bannière week-end taylor swift eras

[Test – Blu-ray 4K Ultra HD] Hunger Games : La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur – Metropolitan FilmExport

Caractéristiques

  • Titre : Hunger Games : la ballade du serpent et de l'oiseau chanteur
  • Titre original : The Hunger Games: The Ballad of Songbirds and Snakes
  • Réalisateur(s) : Francis Lawrence
  • Avec : Tom Blyth, Rachel Zegler, Viola Davis, Peter Dinklage et Hunter Schafer.
  • Editeur : Metropolitan FilmExport
  • Date de sortie Blu-Ray : 22 Mars 2024
  • Date de sortie originale en salles : 15 Novembre 2023
  • Durée : 157 minutes
  • Acheter : Cliquez ici
  • Note : 9/10

Image 4K : 5/5

Hunger Games : La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur a été tourné en numérique (Arri Alexa Mini LF IMAX) et le Blu-ray 4K, au format respecté 2.39 : 1, est issu d’un master 4K avec une compression HEVC/H.265, une image BT.2020, WCG et une présentation en Dolby Vision/HDR10. Les premières images du film sont impressionnantes en 4K. La première scène est très sombre et permet déjà de voir que c’est un solide master que nous avons là. Malgré le peu d’éclairage de celle-ci, tout est bien visible. Et ce n’est que le début. De façon générale, les détails sont magnifiques : visages, maquillages, coiffures, costumes, décors naturels (ceux du District 12 et ceux de l’arène) ou encore ceux des décors numériques. Il y a tout de même, sur 2-3 plans, une baisse de la qualité avec une apparition légèrement excessive de grain numérique, mais rien de bien grave.  La profondeur de l’image est aussi  bien gérée, que ce soit dans l’arène ou des décors plus petits comme l’appartement des Snow.

Pour ce qui est des couleurs, celles-ci sont saturées comme il faut. Il y a une prédominance sépia pour les scènes dans le District et bleu-gris pour tout ce qui est à Panem. Le long-métrage étant visuellement très sombre, nous avons d’excellents contrastes et noirs. Les scènes à basse luminosité ou de nuit ne perdent aucun détail et les noirs son profonds, beaux, précis et non bouchés. Si vous voulez tester ou régler votre télé sur ces points là, il nous paraît clair que ce titre fait partie de ceux avec lesquels vous pourrez le faire. Les blancs (les chemises) et les teintes de peau sont au niveau. Quelques rares et légères saccades ont été détectées, mais rien de bien grave. Les fans de la saga Hunger Games seront ravis et les personnes aimant des images pointues seront convaincues par ce master.

Son : 5/5

Metropolitan FilmExport (The Expendables 4, Saw X) nous propose deux pistes en Dolby Atmos, avec un core en Dolby TrueHD 7.1. Pas de différence entre les deux. Elle sont puissantes comme il faut, précises, biens réparties, amples, avec des effets assez ciblés. Ce sont d’ailleurs des pistes plus subtiles qu’elles ne le laissent paraitre. S’il y a surtout deux grosses scènes (l’explosion de l’arène et l’arrivée des serpents) qui utiliseront votre équipement de façon puissante avec une bonne utilisation d’effets verticaux, le reste s’avère plutôt calme. Calme ne veut pas dire que les différents canaux ne sont pas employés, loin de là, mais ce sont surtout des effets environnementaux qui sont présents. Que ce soit des bruits de foules à Panem ou les effets de la nature (oiseaux, arbre, feuille, eaux, pluie, etc.) dans le District 12. Et ils passent autant par les canaux Surround que, parfois, verticaux,. Tout ceci pour bien différencier  et opposer ces deux visions.

Il faut aussi reconnaître le bon mixage concernant les chansons du film et la musique de James Newton Howard, qui est bien mise en avant. Pour le reste, les dialogues sont clairs pour la VO et le niveau du volume du doublage pour la VF est au niveau, sans empiéter sur le mixage original. Le caisson de basse est peu utilisé. On notera évidemment la scène de l’explosion de l’arène  et celle des serpents qui utilise parfaitement le subwoofer, pour le reste, cela sert surtout d’appoint pour, par exemple, le tir d’armes à feu. Au final, ce mixage nous a convaincus. Plus subtil qu’il ne pourrait paraître pour un tel film, et qui offre de très bons moments auditifs.

Une piste Audiodescription est aussi disponible.

Bonus : 3,5/5

  • Commentaire audio avec le réalisateur / producteur Francis Lawrence et la productrice Nina Jacobson
  • Proie ou prédateur : le making-of (150′)
  • The hanging tree : la chanson (2′)
  • Lettre aux fans

Proie ou prédateur : le making-of est découpé en huit grosses parties. Il revient sur l’histoire, les thèmes, le casting et les personnages, la création des chansons, les décors et tournage en Allemagne et Pologne, les costumes, maquillages, coiffures, les cascades et la création des scènes d’action, le montage, les effets spéciaux, le son, la musique et la conclusion de cette aventure. Un très long making-of qui revient sur toute la production, ce qui est assez rare de nos jours pour un film récent depuis la pandémie.

The Hanging Tree : la chanson est la célèbre chanson de la saga chantée par l’actrice Rachel Zegler. Enfin, la Lettre aux fans est celle qu’avait publiée la romancière Suzanne Collins après qu’elle ait vu la version définitive du film.

Conditions du test

  • TV 4K UHD Sony Bravia KD49XF7077SAEP
  • Lecteur Blu-ray Samsung 4K UHD UBD-M8500
  • Ampli Yamaha 4K UHD YHT-1840

Synopsis

Le jeune Coriolanus est le dernier espoir de sa lignée, la famille Snow autrefois riche et fière est aujourd’hui tombée en disgrâce dans un Capitole d’après-guerre. À l’approche des 10ème HUNGER GAMES, il est assigné à contrecœur à être le mentor de Lucy Gray Baird, une tribut originaire du District 12, le plus pauvre et le plus méprisé de Panem. Le charme de Lucy Gray ayant captivé le public, Snow y voit l’opportunité de changer son destin, et va s’allier à elle pour faire pencher le sort en leur faveur. Luttant contre ses instincts, déchiré entre le bien et le mal, Snow se lance dans une course contre la montre pour survivre et découvrir s’il deviendra finalement un oiseau chanteur ou un serpent.

Critique du film

Prequel de la célèbre saga Hunger Games, La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur nous conte l’histoire de Coriolanus Snow avant qu’il devienne le méchant que nous connaissons. Sa jeunesse, son  amour pour Lucy Gray Baird, les Hunger Games (pas encore ceux que nous connaissons), ses désillusions et son passage du “côté obscur”. Si cela est plutôt bien fait grâce au réalisateur Francis Lawrence (réalisateur de Hunger Games : l’Embrasement et la Révolte partie 1 et 2) et du casting qui est très impliqué, on regrette que le changement du personnage de Snow se fasse trop rapidement vers la fin du film. Malgré cela, l’histoire est prenante, bien réalisée et constitue un bon complément à la saga principale.

Article écrit par

Adore le cinéma en général, que ce soit les gros blockbusters ou les plus petits films, les séries TV et les jeux vidéo. Il réalise de nombreux tests de blu-ray et films en UHD 4K et couvre l'actualité cinématographique en salles.

Et maintenant, on fait quoi ?

L'équipe de Culturellement Vôtre vous remercie pour vos visites toujours plus nombreuses, votre lecture attentive, vos encouragements, vos commentaires (en hausses) et vos remarques toujours bienvenues. Si vous aimez le site, vous pouvez nous suivre et contribuer : Culturellement Vôtre serait resté un simple blog personnel sans vous ! Alors, pourquoi en rester là ?

+1 On partage, on commente

Et pour les commentaires, c'est en bas que ça se passe !

+2 On lit d'autres articles

Vous pouvez lire aussi d'autres articles de .

+3 On rejoint la communauté

Vous pouvez suivre Culturellement Vôtre sur Facebook et Twitter (on n'a pas payé 8 euros par mois pour être certifiés, mais c'est bien nous).

+4 On contribue en faisant un don, ou par son talent

Culturellement Vôtre existe grâce à vos lectures et à l'investissement des membres de l'association à but non lucratif loi 1901 qui porte ce projet. Faites un don sur Tipeee pour que continue l'aventure d'un site culturel gratuit de qualité. Vous pouvez aussi proposer des articles ou contribuer au développement du site par d'autres talents.

S’abonner
Notification pour

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x