article coup de coeur

[Test] Disgaea 1 Complete : une valeur sûre du T-RPG

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Nintendo Switch
  • Développeur : Nippon Ichi Software
  • Editeur : NIS America
  • Date de sortie : 12 octobre 2018
  • Acheter : Cliquez ici

Vous avez du temps devant vous ?

image histoire disgaea 1 complete
Le jeu est entièrement sous-titré en français, un vrai luxe.

Le secteur du jeu vidéo japonais regorge de licences qui méritent qu’on s’y attarde. Parmi elles, Disgaea tient solidement sa place. Sorti en 2004 sur PlayStation 2 (un an auparavant, au Pays du Soleil Levant), le tout premier opus a fait l’effet d’une bombe. Si le genre dans lequel la série s’inscrit, le Tactical-RPG, lui communique une saveur un peu de niche, les joueurs ont tout de même pu découvrir un soft au contenu carrément vertigineux, pour qui s’y investissait un minimum. Ajoutons une ambiance singulière, bourrée d’un humour noir qui deviendra l’un des signes distinctifs de la licence, et l’on obtenait un grand hit. Aujourd’hui, le studio de développement Nippon Ichi Software (Labyrinth of Refrain : Coven Dusk) et l’éditeur NIS America (Metal Max Xeno) ont décidé de donner au titre une sorte de seconde jeunesse, en le sortant sur PlayStation 4 et Nintendo Switch, dans une version rehaussée… et intégralement sous-titrée en français, s’il vous plaît !

Même si les fans ont certainement le scénario encore bien en mémoire, l’on se doit de rappeler à quel point l’écriture de Disgaea 1 Complete est une grande satisfaction. Tout commence par le réveil du prince Laharl, après un sommeil bien trop long. Etna, l’un de ses sous-fifres, lui apprend que, pendant cette sieste qui confine au coma, le père du jeune garçon, le roi Krichevskoy, est décédé. En avalant tout rond un bretzel, tout de même. Ce qui a ouvert le sujet de sa succession. Le territoire mal en point, il va falloir que le jeune homme se lance dans une grande reconquête, malgré de nombreuses embûches, et l’adversité des démons. Assez classique dans son fond, l’intrigue dévoile une grande dose d’humour parfois corrosif, qui pourra surprendre les nouveaux venus. Les personnages principaux sont toujours aussi charismatiques, et l’on s’y attache tout du long.

Une ambiance toujours aussi agréable

Disgaea 1 Complete soigne son récit, ce qui ne fait qu’embellir les sensations que ce jeu procure. Après quelques courtes minutes d’introduction, le joueur va devoir se lancer dans le grand bain, et sans bouée de surcroît. Autant vous prévenir de suite : le soft n’est pas facile d’accès, il va falloir s’accrocher. Le Tactical-RPG (Valkyria Chronicles 4Grand Kingdom) n’est pas spécialement simple à apprivoiser, de base, mais ici on atteint un autre stade. On sent, encore aujourd’hui, que Nippon Ichi Software avait quelques idées afin de propulser le genre dans les sphères du hardcore gaming. Le nombre de mécaniques, toutes plus folles les unes que les autres, en est la principale preuve. Soyez-en certains, les premières heures seront difficiles. Non pas dans le challenge proposé par le jeu, mais dans les efforts de digestion que le titre vous demande. Pour vous rassurer, il est dit en cours d’aventure que l’on peut très bien parvenir à ses fins sans tout maitriser. C’est la pure vérité, même s’il est fort à parier que vous tenterez de faire mentir cette affirmation.

Rappelons les bases de Disgaea 1 Complete. Les combats en sont la clé de voute, vous n’irez pas loin si vous n’y accrochez pas. Le terrain est divisé en case, tel un échiquier plus ou moins étendu, et les personnages que vous invoquerez pourront y agir au tour par tour, avec un nombre limité de mouvements. Bien entendu, il est question de se débarrasser des opposants, et pour cela plusieurs solutions s’offrent à vous. Tout d’abord, l’attaque, administrée en proximité de l’ennemi. Si plusieurs alliés prennent part à la joute, alors l’adversaire encaissera un combo. Beaucoup de subtilités viennent distiller une sacrée dose de tactique dans cette base. Par exemple, il est possible de balancer un personnage, afin qu’il atteigne un point éloigné ou, s’il s’agit d’un Prinnie (sorte de petit pingouin, mascotte du studio de développement), dans le but qu’il explose à l’atterrissage. La plus notable, c’est clairement les Géo-effets. Pour faire simple, les cases seront parfois associées à des couleurs, lesquelles sont issues de blocs qui confèrent des effets à ces espaces. Par exemple, du gain de puissance, et ce tout autant pour les vilains que pour les avatars du joueur. Vous aurez la possibilité de détruire ces blocs, et ainsi de vider la carte de l’effet associé, tout en provoquant des dégâts dans l’explosion en chaine créée. Seulement, vous l’aurez compris, ce n’est pas toujours une bonne solution, tant ces bonus peuvent autant vous servir que vous réduire à néant. Soyez-en assurés, ce jeu va vous faire comprendre ce qu’est un dilemme.

Des mécaniques de gameplay vertigineuses

image gameplay disgaea 1 complete
Les combats sont chargés de subtilités.

Disgaea 1 Complete est d’une richesse de gameplay sans trop d’égal. Si les combats vont vous rendre marteau, attendez de voir ce que le hub vous réserve. Ici, vous trouverez bien entendu les boutiques, mais aussi d’autres options carrément indispensables. Vous passerez énormément de temps dans l’Assemblée Infernale, afin de former de nouveaux soldats, parmi un nombre assez impressionnant d’archétypes. Mais ce n’est pas tout, car très vite vous comprendrez qu’il est indispensable de se frotter au Sénat, lieu rempli de représentants qui voteront des lois, dont l’impact se fera directement ressentir dans les batailles. Grâce à la Mana, il est possible par exemple d’augmenter le rang d’un de vos soldats. Et si le résultat ne vous plaît guère, il est toujours possible de filer un po-de-vin, voire carrément de combattre les sénateurs opposants ! Surtout, il ne s’agit pas d’une bête feature, d’un artifice superficiel : il est indispensable d’y passer du temps, au risque de faire face à un véritable mur de difficulté ingérable.

Mais le plus gros morceau de Disgaea 1 Complete, c’est sans aucun doute la gestion du farm. Là, amis gamers, vous allez dire adieu à toute vie sociale. Si la durée de vie, en ligne droite, peut se limiter à 60 heures, sachez qu’il nous paraît difficile de ne pas multiplier grandement ce chiffre, afin de bien profiter du contenu. Ne vous étonnez pas si votre compteur affiche au moins 400 heures. Oui, carrément. Et le Monde des objets en est la motivation principale. Les items que vous récupérez peuvent, et même doivent, être visités. Vous plongez dedans, afin d’en libérer le potentiel. Concrètement, cela se traduit par une série de combats qui, si leur issue est positive, augmenteront les capacités. Et plus la qualité de l’armement est grande, plus les niveaux défilent : jusqu’à cent pour le Légendaire. Là encore, cette excellente idée s’accompagne d’un développement assez hallucinant. En effet, on pourra aussi s’y défaire d’Innocents, des monstres qui libèrent des effets spéciaux, et qui pourront être utilisés sur n’importe quel objet à disposition. Ce système est d’une importance capitale, vous vous en rendrez vite compte…

Visuellement en phase avec Disgaea 5

image jeu disgaea 1 complete
Vous allez devoir y passer du temps !

Disgaea 1 Complete peut être fier de sa durée de vie imposante. Elle est aussi due au besoin de grinder les personnages. Et ne pensez pas qu’il s’agit de viser le fameux level 99. Non, ici on parle de 9999 ! Bon, dans les faits l’expérience s’accumule tout de même plus rapidement que dans d’autres RPG, mais cela reste tout de même assez fou. Aussi, les différentes armes des personnages gagneront en efficacité en fonction de votre propension à les utiliser. Oui, comme dans un Secret of Mana, par exemple. Aussi, il est possible d’embrigader un ennemi, en le lançant sur la case d’apparition de vos avatars, et en gagnant le combat en cours. Une petite subtilité de plus à ne pas prendre à la légère, surtout dans le dernier tiers du jeu.

Disgaea 1 Complete profite d’une refonte visuelle à ne pas sous-évaluer. Adieu les sprites de la PlayStation 2, on a désormais droit à un résultat tout à fait comparable à ce que le cinquième opus propose. Et pour cause : les assets proviennent directement de ce soft. Le résultat est clairement au niveau des attentes. Par contre, on est toujours un peu gêné par la caméra, pas toujours très pratique. On peut en changer les angles, mais parfois l’action se fait tout de même peu lisible. Enfin, on ne peut que féliciter Nippon Ichi Software et NIS America d’avoir ait le nécessaire afin que le soft embarque le doublage japonais, en plus de l’anglais. On ne peut, d’ailleurs, que vous conseiller la première solution, très dynamique dans le ton. Quant aux thèmes de Tenpei Sato, ils restent de très haut niveau, et ne dérangent pas le joueur, même si celui-ci ne compte plus ses heures de jeu.

Note : 17/20

Disgaea 1 Complete se destine aux joueurs très assidus, qui seront heureux d’y investir beaucoup de temps. Nippon Ichi Software doit être fier de son Tactical-RPG, tant il apporte des idées encore aujourd’hui originales, et d’autant plus passionnantes. Si la difficulté de la seconde moitié pourra parfois faire un choc, tout comme le caractère très abrupte de l’apprentissage des règles, tout cela forme un challenge incroyablement palpitant, qui vous procurera bien de la satisfaction. On pestera, à l’occasion, contre une caméra qu’on aurait apprécié plus précise, mais c’est bien là le seul vrai défaut d’un jeu certes difficile d’accès, mais diablement attachant.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *