article coup de coeur

[Test] Gears Club Unlimited 2 Porsche Edition : tout roule ?

Caractéristiques

    • Nintendo Switch
  • Développeur : Eden Games
  • Editeur : Microids
  • Date de sortie : 14 novembre 2019
  • Acheter : Cliquez ici

De quoi plaire aux amateurs de jeux de course plutôt arcade

image gameplay gears club unlimited 2 porsche edition
Gears Club Unlimited 2 : Porsche Edition vous réserve un gros contenu.

La sortie de Gears Club Unlimited 2 : Porsche Edition, exclusivement sur Nintendo Switch, est du genre à nous rappeler que cette console a, parmi ses manques, un manque criant de bons jeux de course. Pour faire clair, à côté de Mario Kart 8 Deluxe, Team Sonic Racing, WRC 8 et une toute petite poignée d’autres, c’est un peu le désert. Vous aurez remarqué que le style de la plupart des représentants est principalement loufoque, pas spécialement sérieux dans la représentation des circuits et bolides. Du coup, la licence Gears Club Unlimited, tenue par le toujours très intéressant studio Eden Games (V-Rally et Test Drive Unlimited, c’était eux), fait un peu office d’exception inespérée. Et cette suite, accompagnée ici de l’extension consacrée à la marque Porsche ainsi que de tous les autres DLC, confirme ce fait : il s’agit d’une belle et agréable réussite, pas pour autant dénuée de tout défaut.

Gears Club Unlimited 2 : Porsche Edition propose, parmi ses petites surprises, un mode Carrière scénarisé. Bon, le récit ne casse pas trois pattes à un canard, il fait même vite place à une simple succession de choix de courses, mais on souligne tout de même un effort mieux maitrisé que chez certains concurrents pourtant plus prestigieux sur le papier. On suit quelques dialogues très légers, mis en scène sommairement, avec ce qu’il faut d’artwork plutôt sympathiques. Mais on est tout de même vite emmené à ne plus trop y faire attention, sans non plus être embarrassé par la tonalité.

La Carrière de Gears Club Unlimited 2 : Porsche Edition propose un contenu assez solide pour vous embarquer dans un cheminement bien long. Rendez-vous compte : plus de deux-cent cinquante épreuves vous attendent, dans différentes objectifs (course, évènement et course contre la montre). Bien étendu, le but de ces participations est de gagner de l’argent, et de rassembler des sommes aptes à vous procurer de nouvelles voitures de plus en plus puissantes. Et si vous voulez les personnaliser, l’atelier vous ouvre la porte, aussi bien pour retoucher l’aspect physique des bolides que leurs performances mécaniques. Côté casting, et avec l’apport de l’extension, sachez que le nombre de véhicules dépasse la soixantaine, ce qui continue de construire un mode décidément généreux.

Gros contenu, mais petite technique

image test gears club unlimited 2 porsche edition
Les environnement sont plus nombreux que dans le premier opus.

Signalons ici que le gameplay ne change pas d’un iota avec la version parue en 2018. La prise en mains de Gears Club Unlimited 2 : Porsche Edition se veut en équilibre entre l’arcade et la simulation. Dans les faits, le jeu a plus tendance à se diriger vers le premier sous-genre, mais il se donne tout de même des atours qui jouent avec les réflexes du second. On a droit à une aide à la trajectoire (désactivable, ouf), laquelle nous donne des indices sur la nécessité de freiner ou non. Du coup, ne pensez pas foncer à toute berzingue dans les épingles à cheveu, sinon vous prendrez la direction des graviers. Cependant, la distance de freinage permissive, le déplacement des masses quasi inexistant et la les largesses laissées par l’utilisation du dérapage en utilisant le frein à main, tout cela provoque des sensations plus agressives, beaucoup moins fines que ce que peut être un Gran Turismo, par exemple. Tout cela nappé d’options qui peuvent encore plus vous assister, notamment sur le freinage. Un conseil : coupez tout ça si vous êtes un habitué des jeux de course. Aussi, le recours au rembobinage (ou rewind) permet de se donner une seconde chance si vous êtes du genre perfectionnistes. L’objectif d’Eden Games, et de Microïds, était plutôt de viser le fun immédiat, et le pari est tenu dans les grandes lignes.

Le contenu de Gears Club Unlimited 2 : Porsche Edition, déjà puissant avec la Carrière, gagne encore en dimension avec des modes multi. Bonne nouvelle, vous pourrez vous y adonner aussi bien en local qu’en ligne (jusqu’à douze joueurs pour le online). Non, le soft ne cherche pas à réinventer la roue à ce niveau, mais il garde son fun intact. Enfin, il faut tout de même revenir plus longuement sur l’ajout de l’extension. Sur la carte, vous aurez accès aux Porsches Series, qui se divisent en trois championnats, eux-mêmes comprenant chacun six courses. Et la récompense finale vaut le coup de s’accrocher. Le choix du verbe est pesé, car la compétition y est très rude, et même un peu trop : il nous a fallu trois saisons pour enfin atteindre un niveau nécessaire pour tout boucler. Ajoutez à cela tous les DLC sortis à ce jour, contenant de nouvelles voitures, et vous obtenez une durée de vie bien satisfaisante.

Beaucoup de raisons de se réjouir donc. Mais, pour autant, Gears Club Unlimited 2 : Porsche Edition n’est pas parfait. Les défauts sont principalement techniques. Précisons tout d’abord que les voitures sont honorablement modélisées, et les effets de lumière restent assez mignons, sans non plus nous renverser. Malheureusement, on a croisé quelques bugs d’affichage et, plus énervant, des collisions qui provoquent des effets sans commune mesure avec les chocs. Vous pouvez rentrer à toute allure en contact avec un adversaire, le rebond sera minime. Puis, la seconde d’après, à peine effleurer une rambarde et partir dans un tête-à-queue surréaliste. Ajoutons des temps de chargement beaucoup trop longs, quelques chutes de framerate, et des textures qui supportent mal la configuration dockée (jouez-y en nomade, c’est mieux). Dommage, car Eden Games a clairement amélioré la diversité des environnements (par rapport au premier opus), et la distance d’affichage tient le coup. Enfin, l’ambiance sonore nous a laissé de marbre : rien de fabuleux, ni d’horrifiant. Les moteurs ne nous ont pas fait gêné, c’est déjà ça.

Note : 14/20

Si vous êtes en recherche d’un bon jeu de course sur Nintendo Switch, on vous conseille de vous pencher sur Gears Club Unlimited 2 : Porsche Edition. Oui, le jeu est imparfait à cause d’une pure technique décevante, mais tout le reste apporte une bonne dose de fun. La conduite, arcade mais demandant tout de même de petits réflexes de simulation, reste agréable. Aussi, les différentes aides au pilotage (désactivables) en feront une expérience intéressante pour des joueurs débutants. Ceux-ci, ainsi que les plus habitués, auront fort à faire avec un contenu étonnant, qui va vous demander des dizaines d’heures de pratique. De quoi faire vrombir la Switch.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *