[Test – Blu-ray 4K Ultra HD] James Bond 007: La Collection Daniel Craig – Warner Bros

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Sam Mendes, Marc Forster, Martin Campbell
  • Avec : Daniel Craig, Christoph Waltz, Javier Bardem, Mads Mikkelsen, Léa Seydoux, Mathieu Amalric, Eva Green, Olga Kurylenko...
  • Editeur : Warner Bros France/ MGM / United Artists
  • Date de sortie Blu-Ray : 4 Novembre 2020
  • Date de sortie originale en salles : 22 Novembre 2006/ 31 Octobre 2008/ 26 Octobre 2012/ 10 Novembre 2015
  • Durée : 541 minutes
  • Acheter : Cliquez ici

Image 4K : 4,5/5

Pour le test des quatre films en 4K, que ce soit pour l’image ou le son, nous allons procéder film par film car ceux-ci ont différents types de réalisation.

Casino Royale (2006) :


Casino Royale a été tourné en pellicule 35 mm (Arricam LT, Arricam ST, Arriflex 235,  Arriflex 435) et le Blu-ray 4K est issu d’un master 2K avec compression HEVC avec une présentation en Dolby Vision (HDR10+ pour ceux qui ne bénéficient pas du format Dolby Vision) et au format respecté 2.39:1. Comparativement à la version Blu-ray de 2007, il y a du mieux dans cette nouvelle édition du film. La qualité de l’image est vraiment bonne. Les détails sur les visages, costumes et décors se font plus précis, même si cela n’est pas une redécouverte.

Le grain de la pellicule est bien présent et de façon homogène, même si sur une ou deux scènes celui-ci semble figé mais pas, ou peu, de présence de DNR. Le grain se fait un peu plus présent sur la scène d’ouverture en noir et blanc, mais cela est un parti pris de réalisation. Du côté des couleurs, grâce au Dolby Vision, celles-ci s’avèrent plus éclatantes et précises. Le bleu du ciel ou de la mer aux Bahamas ou les superbes décors de l’Italie, tout est plus beau. Les contrastes et les noirs sont plus détaillés, quoique un peu bouchés par moment. Mention spéciale tout de même pour la scène d’ouverture en noir et blanc.

La profondeur de champ est quant à elle très correcte. Si cela n’est pas une redécouverte totale de ce côté là, on est tout de même conquis par l’ensemble. Plusieurs saccades ont été détectés lors du visionnage, surtout lors de mouvements panoramique.

Note: 3,5/5

Quantum of Solace (2008) :


Quantum of Solace a été tourné en partie en pellicule 35mm (Arricam LT, Arricam ST, Arriflex 235 et Arriflex 435) et en partie en numérique (Arriflex D-21, Bell & Howell Eyemo, Dalsa Origin et Sony CineAlta HDW-F900R) et le Blu-ray 4K est issu d’un master 2K avec compression HEVC au format respecté 2.39:1 et une présentation en Dolby Vision (HDR10+ pour ceux qui ne bénéficient pas du format Dolby Vision).

Là encore, nous allons comparer avec le Blu-ray sorti en 2009. En ce qui concerne la qualité de l’image, celle-ci varie en fonction des scènes tournées en pellicule ou en numérique. Concernant celles tournées en pellicule, la qualité est bonne. Le grain est bien présent et de façon homogène. Pas de détection d’utilisation de DNR. Les détails sur les visages, costumes et décors sont plus précis que sur la version Blu-ray. Pour les scènes tournées en numérique, il n’y a pas de grain numérique. L’image est belle et très précise. On gagne en qualité générale par rapport à la version HD.

Comme pour Casino Royale, la vraie différence est à chercher du côté des couleurs, des contrastes et des noirs grâce au Dolby Vision. On a un apport sur les couleurs assez bénéfique de façon générale, mais surtout sur les scènes se déroulant dans le désert de Bolivie. Il y a peu de scènes sombres, visuellement parlant ou de nuit, mais les contrastes se font plus précis et les noirs ne sont pas bouchés. La profondeur est très bonne.

Là encore, ce n’est pas une redécouverte, mais une amélioration de ce que l’on a déjà pu voir, et c’est déjà pas mal. Quelques saccades, moins que sur le précédent titre, ont été détectés au visionnage.

Note: 4/5

Skyfall (2012) :

Skyfall a été tourné en numérique (Arri Alexa M, Arri Alexa Plus, Arri Alexa Studio et Red Epic) et le Blu-ray 4K est issu d’un master 4K avec compression HEVC au format respecté 2.39:1. avec une présentation en Dolby Vision (HDR10+ par défaut).

Alors là, nous avons été éblouis par ce master. la qualité d’image est juste parfaite. Les détails sur les visages, costumes et décors sont remarquables. On sent très clairement que c’est un master 4K que nous avons là. Il y a une vraie différence avec l’image du Blu-ray qui est ici plus aboutie. on gagne clairement en netteté. Outre la qualité de l’image, nous avons été impressionnés par l’apport Dolby Vision, qui se fait vraiment sentir avec la photo de Roger Deakins. Les couleurs respirent mieux et sont plus précises. Mais le plus vient des contrastes et des noirs, qui sont beaucoup plus précis et dynamiques. Que ce soit la scène de nuit à Shanghaï ou encore le final à Skyfall, tout le travail de précision de Deakins est ici magnifié. Un master hautement recommandable. Quelques très légères saccades ont été détectées lors du visionnage.

Note: 5/5

007 SPECTRE (2015):

007 SPECTRE a été tourné majoritairement en pellicule 35mm (Beaumont VistaVision Camera, Panavision Panaflex Millennium XL2, Arriflex 235 et Arriflex 435 ES), avec quelques scènes tournées en numérique (Arri Alexa 65, Arri Alexa XT M et Red Epic Dragon). Le Blu-ray 4K est issu d’un master 4K avec compression HEVC avec une présentation en Dolby Vision (HDR10+ pour ceux qui ne bénéficient pas du format Dolby Vision) et au format respecté 2.39:1.

Alors que le dernier film avait été tourné uniquement en numérique, ici on revient à la pellicule avec le directeur de la photographie Hoyte Van Hoytema. Changement d’ambiance donc. Concernant la qualité de l’image, celle-ci est excellente. Les détails sur les costumes, visages et décors sont impeccables. Le grain de la pellicule est léger et homogène comme il faut. On gagne un  léger voile de netteté par rapport à la version HD du film.

Evidemment, et comme pour les autres titres, la différence se fera sur l’apport du Dolby Vision. Les couleurs sont plus éclatantes et détaillées. Les contrastes sont plus précis. On pense surtout à la scène de réunion du SPECTRE en Italie où l’on découvre pour la première fois Blofeld et qui se déroule de nuit. Les noirs sont plus rigoureux sans être bouchés. La profondeur de champ est excellente. Là aussi, un master hautement recommandable. Quelques très légères saccades ont été détectées lors du visionnage.

Note: 5/5

Son : 3/5

 Version originale pour Casino Royale, Quantum of Solace et Skyfall :

Pour ces trois titres, ce sont les mêmes pistes qui ont été incorporées aux éditions Blu-ray originales. A savoir une piste DTS-HD Master Audio 5.1 pour la VO. Celles-ci sont biens puissantes comme il faut, bien réparties, avec quelques bons effets, surtout lors des scènes d’action pour lesquelles ces pistes donnent tout. Malgré tout, et cela est dû à sa compression, elles manquent, légèrement, de précision et d’amplitude. Les dialogues sont clairs, ma musique et les effets passent bien par les cinq enceintes. Le mixage sonore est très équilibré et permet une bonne immersion dans le film. Le caisson de basse est bien utilisé, avec une bonne précision, surtout pour la musique, les explosions et plus largement les scènes d’action. Des pistes explosives, mais ne pouvait-on pas avoir mieux pour leurs sorties en Blu-ray 4K?

Version originale pour 007 SPECTRE :

Pour ce dernier titre, la piste VO est en DTS-HD Master Audio 7.1. Celle-ci est puissante comme il faut, bien répartie, précise, assez ample, avec quelques bons effets d’ambiance. Les dialogues sont clairs, la musique et les effets passent bien par tous les canaux. Le mixage sonore est très équilibré et permet une bonne immersion dans le film, de même que le caisson de basse, plus particulièrement dans les scènes d’action et l’explosion de la base de Blofeld (plus grosse explosion jamais faite pour le cinéma).

Version française pour tout les films :

Les pistes françaises sont, elles, en DTS 5.1. Puissantes et biens réparties, elles manquent cependant clairement de précision et d’amplitude à cause de leur compression. Le niveau du volume du doublage français est bon et s’incorpore bien aux mixages originaux. La musique et les effets passent bien par les cinq enceintes.  Le caisson de basse est bien utilisé. Il est dommage que l’éditeur ne nous ait pas gratifiés de pistes HD pour cette édition.

image spectre daniel craig

Bonus : 3,5/5

Aucun nouveau bonus pour cette nouvelle édition, voici la liste de ceux qui sont inclus dans les Blu-ray aussi inclus dans cette édition.

Casino Royale :

  • Scènes coupées (7′)
  • La génèse de Casino Royale (26′)
  • L’œuvre incroyable Ian Fleming (21′)
  • James Bond au Bahamas (24′)
  • Ian Fleming: la route secrète vers le paradis (24′)
  • Mort à Venise (23′)
  • Naissance de James Bond (26′)
  • James Bond de chair et de sang (23′)
  • Vidéo-clip de Chris Cornell (4′)

Quantum of Solace :

  • Clip-vidéo “Another Way to Die” (4′)
  • Bond sur les lieux du tournage (24′)
  • Le début du tournage (3′)
  • Les lieux du tournage (3′)
  • Olga Kurylenko et la poursuite en bateau (2′)
  • Le réalisateur Marc Foster (3′)
  • La musique (2′)
  • L’équipe technique (45′)

Skyfall :

  • Filmer Bond (60′)
  • L’avant-première de Skyfall (4′)

007 SPECTRE :

  • Spectre : la plus grande séquence d’ouverture de la franchise (20′)
  • Blogs vidéos (9′)

Conditions du test

  • TV 4K UHD LG 49UH60
  • Lecteur Blu-ray Samsung 4K UHD UBD-M8500
  • Ampli Yamaha 4K UHD YHT-1840

Synopsis

De sa première mission en tant que 00 jusqu’à sa rencontre avec Blofeld, découvrez les quatre films James Bond incarné par Daniel Craig.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *