article coup de coeur

[Test] Disgaea 4 Complete+ : l’un des meilleurs opus de cette licence

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Nintendo Switch
  • Développeur : Nippon Ichi Software
  • Editeur : NIS America
  • Date de sortie : 29 octobre 2019
  • Acheter : Cliquez ici

La meilleure façon de découvrir Disgaea 4

image test disgaea 4 complete
L’univers de Disgaea 4 Complete+ est d’une grande richesse.

Sorti en 2011 sur PlayStation 3, Disgaea 4 : A Promise Unforgotten est considéré comme l’un des opus majeurs d’une des séries de Tactical-RPG les plus appréciées. Et, pour notre part, on en fait carrément le second sur notre liste des meilleurs Disgaea. Oui, devant le pourtant très mémorable cinquième soft. Mais son prédécesseur le surpassait à nos yeux, et ce pour beaucoup de raisons. Très actif sur ces derniers mois, et c’est une bonne chose pour la diversité du jeu vidéo, l’éditeur NIS America nous permet de replonger dans ce titre de grande envergure, non sans quelques ajouts intéressants, et sous le titre de Disgaea 4 Complete+. De quoi relancer la machine pour quelques centaines d’heures ? Oh que oui…

Disgaea 4 Complete+ reprend, bien évidemment, l’entièreté du jeu d’origine. Cela comprend aussi l’histoire, toujours autant en équilibre entre l’humour corrosifs (surtout dans les dialogues entre les personnages, à hurler de rire) et une tonalité épique. Le récit se concentre sur Valvatorez, un vampire bien étrange, puisque coupé de sa frénésie de sang par son propre chef, en modifiant son alimentation : il ne se nourrit plus que de sardines. Une véritable auto-punition, puisque ses actes passés furent odieux, d’ailleurs il était nommé Tyran. Et ce n’est pas pour rien, même si les raisons précises de sa conversion vers une forme de vampirisme plus soft sont gardées secrètes. Aujourd’hui, cette violence est derrière lui, et il est devenu formateur de Prinnies (les manchots bleus, l’un des grands ressort comique de la série). Mais un jour, ces derniers sont mis à mal : trop nombreux, ces bestioles doivent être combattues, sous ordre du Gouvernemort. Et ça, ce n’est pas acceptable pour Valvatorez…

Disgaea 4 Complete+ reste un délire très agréable à parcourir de fond en comble, grâce à une écriture survoltée. Et, grande nouvelle, le tout est sous-titré en français. Répondons ici aux puristes : oui, il s’agit de la traduction effectuée pour Disgaea 4 : A Promise Revisited, sur PlayStation Vita. Laquelle est bien meilleure, puisque directement issue des textes japonais. Du coup, soyez certains que toute la force des vannes fait le voyage, sans la censure et les approximations américaines. D’ailleurs, c’est bien cette édition qui sert de socle pour le contenu du soft qui nous intéresse ici : en est repris repris l’intégralité du contenu, et il est costaud. Tous les DLC ont fait le voyage, ainsi que les quêtes annexes parfois gigantesques, les personnages additionnels qui embarquent tout un background à découvrir par le biais d’un cheminement qui leur est propre. Et à cela, il faut désormais ajouter de nouvelles missions scénarisées (parfois un peu anecdotiques, mais toujours plaisantes à découvrir), la limite des niveaux qui saute et devient plus élevée (go jusqu’au level 9999 !), la possibilité de rejoindre la partie d’un autre joueur ou encore de créer ses propres cartes. Si vous cherchiez la version ultime de Disgaea 4, la voici.

Un gameplay d’une profondeur inouïe

image gameplay disgaea 4 complete+

Par contre, côté combat et personnalisation, Disgaea 4 Complete+ ne change pas la donne. Le résultat reste l’un des Tactical-RPG les plus aboutis à ce jour, avec une tonne de subtilités au programme. Pensons aux nouveaux-venus, qui découvriraient la licence avec cette sortie. Outre le fait que les sous-titres français vous aideront infiniment, sachez qu’il vous sera proposé un tutoriel long et efficace. Par contre, il sera nécessaire de vous accrocher, car les mécaniques sont nombreuses, et nul doute qu’il va vous falloir beaucoup de temps afin de réellement tout maitriser. Comme tous les T-RPG japonais, les déplacements en combat se font case par case, sous condition de points à dépenser pour ces mouvements, et ce sur un terrain agencé en damier. C’est ici que vous allez capter l’importance des classes, puisque les possibilités diffèrent entre elles, tout comme les capacités bien évidemment. Elles sont très nombreuses, une trentaine, ce qui permet une personnalisation déjà folle. Ajoutez à cela la quête du meilleur équipement (évidemment évolutif), ou encore le Monde des Objets, un endroit qui débloque les propriétés d’objets primordiaux (à la condition de venir à bout de batailles à la difficulté croissante), et vous commencerez à peine à comprendre la profondeur de ce titre.

Le Diable se cache dans les détails, écrivait Nietzsche. Et c’est d’autant plus vrai dans Disgaea 4 Complete+. Revenons sur les combats avec, par exemple, ce déplacement case par case que nous décrivions. Sachez que certaines d’entre elles seront signalées par une couleur différentes, ce qui signifie la possibilité d’activer des effets bonus, comme faire monter l’attaque de nos alliés. Il est aussi possible de fusionner deux monstres alliés pour donner naissance à une version bien plus puissante, de lancer des attaques dévastatrice nommées Peta, ou encore de capturer des ennemis puis de les soumettre à la Salle de la Discipline, histoire qu’ils plient l’échine et vous rejoignent dans les joutes. On vous conseille aussi de vous pencher au plus vite sur la mécanique d’enchainement : enchainez les coups, et les suivants gagneront en dégâts infligés. Plus vous avancerez, et plus ces subtilités seront importantes, car la difficulté va vite atteindre un degré élevé.

Disgaea 4 Complete+ en profite aussi pour donner un coup de plumeau technique. La résolution atteint enfin un 1080p constant, ce qui rend le eu plus agréable à l’œil, sans pour autant changer l’expérience du tout au tout. Par contre, la lisibilité de l’écran, en cours de combat, reste chargée parfois à l’excès. On aurait apprécié des options permettant de régler la taille de certaines informations, ou même la maitrise de la caméra, toujours statique. La direction artistique, signée Takehito Harada, reste l’un des très bons éléments de ce soft. Quant aux musiques, signée Tenpei Sato, elles jouent un grand rôle dans l’ambiance délurée qui règne dans cette aventure. Signalons ici que vous aurez le choix entre les voix anglaises et japonaises. Bien entendu, ce sont ces dernières qui emportent (très largement) notre adhésion.

Note : 16/20

Disgaea 4 Complete+ est, de loin, la meilleure façon de découvrir ce très bon T-RPG qu’est Disgaea 4. Si le jeu reste complexe de par la profusion de contenu et de mécaniques, les nouveaux venus pourront tout de même compter sur d’excellents sous-titres français, qui gardent toute la saveur de l’humour originalement déployé dans la version japonaise. Les habitués évolueront comme des poissons dans l’eau, mais sachez aussi qu’un tutoriel se chargera de vous expliquer la plupart des éléments, qu’il vous faudra maitriser si vous voulez réellement venir à bout de cette aventure. Laquelle pourra vous occuper pendant des centaines d’heures. C’est dire si ce titre s’avère tout aussi exigeant que passionnant.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *