[Test – Blu-ray] Fast & Furious : Hobbs & Shaw – Universal Pictures France

Caractéristiques

  • Titre original : Fast & Furious Presents: Hobbs & Shaw
  • Réalisateur(s) : David Leitch
  • Avec : Dwayne Johnson, Jason Statham, Idris Elba, Vanessa Kirby, Helen Mirren et Eiza Gonzalez
  • Editeur : Universal Pictures France
  • Date de sortie Blu-Ray : 11 Décembre 2019
  • Date de sortie originale en salles : 7 Août 2019
  • Durée : 136 minutes
  • Acheter : Cliquez ici

Image : 4,5/5

Fast & Furious : Hobbs & Shaw a été tourné numérique (Arri Alexa Mini, Arri Alexa SXT) et le blu-ray, au format respecté 2.39:1, s’avère quasiment parfait. La définition reste excellente tout au long du film, sans ne jamais faiblir une seconde. Aucune apparition de grain numérique, même lors des scènes les plus sombres, n’est à noter. Les détails sur les visages, décors et costumes s’avèrent sublimes. Les couleurs sont belles et saturées, surtout lors des scènes aux îles Samoa. Les noirs et contrastes sont aussi très bon. La profondeur de champ est, elle, parfaite. Seules quelques saccades, surtout durant les cinq premières minutes et une vers la fin du long métrage, viennent noircir le tableau. Un master HD qui plaira tout de même aux amateurs. Le débit moyen image est de 29,4 MBPS.

Son : 3,5/5

Universal Pictures France (Dragons 3 : Le Monde Caché, Comme des Bêtes 2nous propose une piste anglaise en Dolby Atmos (avec un core et compatible Dolby TrueHD 7.1). Si côté image, ce blu-ray est quasiment parfait, pour le son ce n’est pas le cas. Cette piste reste puissante, mais aurait méritée de l’être un peu plus. Elle est précise et assez ample, avec deux ou trois bons effets, mais nous avons été déçus du mixage. Si les dialogues sont clairs et que la musique et les effets passent par tout les canaux, le mixage met surtout en avant les musiques et les chansons du film. Par conséquence, les effets sont assourdis lors des scènes d’action. Dommage ! Le caisson de basse est peu mais bien utilisé. Une piste imparfaite. Le débit moyen son est de 3 MBPS avec des montées à 5,2 MBPS.

La piste française est en Dolby Digital Plus 7.1. Elle se révèle puissante et assez ample, mais manque de précision à cause de sa compression. Et, comme pour sa consœur anglaise, le mixage met plus en avant la musique et les chansons au dépend des effets. Le doublage français est au niveau, et s’incorpore bien à l’expérience globale. La musique et les effets passent bien par tout les canaux. Le caisson de basse est aussi peu mais bien utilisé. Une piste sympathique pour une piste VF. Le débit moyen/max est de 768 KBPS.

Bonus : 3,5/5

  • Ouverture alternative (10′)
  • Scènes coupées/scènes version longue/scènes alternatives (34′)
  • Johnson & Statham: Hobbs & Shaw (3′)
  • Evolution d’une scène de combat avec le réalisateur David Leitch (5′)
  • Des scènes d’action réelles (3′)
  • Le méchant (2′)
  • La sœur (4′)
  • L’arbre généalogique des Hobbs (3′)
  • La matriarche (1′)
  • De nouveaux amis (2′)
  • De l’action dans l’ascenseur (2′)
  • L’envers du décor des cascades (3′)
  • Une affaire de famille : conversation entre Roman et Dwayne (5′)
  • Une colère aveugle (2′)
  • Dwayne et Hobbs : l’amour au premier coup (1′)

On commence les bonus par l’ouverture alternative, d’une durée de dix minutes, du long métrage. On a là surtout un montage très différent des scènes qui figurent dans le montage final. Pas de plans ou de scènes en plus, mais un montage un peu plus chaotique présentant presque en simultané tout les protagonistes. Ensuite, nous avec les classiques Scènes coupées/scènes version longue/scènes alternatives, au nombre de vingt-deux, pour une durée totale de trente six minutes. Il n’y a que très peu de scènes coupées dans celles-ci. Elles n’apportent rien à l’intrigue. La plupart se contentent d’ajouts de dialogues ou de gags. C’est tout de même amusant de les regarder pour les improvisations des acteurs. Johnson & Statham: Hobbs & Shaw revient, durant trois minutes, sur la relation entre les deux acteurs et leurs personnages. Un petit module sympathique. Dans Evolution d’une scène de combat avec le réalisateur David Leitch, le réalisateur aborde la conception d’une scène de combat, durant cinq minutes, sur les styles des personnages, des armes qu’ils utilisent ou comment créer une scène d’action. Un bon bonus, un peu court mais instructif. Des scènes d’action réelles revient, durant trois minutes, sur l’importance des chorégraphies de combat pour raconter une histoire. Intéressant, mais là encore un peu court. Le méchant est un bonus de deux minutes dans lequel l’équipe mais surtout Idris Elba parlent du personnage de Brixton. La sœur est dans le même style que le module précédent sauf qu’il est centré cette fois sur le personnage d’Hattie Shaw. Durant quatre minutes, l’équipe et Vanessa Kirby parlent du personnage. Dans L’arbre généalogique des Hobbs, Dwayne Johnson, les acteurs et l’équipe présentent, durant trois minutes, la mère et les frères du personnage de Hobbs. Un bon petit bonus pour en savoir plus sur cette drôle de famille.

La matriarche est un bonus d’une minute sur le personnage de Queenie Shaw, déjà apparu dans la saga et interprété par Helen Mirren. Trop court. Il aurait été intéressant de développer un peu plus. De nouveaux amis revient, durant deux minutes, sur les caméo, amusants il faut le reconnaître, de Ryan Reynolds et Kevin Hart dans le film. Dans De l’action dans l’ascenseur, on revient, via ce trop petit making-of de deux minutes, sur une séquence pourtant intéressante. L’envers du décor des cascades est un bonus de trois minutes sur les cascades du long métrage. Des prévisualisation, storyboards, le tournage au effets-spéciaux : tout y passe. Dommage que ce soit trop court, car cela aurait pu être vraiment intéressant. Une affaire de famille : conversation entre Roman et Dwayne est un module, de cinq minutes, sur la culture samoan. Voilà qui a su capter notre intérêt. Dans Une colère aveugle, Dwayne Johnson revient, durant deux minutes, sur une anecdote de son grand-père, lui aussi catcheur professionnel. On apprend qu’une de ses histoires a donnée une scène du film. Enfin, Dwayne et Hobbs : l’amour au premier coup nous montre l’ex-The Rock qui présente, durant une minute, son chien de trois ans qu’il a appelé Hobbs, lequel apparaît dans le long métrage. Amusant.

image dwayne johnson jason statham hobbs and shaw fast and furious

Conditions du test

  • TV 4K UHD Sony Bravia KD49XF7077SAEP
  •  Lecteur Blu-ray  Sony BDV-E2100
  • Ampli Yamaha 4K UHD YHT-1840

Synopsis

Depuis que Hobbs et Shaw se sont affrontés, les deux hommes font tout pour se nuire l’un à l’autre. Mais lorsque Brixton, un anarchiste génétiquement modifié, met la main sur une arme de destruction massive après avoir battu le meilleur agent du MI6 qui se trouve être la soeur de Shaw. Les deux ennemis de longue date vont devoir alors faire équipe pour faire tomber le seul adversaire capable de les anéantir.

Le Film

Retrouvez aussi notre critique de Fast & Furious : Hobbs & Shaw.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *