[Critique] Énorme : Sympathique mais un peu mou

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Sophie Letourneur
  • Avec : Marina Foïs, Jonathan Cohen, Jacqueline Kakou, Ayala Cousteau, Victor Uzzan...
  • Distributeur : Memento Films Distribution
  • Genre : Comédie
  • Nationalité : Français
  • Durée : 101 minutes
  • Date de sortie : 2 septembre 2020

Inoffensif mais pas innocent


Claire (Marina Foïs), pianiste de renom, est presque totalement dépendante de son conjoint Frédéric (Jonathan Cohen), qui est également son agent. Toujours aux petits soins pour elle, il réalise à ses 40 ans qu’il a soudain envie d’un bébé. Manque de chance, Claire elle, n’en a jamais voulu et ils étaient bien d’accord là-dessus. Frédéric, acculé, commet l’inévitable et lui fait un enfant dans le dos.

Un pitch long mais nécessaire pour comprendre que l’ensemble de la narration d’Énorme va (presque) tourner exclusivement autour de son couple principal, dont les évolutions respectives seront au cœur de la dramaturgie ou de l’humour. Le film de Sophie Letourneur va s’avérer tantôt poliment amusant, tantôt gentiment ennuyeux.

Inversion des situations

image sophie letourneur énorme

L’histoire d’Énorme débute certes par la trahison du personnage de Jonathan Cohen, qui change les pilules contraceptives de sa conjointe (une vive polémique a d’ailleurs éclaté récemment à ce sujet) pour obtenir son bébé, mais délaisse rapidement l’aspect coupable voire malsain de l’acte au profit d’une progressive inversion des codes de la maternité.

Claire subit son conjoint (en plus d’un ventre “énorme”) qui, à l’approche de l’accouchement, devient de plus en plus gros, hystérique et envahissant. Bref, c’est presque lui qu’on pourrait considérer comme enceint. Les situations qui en résultent peuvent parfois être drôles, mais s’avèrent surtout répétitives à long terme, jusqu’à un final qui se voudrait touchant mais jure avec le parti pris du reste du film.

Un duo bancal mais sympathique

image marina fois énorme

Pour ce qui est des acteurs, on peut dire que Marina Foïs et Jonathan Cohen forment un couple plutôt attendrissant bien que dysfonctionnel, tant sur la forme que sur le fond. Le personnage joué par Marina Foïs agace d’abord par sa passivité, avant de finir par se prendre (tardivement) en main. En ce qui concerne celui de Jonathan Cohen, c’est l’inverse : d’abord amusant, il finit par exaspérer le spectateur par ses débordements un brin excessifs.

Cette ambivalence permet aux acteurs d’Énorme de donner de la substance à leurs personnages et de les rendre moins caricaturaux. Néanmoins, une erreur de casting subsiste en la personne de Marina Foïs, qui semble trop “âgée” pour la crédibilité du rôle.

Une réalisation sans personnalité

image jonathan cohen énorme

Ce qui frappe dans la réalisation d’Énorme, c’est qu’en fait il n’y rien à en dire. Elle n’est pas mauvaise certes, mais elle est surtout très impersonnelle, à l’image de son univers, qui sort finalement très peu des lieux clos, au point de créer un certain sentiment d’asphyxie.

Un choix volontaire sans doute par rapport au sujet, mais peu judicieux quand il s’agit de conserver l’attention du spectateur. Certes, Sophie Letourneur est peut-être victime de son budget, mais la répétition des gags et des lieux demeure le défaut majeur du film.

Un pari sans risques

Au final, Énorme s’avère un petit film sans prétention qui ne déplaît jamais vraiment, mais ne décolle jamais non plus. Un pari sans risques, avec un petit budget pour de petites ambitions, tant au niveau de la réalisation, des situations ou de l’écriture des personnages. Certains l’apprécieront tel un hors-d’œuvre inoffensif, d’autres comme une manière de digérer dans les bras de Morphée.

5/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *