, objets, il y a de quoi faire. Et tout ça pour sauver votre prochain, comme vous êtes altruistes ! Bon, il faut tout de même vous confier que le récit ne brille pas par son développement : il agit surtout comme un accompagnateur, et non une motivation.

Même la durée de vie se voit enrichie

image jeu the bard's tale iv director's cut
Les combats sont aussi simples que réjouissants.

Mais avant de vous plonger dans le vif du sujet, il est de votre devoir de créer un avatar. The Bard’s Tale IV : Director’s Cut peut, de prime abord, sembler un peu chiche en terme de classes : seules quatre sont disponibles (guerrier, magicien, barde et voleur), là où un Etrian Odyssey en propose deux fois plus. Mais, pour le coup, on comprend la démarche. Tout d’abord, votre choix doit être complété d’une race, parmi sept. Chacune apporte sa spécificité, et les différents arbres de compétence se révèlent d’une grande richesse. Ainsi, il est peu probable que deux bardes obtiennent la même build en fin de cheminement. Sachez aussi qu’InXile Entertainment joue la carte de l’originalité dans les concepts : vous découvrirez, par exemple, que le magicien est un alcoolique par la force des choses : le gameplay a un impact sur son caractère. De quoi bien résister face aux hordes de monstres, par contre les muscles ne seront pas suffisants. Car les phases d’énigmes s’avèrent nombreuses, particulièrement bien construites et de plus en plus difficiles. Certaines vous demanderont, d’ailleurs, de farfouiller dans l’environnement afin de trouver des indices pour la résolution du casse-tête. Ce qui distille une forte saveur d’exploration, et s’équilibre finement avec les batailles.

Si l’on met autant en avant les qualités du jeu d’origine, c’est parce que The Bard’s Tale IV : Director’s Cut permet de plus s’y appesantir. En effet, les défauts, cités plus haut, ont largement été réglés. L’inventaire ressemble enfin à quelque chose, avec un filtre par type d’objet. Ce gain de temps, de visibilité, est énorme. Par contre, on regrette un peu que l’aspect du menu ne se soit pas raffiné, mais c’est de l’ordre du détail. Autre gros boulot, celui effectué sur les différents bugs. Nous avons bouclé le titre sans avoir subi un seul freeze, et ça c’est bonnard. Aussi, on ne se bloque plus contre les murs : les collisions sont dorénavant nickelles. Continuons avec les ajouts : la durée de vie augmente, et pas qu’un peu. On a droit à un nouveau chapitre, tout à la fin, qui nous ouvre les portes d’un donjon inédit et particulièrement retors, habité par de nouveaux monstres. Aussi, sachez que cette ressortie s’accompagne d’un nouvel équilibre dans la difficulté, notamment grâce à de nouveaux modes. Si vous vous contentez de rusher vers la fin, vous la verrez en un peu moins de trente heures. Par contre, si vous voulez tout voir, comptez sur le double.

Grandement expurgé des bugs de la précédente édition, The Bard’s Tale IV : Director’s Cut gagne en solidité technique. Ce qui ne veut pas dire non plus qu’on fait face à un jeu visuellement impressionnant. Les textures font parfois assez datées, et l’on a remarqué pas mal de baisses de framerate. C’est clairement mieux fignolé que par le passé, sans pour autant avoir réglé tous les soucis. Reste que les environnements traversés se révèlent agréables, ces donjons étant plutôt bien détaillés, et bien soutenus par un level design intelligent. Enfin, la bande originale, composée par Ged Grimes et Julie Fowlis, est toujours aussi impressionnante. Nous ne connaissions pas ces deux compositeurs, mais leurs thèmes ont un rôle majeur dans l’ambiance équilibrée entre accalmie et action qui règne dans ces donjons décidément engageant.

Note : 16/20

The Bard’s Tale IV : Director’s Cut corrige de nombreuses tares de la précédente édition, ce qui donne une nouvelle dimension à ce dungeon crawler, bien plus conseillé en l’état.  Il reste quelques imperfections, surtout d’ordre technique et scénaristique, mais ce n’est plus éliminatoire. Surtout, ce sont les améliorations qui dominent : les bugs ont très largement été combattus, l’inventaire est enfin digne de ce nom, et le contenu s’enrichit d’un nouveau donjon réussit. Voilà une édition qui n’a pas usurpée son sous-titre…

8/10

Une réaction

  1. The Bard’s Tale IV merci

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *