week-end taylor swift culturellement vôtre evermore

[Test – Blu-ray 4K Ultra HD] Docteur Folamour – Sony Pictures France

Caractéristiques

  • Titre : Docteur Folamour ou : comment j'ai appris à ne plus m'en faire et à aimer la bombe
  • Titre original : Dr. Strangelove or : How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb
  • Réalisateur(s) : Stanley Kubrick
  • Avec : George C. Scott, James Earl Jones, Keenan Wynn, Peter Bull, Peter Sellers...
  • Editeur : Sony Pictures France
  • Date de sortie Blu-Ray : 3 Mai 2023 (réédition)
  • Date de sortie originale en salles : 10 Avril 1964
  • Durée : 95 minutes
  • Acheter : Cliquez ici
  • Note : 8/10

Image 4K : 4,5/5

Docteur Folamour a été tourné en pellicule 35MM (Mitchell BNC) et le film a été restauré (avec un scan des négatifs originaux) en 4K . Le Blu-ray 4K est sorti en 2021 en France, c’est donc ici une réédition. Le Blu-ray 4K, au format respecté 1.66:1, est donc issu d’un master 4K avec une compression HEVC et une présentation en HDR10.

Même si l’édition Blu-ray était déjà très bonne, ici, on gagne légèrement en définition et en netteté comparé à la précédente, que ce soit sur les visages (les gros plans sont magnifiques), les costumes (tous les costumes militaires) ou encore les décors (évidemment, la war room), le tout avec une excellente profondeur d’image. Le grain est présent, très fin, homogène et non figé. Pas d’utilisation de DNR, et c’est tant mieux. Tous les défauts de pellicule (cheveux, etc.) ont été gommés. Alors oui, ce n’est pas une révolution ou une redécouverte mais le résultat est bon.

Docteur Folamour étant en noir et blanc, le plus important est le contraste et, de ce côté-là, c’est une redécouverte. Les différentes palettes de, noirs, blancs et gris sont vraiment excellentes. Ceux-ci sont beaucoup plus précis, avec des noirs non bouchés et plus profonds. Cela fait ressortir des détails, surtout sur les décors, que nous n’avions pas découverts lors des précédentes éditions. Une belle restauration, qui plaira aux fans de Kubrick. Aucun problème de compression n’est à noter.

Son : 3/5

Sony Pictures France nous propose une piste anglaise en DTS-HD Master Audio 5.1. Celle-ci est assez puissante, précise, bien répartie et suffisamment ample, avec pas mal d’effets quand il faut. Les effets sont surtout lors des coups de feu, lors des scènes dans l’avion et quelques échos de dialogues dans la War Room. Pour le reste, la musique et les chansons sont mises en avant sur ce mix. Pour le reste, c’est une piste assez frontale que nous avons là. Les dialogues sont clairs et le caisson de basse est peu utilisé, mais toujours aux bons moments.

La piste française est en Dolby Digital 5.1 – la même que sur les précédentes éditions. Rien de nouveau, donc. Le niveau du doublage français est bon et n’empiète pas sur le mixage original.  Les effets et la musique sont bien mixés, mais le résultat est tout de même très limité à cause de sa compression. Cela reste correct pour un film qui a 60 ans.

Bonus : 4/5

Pas de nouveaux bonus pour cette édition. En voici la liste :

  • Stanley Kubrick parle de la bombe (5′)
  • Interview de Mick Broderick (19′)
  • interview de Joe Dunton et Kelvin Pike (12′)
  • Interview de Richard Daniels (14′)
  • Interview de David George (10′)
  • Interview de Rodney Hill (17′)
  • Interview audio d’archive de Stanley Kubrick (3′)
  • Clips du Today Show (16′)

Conditions du test

  • TV 4K UHD Sony KD-49XF7077
  • Lecteur Blu-ray Samsung 4K UHD UBD-M8500
  • Ampli Yamaha 4K UHD YHT-1840

Synopsis

Le général Jack Ripper, convaincu que les Russes ont décidé d’empoisonner l’eau potable des États-Unis, lance sur l’URSS une offensive de bombardiers B-52 en ayant pris soin d’isoler la base aérienne de Burpelson du reste du monde. Pendant ce temps, Muffley, le Président des Etats-Unis, convoque l’état-major militaire dans la salle d’opérations du Pentagone et tente de rétablir la situation

Le Film

Pas le meilleur film de Stanley Kubrick, mais une comédie satirique qui fait parfois mouche grâce à un humour noir incisif. Le casting est parfait, George C. Scott et Peter Sellers en tête, mais c’est surtout le propos qui est intéressant quand on le replace dans le contexte de 1964. La réalisation de Kubrick est élégante, mais n’atteint pas encore des sommets. Evidemment, le film a vieilli, ne serait-ce que par ses effets spéciaux, mais c’est toujours un plaisir de le visionner 60 ans après sa sortie.

Article écrit par

Adore le cinéma en général, que ce soit les gros blockbusters ou les plus petits films, les séries TV et les jeux vidéo. Il réalise de nombreux tests de blu-ray et films en UHD 4K et couvre l'actualité cinématographique en salles.

Et maintenant, on fait quoi ?

L'équipe de Culturellement Vôtre vous remercie pour vos visites toujours plus nombreuses, votre lecture attentive, vos encouragements, vos commentaires (en hausses) et vos remarques toujours bienvenues. Si vous aimez le site, vous pouvez nous suivre et contribuer : Culturellement Vôtre serait resté un simple blog personnel sans vous ! Alors, pourquoi en rester là ?

+1 On partage, on commente

Et pour les commentaires, c'est en bas que ça se passe !

+2 On lit d'autres articles

Vous pouvez lire aussi d'autres articles de .

+3 On rejoint la communauté

Vous pouvez suivre Culturellement Vôtre sur Facebook et Twitter (on n'a pas payé 8 euros par mois pour être certifiés, mais c'est bien nous).

+4 On contribue en faisant un don, ou par son talent

Culturellement Vôtre existe grâce à vos lectures et à l'investissement des membres de l'association à but non lucratif loi 1901 qui porte ce projet. Faites un don sur Tipeee pour que continue l'aventure d'un site culturel gratuit de qualité. Vous pouvez aussi proposer des articles ou contribuer au développement du site par d'autres talents.

S’abonner
Notification pour

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x