article coup de coeur

[Test] Team Sonic Racing : un pour tous, tous pour un

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • PC
    • Ordinateur/PC
    • Xbox One
  • Développeur : Sumo Digital
  • Editeur : Sega
  • Date de sortie : 21 mai 2019
  • Acheter : Cliquez ici

Un jeu de course arcade fun… et coopératif

image gameplay team sonic racing
Certains circuits vous rappelleront de suite certains passages cultes de l’univers Sonic

Plus que jamais, l’heure est aux expériences coopératives. Le très surprenant, mais mérité, succès de World War Z, qui dépassera bientôt les deux millions de ventes, en est le témoin privilégié. Si les jeux d’action sont évidemment au centre de ce phénomène, nous abordons aujourd’hui un titre qui pourrait bien changer la donne. Team Sonic Racing, le nouveau bébé de Sumo Digital, dont on a plutôt apprécié le courageux Snake Pass (beaucoup moins le très décevant Crackdown 3) a, en effet, le mérite de proposer une recette originale. Et chacune de nos prises en mains, lors de divers évènements, titillaient notre curiosité. Restait à vérifier que le concept tient réellement la route sur la durée, et ce n’était pas gagné.

Première bonne surprise : Sega et Sumo Digital ont eu la bonne idée de penser à un mode scénarisé. Team Sonic Racing n’est certes pas Diddy Kong Racing, mais on souligne cette intention généreuse. Bon, le récit ne vole pas très haut. Il est question du mystérieux Dodon Pa, une sorte tanuki anthropomorphique, qui se déplace dans un engin rappelant fortement à l’Egg Mobile, le vaisseau du malfaisant Docteur Robotnik. Il envoie une invitation à chacun des protagonistes présents, tous issus de l’univers Sonic. Bien entendu, l’évènement organisé est un leurre, et les objectifs de l’organisateur vont bientôt éclater au grand jour. Pas de quoi s’en réveiller la nuit certes, mais on apprécie cette volonté d’offrir aux fans un contexte, au travers d’écrans fixes sur lesquels apparaissent des dialogues entièrement traduits en français.

Des mécaniques originales

image test team sonic racing
La direction artistique de Team Sonic Racing est au niveau de nos attentes.

Cette précision faite, il faut revenir sur le concept de Team Sonic Racing. Car c’est lui qui fait la force du jeu, très clairement. Dans ce soft, vous pourrez très bien terminer une course en première position, sans pour autant gagner la partie. Car le but est de favoriser le classement du trio en compétition. Vous débutez vos tours de piste avec trois coéquipiers, bien entendu différents selon le choix de votre pilote. Et il faudra que ces amis terminent aussi en bonne place. Du coup, la recette favorise grandement la tactique : il vaut mieux, parfois, rétrograder et s’occuper d’adversaires trop dangereux, en leur administrant missiles et autres armes que vous récupérerez tout au long du parcours. On pourra aussi créer une ligne d’aspiration afin de faciliter la remontée d’un allié, ou encore distribuer des ordres basiques, voire même récupérer les bonus de partenaires qui en auraient moins besoin que vous (et vice versa). Enfin, certaines de vos actions rempliront une  jauge de boost, qu’il ne faut surtout pas prendre à la légère tant elle peut renverser la tendance. Le fun qui se dégage de toute cette originalité saute aux yeux : on apprécie d’être réellement aux commandes de la réussite du groupe, et le suspens reste de mise.

Du reste, les sensations de course se rapproche pas mal de Sonic & Sega All-Stars Racing. Et ce n’est pas parce que celui-ci date de quasiment dix ans que le gameplay serait poussiéreux. Au contraire, Sumo Digital a eu la bonne idée de garder ce qui en faisait un titre de très belle envergure, tout en lui ajoutant les particularités précédemment dévoilées. Ainsi, on retrouve cette grande importance des caractéristiques de chacun des personnages, dont l’impact se fait réellement important. La tenue de route fait l’une des différences, et si vous lui préférez d’autres critères, il faudra apprendre à gérer un drift d’une efficacité redoutable quand on le maitrise. Il est bien entendu possible d’utiliser des objets d’attaque et de défense, ça ne change pas, même si l’on remarque un petit manque d’originalité dans les possibilités. Aussi, le casting est un poil léger, on aurait aimé encore plus de possibilités. Au-delà de cette petite retenue, les circuits sont, malgré ce qu’on peut penser au premier abord, une réussite. Le level design de Team Sonic Racing devait s’acoquiner avec le concept, et c’est le cas : les tracés sont amples, regorgent de chemins annexes, de croisements, de passages (très) secrets et de pièges. Au total, une vingtaine de circuits répondent présents, et leur diversité ne souffre d’aucune contestation de notre part. Certains sont moins inspirés, en terme de rythme (notamment le château hanté, qui aurait dû proposer plus de challenge), mais rien de bien grave. Ce qui apporte la preuve du côté fourmillant de l’univers Sonic.

Attention au framerate…

image playstation 4  team sonic racing
Certains tracés réserves des pièges…

La durée de vie de Team Sonic Racing figure, là encore, dans les bons points. Outre les huit heures nécessaires pour compléter le mode scénarisé, on pourra aussi se lancer dans des modes classiques, comme le Contre-la-montre, mais qui font gonfler la durabilité de l’ensemble. Aussi, sachez que vos classements de fin de course vous font gagner des crédits. Lesquels sont à dépenser dans une sorte de loterie. Le but : gagner des pièces à installer sur votre bolide, afin de le customiser, de lui apporter des bonus importants. Seulement attention, gagner dans une caractéristique, par exemple l’accélération, vous fera perdre du niveau dans une autre. Des objets purement cosmétiques sont aussi au programme, de quoi se démarquer dans les modes en ligne. Ceux-ci manquent d’excentricité, on aurait apprécié un peu plus de délires qui auraient pu rendre cette option encore plus indispensable. Cela reste tout de même correct, et stable. Enfin, Sega et Sumo Digital ont tenu à offrir du multijoueur en local, jusqu’à quatre participants en écran splitté, et c’est une excellente chose tant le fun qui s’en dégage est incontestable.

Et du côté de la technique alors ? Là, c’est un chouïa plus délicat. Team Sonic Racing peut compter sur une très solide direction artistique, avec des circuits qui proposent des spécificités bien senties, aussi bien du côté des embûches que de l’ambiance visuelle. Cela regorge de couleurs pertinentes, de jeux de lumière éclatants, d’animations énergiques. Le point faible, c’est la fluidité. Notre test a été effectué sur une PlayStation 4 de modèle strandard, et le framerate toussote quand l’écran se remplit de concurrents et de bonus utilisés. Ce n’était pas fréquent, donc pas de panique, mais voilà qui devait être signalé. Quant à l’aspect sonore, il est d’une efficacité redoutable. Les dialogues sont tous doublés en français (le mixage n’est pas top, par ailleurs, ce qui les étouffe un peu), et les bruitages ont cette personnalité qui nous permet de bien situer les dangers. Les musiques, composées par Jun Senoue, Tomoya Ohtani, Tee Lopes et Hidekuni Horita, apportent toute l’énergie qu’on est en droit d’attendre d’un jeu issu de l’univers Sonic. Là encore, on boit du petit lait.

Note : 16/20

On n’attendait pas Team Sonic Racing à ce niveau ! Le résultat dépasse le seul jeu à concept, en atteignant un résultat résolument fun et accessible. Le principe de coopération distille un besoin d’agir tactiquement, ce qui créé un suspens qu’on n’avait encore jamais vécu dans un soft de ce genre. On prend plaisir à gagner des courses, mais aussi à faire évoluer les bolides grâce à une personnalisation intelligente. Enfin, Sega et Sumo Digital ont eu la bonne idée de proposer un mode scénarisé sympathique, sans être inoubliable, ce qui arrange clairement la durée de vie. On pourra certes regretter quelques ralentissements observés ici ou là, ainsi qu’un casting pas assez étoffé. Mais, dans l’ensemble, voilà un jeu qu’on a aimé parcourir de fond en comble.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *