[Test] RollerCoaster Tycoon 3 Complete Edition : portage honnête

Caractéristiques

    • Nintendo Switch
  • Développeur : Frontier
  • Editeur : Frontier
  • Date de sortie : 29 sptembre 2020
  • Acheter : Cliquez ici

RollerCoaster Tycoon 3 garde ses qualités d’époque

image test rollercoaster tycoon 3
Avant d’arriver à ce résultat, il va falloir travailler !

Ah, l’année 1999 ! Alors que le monde entier vivait dans la crainte absurde du bug de l’an 2000 (rétrospectivement, c’était quand même de la folie), le jeu vidéo embrayait après un millésime 1998 particulièrement dense. On vivait alors une sorte de mini-âge d’or, et cette année-là nous virent apparaitre des titres aussi mémorables que Silent Hill, Final Fantasy VIII, Soul Reaver, ou encore Rayman 2. Sur PC, c’était aussi une période riche en grosses sorties, avec Age Of Empires 2, Quake 3 Arena… et Rollercoaster Tycoon. Ce premier opus d’une licence dédiée à la gestion d’un parc d’attraction a su reprendre dignement le flambeau délaissé par Theme Park, et des suites se sont ensuite chargées d’affirmer la domination temporaire de la série. RolleCoaster Tycoon 3 représente une sorte de sommet, un épisode important pour plein de raisons. Le voir débarquer sur Nintendo Switch, dans une Complete Edition attendue au tournant, est donc un petit événement.

Avant d’en venir au contenu et à l’approche de cette Complete Edition, rappelons pourquoi RollerCoaster Tycoon 3 est un jeu qui mérite sa réputation. Tout d’abord, il faut rappeler le concept : il s’agit de construire et de gérer un parc d’attraction, et ce dans tous ses secteurs, du prix de l’entrée à la conception des attractions, en passant par la recherche et développement ou l’implantation des restaurants. Si, en 2020, tout cela a déjà été vu autre part, et de manière évidemment plus poussée (on pense à Jurassic World Evolution), force est de constater que les différentes mécaniques fonctionnent toujours aussi bien, entre complexité parfois surprenante et du bon gros divertissement quand il s’agit d’observer les réactions de nos cobayes visiteurs.

RollerCoaster Tycoon 3 signait le passage de la licence à la 3D, laquelle est d’une importance capitale dans le fun dégagé par l’expérience. En effet, c’est avec cet opus que l’on pouvait enfin monter dans les attractions et les tester. Là encore, l’effet n’a plus rien d’original aujourd’hui, mais il est intéressant de constater que ce soft allait déjà assez loin dans cette direction. On sent bien les variations liées à nos expérimentations, il ne s’agit pas uniquement d’une feature cosmétique. On peut s’en servir pour capter des loupés dans l’architecture, et les modifier. Si cette nouveauté provoque le sourire, il faut de suite rappeler que le titre reste d’une difficulté assez étonnante. C’était déjà le cas à l’époque de sa sortie initiale, les objectifs de la Carrière, principalement financiers, n’offrent que peu de place, voire aucune, à l’approximation. On vous conseille d’ailleurs de ne jamais sauté les étapes, et de tout d’abord vous en tenir à des manèges humbles, mais des magasins nombreux. Sans oublier, bien entendu, de bien raccorder tout ça aux chemins.

Un contenu impressionnant

image gameplay rollercoaster tycoon 3
L’ergonomie reste parfois difficile.

RollerCoaster Tycoon 3 reste un jeu de gestion à la fois riche et prenant. La Complete Edition vous propose un trip effectivement intégral pour ce qui est des DLC. On a donc droit aux extensions, intitulées Distractions Sauvages et Délires Aquatiques. Ce sont donc des dizaines de scénarios différents qui vous attendent, avec soixante-dix montagnes russes différentes, et une centaine d’autres attractions. Oui, c’est phénoménale, et la durée de vie s’en ressent : elle dépassera amplement les cent heures de jeu pour qui veut tout compléter. À cela, on se doit d’ajouter un mode Bac à sable qui fera le bonheur des apprentis forains. Par contre, on ne peut que regretter l’absence de bonus à ce niveau, alors que le jeu d’origine croulait sous les mods en tous genres.

RollerCoaster Tycoon 3 : Complete Edition était aussi attendu pour son ergonomie. Et là, le résultat est beaucoup plus discutable. Commençons par les bonnes nouvelles  : le soft est sous-titré dans un français soigné. Dès lors, même le grand public pourra s’y essayer, et c’est une bonne chose. Par contre, la prise en mains des différents menus s’avère bel et bien lourde, confuse. Passer d’une fenêtre à l’autre peut vite être une épreuve pour les nerfs, du moins dans les premières heures. L’utilisation des gâchettes manque de naturel, et la construction des montagnes russes peut prendre des airs de calvaire le temps qu’on digère la chose. On vous conseille d’ailleurs d’y jouer en nomade (malgré l’absence incompréhensible d’une option tactile), l’ensemble restant plus pratique dans cette configuration. Techniquement, le soft fait un bond vers la HD, par contre il garde ses textures d’époque. Domine donc un sentiment désuet, mais pas désagréable, le tout restant parfaitement fluide d’un bout à l’autre.

Note : 15/20

RollerCoaster Tycoon 3 : Complete Edition tient ses promesses, le jeu restant tout à fait sympathique sur la portable de Nintendo. Avec sa durée de vie gigantesque, son caractère de précurseur sur certains points, et le passage à la HD, le tout à un tarif tout à fait acceptable (29,99 euros), l’expérience laisse de bonnes impressions. Reste qu’il faudra tout de même digérer une prise en mains rendue difficile par l’ergonomie incertaine des menus. Et l’on aurait tout de même apprécié une possibilité d’avoir accès aux mods du titre d’origine. Malgré tout, l’ensemble reste bien recommandable.

Auteur

  • Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015. Manque clairement de sommeil.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *