[Test] Tennis World Tour 2 Complete Edition: un second service réussit

Caractéristiques

    • PlayStation 5
    • Xbox One
    • Nintendo Switch
    • PlayStation 4
    • PC
    • Xbox Series X/S
  • Développeur : Big Ant Studios
  • Editeur : Nacon
  • Date de sortie : 10 février 2021
  • Acheter : Cliquez ici

Tennis World Tour 2 revient avec plus de contenu

image complete edition playstation 5

C’est l’heure des nouvelles éditions, chez Nacon ! Après un WRC 9 satisfaisant sur Nintendo Switch, l’éditeur français continue sur sa lancée avec Tennis World Tour 2. Parue voilà quelques mois, cette simulation signée Big Ant Studios était attendue au tournant, à cause d’un premier opus assez décevant pour laisser de bien mauvais souvenirs à tout le monde. Le résultat présenté par cette suite est d’une qualité telle que l’on ne pouvait que noter de belles avancées, et l’on espère voir la licence enfin sur de bons rails. Avant d’avoir des nouvelles d’une hypothétique (et probable) troisième itération, le soft nous revient avec une Complete Edition destinée à la nouvelle génération de console, sur PlayStation 5 et Xbox Series.

Avant d’aller plus loin, sachez que si le contenu du titre fait un bond en avant, le gameplay reste le même. Ainsi, pour obtenir de plus amples détails nous vous dirigeons vers notre test de Tennis World Tour 2, que nous avions rédigé en septembre 2020. La version ici traitée, sous-titrée Complete Edition, ne se pose pas comme une révolution du jeu initial, en terme de prise en mains. On retrouve donc une simulation mettant le paquet sur la tension des échanges, avec une propension à faire rester sur la défensive. Clairement, ce n’est pas avec cette expérience que vous montrez au filet n’importe comment, il est surtout question d’anticiper l’intelligence artificielle, pas toujours très lisible par ailleurs. Si la tactique nous parait toujours aussi importante, il est aussi nécessaire de pousser l’adversaire à la faute, notamment grâce à des coups chargés dont la puissance aura pour effet d’amoindrir la précision. Petit accessit aussi pour la gestion de la fatigue, qui ajoute encore une couche au réalisme du résultat. On regrettera peut-être cette propension à voir certaines animations prendre fin par dépit, alors que l’avatar aurait pu se démener et toucher la balle. Mais rien de bien méchant.

On n’est toujours pas fan du système de cartes qui, de notre point de vue, rentre en collision avec le contexte d’une simulation. Rappelons qu’il est question d’en détenir cinq, dont les effets peuvent être passifs ou actifs. Dans ce dernier cas, on n’arrive toujours pas à s’y faire : lancer la procédure d’activation n’est pas assez naturel. Il faut aussi signaler que, si l’intérêt fun de la chose ne nous paraît pas évident, elle est au moins totalement user-friendly, et ne demande aucun passage à la caisse, aucun achat intégré. Heureusement, Tennis World Tour 2 vous laissait le choix d’activer ou de désactiver cette feature, et c’est évidemment le cas aussi pour la Complete Edition. C’est l’occasion de préciser que les modes de jeu ne bougent pas d’un iota, on a toujours la Carrière, l’excellente Académie (indispensable pour les nouveaux venus, courrez-y), le multijoueur : la durée de vie est solide comme un service de John Isner.

De nouvelles animations, et une fluidité constante

image ps5 tennis world tour 2

Venons-en maintenant aux améliorations apportées par Tennis World Tour 2 Complete Edition. Car le sous-titre est bel et bien justifié : on fait face à une véritable version renforcée. Tout d’abord, le casting est complété de six nouveaux sportifs, tous rassemblés dans le DLC Champion Pack. Et les invités sont luxueux : Maria Sharapova, Andy Murray (enfin !), Marin Cilic, Donna Vekic, Justine Henin et Diego Schwartzman. Que du beau monde donc, qui porte le roster à quarante-huit stars. Toujours du côté du contenu, on note aussi l’arrivée de l’ATP Cup, proposant ainsi de nouveaux stades (Melbourne et Londres) dont, là encore, l’absence fut remarquée. Enfin, notons aussi des tournois en double insérés dans la Carrière, là encore un ajout à saluer. Cette nouvelle édition comble donc les vides, et ajoute même une petite touche de choix de personnalisation avec de nouvelles tenues à collectionner.

En lançant Tennis World Tour 2 Complete Edition sur PlayStation 5, on se rend compte de suite de quelques améliorations techniques, sans pour autant sauter au plafond. Si le résultat n’est pas non plus une totale transfiguration du jeu initial, celui-ci fait rend tout de même une meilleure prestation visuelle. Tout d’abord, les temps de chargement sont réduits à leur strict minimum. Et ça, on ne l’écrira jamais assez : ça change la vie. On a aussi droit à un peu de ray-tracing, mais rien de bien folichon à ce niveau. La fluidité à soixante images par seconde, quant à elle, est assurée que vous jouiez en 4K ou pas. C’est donc plus confortable pour les yeux, mais un autre domaine marque, lui, un gap : les animations. Avec les Signatures moves, on reconnait immédiatement le coup droit et le revers parfois caractéristique des grands noms du casting. Cela apporte un véritable plus, et donne à cette sortie encore un peu plus de crédibilité.

Note : 14/20

Tennis World Tour 2 Complete Edition ne révolutionne certes pas le jeu initial, mais lui apporte assez de nouveaux contenus, et d’améliorations techniques, pour que l’on puisse conseiller aux fans, ou à ceux qui n’ont pas encore craqué, de s’y pencher. Les six nouveaux joueurs sont tout sauf anecdotiques (Andy Murray, tout de même !), les nouveaux stades comblent un vide que l’on avait tous remarqué. Aussi, la réduction des temps de chargement à leur strict minimum change la vie : adieu ces temps morts qui nous plombaient le rythme de la carrière. Aussi, les animations passent un cap grâce aux Signature moves. Big Ant Studios confirme donc que la licence est sur la bonne voie, en espérant un troisième opus.

Auteur

  • Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015. Manque clairement de sommeil.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *