[Test] Call Of Cthulhu : un honnête portage sur Switch

Caractéristiques

    • Nintendo Switch
    • Xbox One
    • PlayStation 4
    • PC
  • Développeur : Cyanide Studio, Saber Interactive
  • Editeur : Focus Home Interactive
  • Date de sortie : 8 octobre 2019
  • Acheter : Cliquez ici

Call Of Cthulhu est fidèle à lu-même sur Switch

image switch call of cthulhu
Call Of Cthulhu construit une ambiance parfois très réussie.

Sorti en 2018, Call Of Cthulhu embarquait avec lui des promesses parmi les plus alléchantes, du moins pour les amateurs de l’oeuvre de H. P. Lovecraft, dont nous sommes. Adaptant le célèbre jeu de rôle papier paru chez Chaosium, le soft de Cyanide Studio (ici adapté par Saber Interactive) ne nous aura malheureusement pas tout à fait convaincu, la faute à une technique parfois défaillante et, surtout, des phases de gameplay problématiques. Quelques mois plus tard, l’excellent éditeur Focus Home Interactive nous sert un portage sur Nintendo Switch. Et ce n’est pas une volonté dénuée d’intérêt, comme on l’a vu récemment avec Vampyr

Précisons ici que ce test se concentre sur les qualités et défauts de Call Of Cthulhu sur Nintendo Switch. Si vous désirez en savoir plus sur le jeu, notamment concernant l’histoire et le gameplay, nous avons un article pour vous à cette adresse. Rappelons tout de même que Cyanide Studio a adapté le jeu de rôle papier de chez Chaosium, et non pas l’une des nouvelles de Lovecraft. Si l’on retrouvera bien des clins d’oeil appuyés à certains écrits du maître de l’indicible, la saveur du récit se veut plus proche de ce que fait un Mark Morrison… qui figure d’ailleurs au poste de scénariste du jeu. C’est une bonne chose, car son talent n’est plus à démontrer, et cela accouche d’une ambiance parfois fascinante tant elle retranscrit la substantifique moelle lovecraftienne. Elle constitue le gros point fort de cette expérience, surtout dans la première moitié du cheminement.

Si Call Of Cthulhu perd en charme lors de sa seconde partie, c’est parce que le jeu tente des choses qu’i aurait dû mettre de côté, ou mieux façonner. On apprécie l’idée de distiller des éléments de RPG, par le biais de la gestion de points de capacité (Éloquence, Force, Investigation, Psychologie et Trouver objet caché). Mais, dans les faits, chacun des effets est sous-exploité. Aussi, on se demande ce qui a bien pu se passer pour que les phases d’action puissent se retrouver dans l’oeuvre terminée. Elles sont toujours aussi catastrophiques, comme l’énigme des lumière, un véritable calvaire. Cette édition pour Nintendo Switch se veut à 100% fidèle au contenu des autres versions, donc il va falloir se retrousser les manches et s’en défaire. On vous conseille tout de même de ne pas abandonner : le titre garde de biens bons moments.

Un portage honnête, sauf pour les sous-titres

image saber call of cthulhu
L’enquête fait découvrir des lieux très lovecraftiens.

Cette version Nintendo Switch de Call Of Cthulhu était surtout attendue pour son ergonomie, et sa technique. Et dans les deux cas, on se trouve face à un résultat très connexe à celui du portage Vampyr, même si celui-ci nous paraît un peu plus définitif. La prise en mains se veut tout de même résolument immédiate, le mapping des touches tout à fait pertinent. Seul souci : la taille des sous-titres est trop petite. C’est un vrai regret, car cela se ressent surtout en mode nomade. Et ne pensez pas qu’il existe la moindre option afin de régler le souci : il n’y en a pas. Saber Interactive, qui s’est occupé de ce portage, serait bien inspiré de penser à une mise à jour ajoutant des possibilités pour l’accessibilité. À l’heure des mises à jour, ce ne serait pas un luxe.

Si nous conseillons le mode nomade, c’est parce que Call Of Cthulhu s’y dévoile sous un meilleur jour qu’escompté. Et, c’est à préciser, nous avons plus été séduits par la technique dans ces conditions, que sur PlayStation 4. Pourquoi ? La raison est simple : si l’ensemble se fait un peu plus flou, il est aussi plus agréable du côté des textures, et l’on remarque moins les éléments du décor qui prennent leur temps pour apparaître. Du coup, c’est globalement plus propre, même si ça reste très loin de la panacée : les animations font encore très raides, et l’on constate des chutes de framerate. En docké, le constat est bien plus sombre : on retrouve toutes les tares que nous avions relevé, en 2018. Mais, pour ne rien arranger, avec une résolution moindre. Signalons, aussi, que le jeu fait fondre la batterie comme neige au soleil. On vous conseille, donc, d’y jouer près d’un prise.

Note : 13/20

Que ce soit sur PlayStation 4 ou Nintendo Switch, Call Of Cthulhu nous laisse pas mal de regrets, d’autant plus q’on est prêt à lui reconnaître certaines qualités. On a toujours du mal avec la seconde partie du jeu, et certaines phases de gameplay indigentes nous restent toujours au travers de la gorge, tout comme certains points techniques. Aussi, la note perd un point à cause de la taille des sous-titres, vraiment trop petite. Si Saber Interactive a la bonne idée de corriger ça, le verdict sera rehaussé. Au-delà de ces retenues, l’ambiance sauve la mise, et l’on prend tout de même un certain plaisir à vivre cette enquête. C’est déjà ça.

6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *