[Test] Let’s Sing 2021 : une édition aussi solide que prudente

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Xbox One
    • Nintendo Switch
  • Développeur : Voxler
  • Editeur : Ravenscourt
  • Date de sortie : 13 novembre 2020
  • Acheter : Cliquez ici

Let’s Sing 2021 : pas de révolution, mais une édition plaisante

image test lets sing 2021

Pour les amateurs de jeux de chant, la fin d’année est synonyme de la nouvelle édition de Let’s Sing. Cette fois-ci, les fans ont même droit à une double dose, non seulement avec Let’s Sing 2021 mais aussi Let’s Sing Queen, dont l’habillage aux couleurs du groupe mené par Freddie Mercury se trouvait au centre du trip. Ici, le studio de développement Voxler et son éditeur Ravenscourt reviennent avec une édition canonique, dont on attendait quelques originalités afin de ne pas se présenter comme un écho trop accentué de son spin off.

Rappelons tout d’abord les bases de Let’s Sing 2021. Comme les précédentes éditions, ce jeu de chant peut se pratiquer au micro, que ce ou ces derniers soient issus d’anciennes versions, ou du package vendu avec deux de ces objets. On ne va pas se mentir : c’est avec ces éléments que le soft se fait le plus fun. Mais voilà, il se peut que vous receviez du monde, et que vous ne possédiez pas assez de micros pour tout le monde. Dans ce cas de figure, pas de stress : il suffit de vous rendre sur l’App Store ou sur Google Play, et d’installer l’application Let’s Sing Mic sur votre smartphone. C’est l’une des forces de ce titre : il se pense comme un party game, se rend accessible pour que l’on passe une bonne soirée. Par contre, on remarque une précision un peu plus poussée au micro qu’au smartphone, mais cela ne se remarquera pas trop, dans le feu d’une action amicale. Ce sera par contre plus décelable sur World Contest, le mode en ligne où les joueurs sont étonnamment plus « sérieux ».

Côté gameplay, rien ne bouge, ou si peu. Ce n’est ni étonnant, ni décevant : Let’s Sing 2021 s’appuie sur des bases solides, construites sur les vestiges des précédentes éditions. Le principe reste donc le même : le clip de la chanson défile, en même temps que les paroles. L’affichage tête haute indique la nécessité de tenir un mot sur une durée précise, et le but du jeu, vous le voyez venir, se révèle de coller à la rythmique. Voxler met l’accent sur cela, évidemment moins sur l’effort autour de la bonne note, même si cette dernière reste récompensée. Le but n’est donc pas de frustrer les chanteurs plus ou moins éméchés, ceux-ci pourront aussi engranger des points. Par contre attention, si vous désirez emporter toutes les étoiles en fin de chanson, il va vraiment falloir cravacher et trouver la bonne tonalité. Pour un jusqu’au-boutiste, le résultat se fera parfois assez difficile.

Le mode Legend ne demande qu’à être approfondi

image gameplay lets sing 2021

On attendait Let’s Sing 2021 plus spécifiquement sur ses modes de jeu. Alors certes, on a droit à un peu de nouveauté, mais on peut aussi remarquer un surplace évident. Débutons par la bonne surprise : Legend. C’est ce qui sauve cette édition d’une totale redite, avec la playlist bien évidemment. On y joue en solitaire, et le but est de remplir certains objectifs pendant quelques séquences de chansons, et ce avant d’enchainer sur une sorte de combat de boss très réjouissant. Voilà exactement ce qui manquait aux précédentes itérations de la licence : un cheminement qui nous emmène même à débloquer des avatars, et des objets cosmétiques pour les déguiser. De quoi nous accrocher, et il faudra chercher à enrichir encore tout ça les prochaines éditions. Par contre, le constat est plus banal pour les autres contenus. C’est bien simple, rien ne bouge dans : Classique, Featuring, Mix Tape 2.0, Let’s Party, World Contest, Playlist et Jukebox. Si bien que vous pouvez lire notre test de Let’s Sing 2020 pour en retrouver les forces et faiblesses.

Reste la playlist, que vous pouvez retrouver intégralement en suivant ce lien. Tout d’abord, si Let’s Sing 2021 est sous-titré Hits français et internationaux, ce n’est pas pour rien. Plus précisément, Voxler nous livre vingt chansons dans la langue de Molière (bon, plus ou moins passée à la moulinette de notre temps), et tout autant en anglais. C’est l’une des forces de cette licence que de savoir proposer un menu éclectique, qui en donne pour tous les goûts. De soprano à Jean-Jacques Goldman. D’Ariana Grande à Genesis. Par contre, il est clair que si vous appréciez les chansons plus à l’ancienne, vous êtes en sous-service. L’occasion de vous informer de l’existence de pas mal de DLC, qui pourraient vous intéresser.

Note : 15/20

Si vous aimez vous offrir chaque nouvelle édition de cette licence, Let’s Sing 2021 vous plaira pour deux raisons : une playlist solide, et un nouveau mode Legend qui apporte un peu de panache à l’ensemble. On reste tout de même dans une sorte de prudence concernant les autres contenus, qui non seulement ne se renouvellent pas mais ne réparent pas non plus quelques regrets. Globalement, on est donc dans une itération qui, certes, ne se pose pas encore comme la révolution tant attendue, mais continue de faire ce que la série fait de mieux : amuser tous les publics.

Auteur

  • Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015. Manque clairement de sommeil.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *