[Test – BR/UHD] Star Trek 2 : la colère de Khan – Nicholas Meyer

image br star trek 2 la colère de khanCaractéristiques

  • Réalisateur : Nicholas Meyer
  • Avec : William Shatner, Leonard Nimoy, Ricardo Montalban, DeForest Kelley, James Doohan
  • Éditeur : Paramount Pictures
  • Date de sortie Blu-Ray : 2 août 2016
  • Durée : 113 minutes (cinéma), 116 minutes (director’s cut)

Image : 5/5

On a pu tester cet UHD sur un téléviseur adapté (un LG 55EF950V pour être précis), c’est à dire capable de lire une résolution à partir de 3840 x 2160 pixels, le fameux « 4K ». Nous reviendrons sous peu sur d’autres expériences de la sorte dont nous disposons, mais sachez que Paramount lâche une bombe avec ce disque. On garde évidemment les mêmes références que pour un test BR : colorimétrie, constance de la résolution et les contrastes, soit ce qui influe véritablement sur le confort de visionnage. On va faire simple : tout est magique, même si l’on a tout de même décelé une poignée de plans sur Khan où la résolution décroche un chouïa. Mais pour le reste, on a beau déjà avoir vu ce Star Trek 2 : la colère de Khan maintes fois… on le redécouvre à cette occasion. C’est surtout le cas niveau colorimétrie, on voit une différence flagrante notamment dans la profondeur des couleurs que l’on ne peut que qualifier de bluffante. Le grain de confort est très présent, aussi. On est encore sidéré…

Son : 4/5

La piste française est en Dolby Digital 2.0 Surround, propre mais manque un peu de volume surtout lors des dialogues. On ne peut que vous conseiller de vous diriger vers l’incontournable VOSTFR, qui elle est proposée dans un Dolby TrueHD exceptionnel en sachant avec quelles limitations techniques, dues à la prise de son d’origine, Paramount a du jongler. On sent bien que les séquences d’action ont fait l’objet d’un gros travail, avec un grand soin apporté aux bruitages histoire de leur trouver un volume adéquate.

Bonus : 5/5

C’est l’orgie. Parmi les deux commentaires audio, celui assuré par Nicholas Meyer et Manny Coto est un inédit. On a droit à toutes les informations nécessaires pour bien comprendre dans quel contexte s’inscrit Star Trek 2 : la colère de Khan. Un disque rempli de modules, parfois assez anciens mais qui fonctionnent toujours de par leur exhaustivité.

  • Commentaires audio (VOST) : Nichalas Meyer + Nicholas Meyer et Manny Coto (inédit)
  • LCARS : Système informatique des données : accès à des informations contextuelles pendant le film (anglais uniquement)
  • Journal de bord du capitaine (27 minutes)
  • Création du personnage de Khan (23 minutes)
  • Interviews originales de William Shatner, Leonard Nimoy, DeForest Kelley et Ricardo Montalban (11 minutes)
  • Les effets spéciaux de Star Trek II : La colère de Khan (18 minutes)
  • James Horner : la composition de Genesis : interview du compositeur (9 minutes)
  • Collection des souvenirs du film : accessoires et costumes Star Trek (11 minutes)
  • Une approche romanesque (29 minutes)
  • Brief SCISEC 002 de Starfleet : le mystère derrière Ceti Alpha IV (3 minutes)
  • L’effet Genesis : la conception de la Colère de Khan (28 minutes)
  • La bande annonce cinéma (2 minutes)

Synopsis

L’équipe de l’Enterprise croise la route de Khan, un vieil ennemi fermement résolu à se venger de l’amiral Kirk qui l’avait banni sur une planète déserte. Pour accomplir son dessein, il s’empare du célèbre vaisseau afin de transporter une arme extrêmement dangereuse qui pourrait détruire la planète Terre. Aveuglés par la haine qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, Kirk et Khan vont alors se livrer un combat à mort dont les dommages pourraient s’avérer collatéraux.

image star trek 2 la colère de khan
Image non issue de l’UHD BR.

Le film

Star Trek au cinéma, ce ne fut pas une histoire d’amour immédiate. Après un premier film qui a déçu les fans de la série, que l’on sait particulièrement attentifs aux moindre détail (parfois beaucoup trop, soyons clairs), mais qui offraient tout de même certaines qualités de pur divertissement, la licence n’est plus vraiment en odeur de sainteté à Hollywood. Une suite est tout de même mise en chantier, histoire de ne pas rester sur un échec relatif, mais avec beaucoup moins de moyens… ce qui s’avérera tout à fait payant pour ce Star Trek 2 : la colère de Khan, considéré aujourd’hui comme la meilleure adaptation cinématographique du show de science-fiction le plus célèbre de l’histoire de la télé.

Star Trek 2 : la colère de Khan est une somme de bons choix. Le budget plus étriqué force les producteur à dégoter la perle rare, et non un grand nom dans ses pantoufles. C’est Nicholas Meyer qui rapplique, et si ce nom est étrangement passé à côté d’une carrière plus étoffée, il n’en est pas moins bien connu des amateurs de bons films fantastique. Son film précédent, C’était Demain, fait parti de ces petites pépites méconnues que l’on se régale à revoir de temps en temps malgré sa relative rareté. Et si la production l’engage, c’est aussi pour redresser la barre d’une écriture mal engagée : le scénario en est à son énième version, et tout est bon pour la poubelle. Nicholas Meyer, dont le talent d’écriture lui a assuré une certaine renommée après l’écriture de trois pastiches de Sherlock Holmes (il en adapte un en scénario, le très sympathique Sherlock Holmes attaque l’Orient Express), reprend le projet et bouscule les codes de la séries. Après quelques tensions, notamment avec William « Amiral Kirk » Shatner, le réalisateur met de l’eau dans son vin mais garde tout de même son meilleur effet. Celui qui a fait tant parler à l’époque, voire même tant pleurer les fans (certains iront jusqu’à menacer de mort les producteurs, carrément) : la mort de Spock.

Star Trek 2 : la colère de Khan est non seulement le film le plus abouti issu de la série, mais aussi et surtout une très belle œuvre tout court. Space Opera que l’on peut aisément qualifier de séminal, il donne tout ce qu’on attend de ce genre de grand spectacle : une problématique héroïque, un antagoniste fortement symbolique (Khan est une Némésis de Kirk), des combats spatiaux qui impressionnent, et une grosse louche de fondamental pertinent. Star Trek : la colère de Khan, c’est tout ça à la fois. On retrouve un des bad guy les plus flippants de la série d’origine, et qui ne perd en rien de son pouvoir de terreur. La relation entre Kirk et Khan peut même rappeler celle de Batman et du Joker, tant les deux sont en fait entrain de se livrer un duel intime sous couvert d’enjeux beaucoup plus importants en terme de potentiel nuisible. Khan a de quoi l’avoir mauvaise, sa volonté de vengeance est une force pour le métrage : le public, s’il ne peut le cautionner, se dit aussi que son destin n’est pas des plus enviables.

image film star trek 2 la colère de khan
Image non issue de l’UHD BR.

Star Trek 2 : la colère de Khan, c’est aussi tout un discours gentiment philosophique, notamment sur le rapport au vieillissement. Cela vient clairement du réalisateur Nicholas Meyer, qui agit sur ce film comme un véritable auteur et non un yes-man honteux. Alors qu’il filme des aventures palpitantes, on a aussi une sorte d’impression de flétrissement non pas physique, mais psychique. Kirk est toujours aussi enclin à la découverte, mais il est tiraillé par la vie plus « terre à terre » qu’il aurait pu construire, notamment avec son fils qu’il n’a pas vu grandir. Spock a évidemment son mot à dire, jusque dans ce final déchirant où tout prend forme… en même temps qu’une partie de l’histoire de l’Enterprise tire sa révérence (temporairement, rassurez-vous).

Star Trek 2 : la colère de Khan est un divertissement de haute volée, idéalement rythmé et sachant tirer profit de limitations budgétaires drastiques mais qui ne se ressentent jamais à l’écran. C’est juste que l’on ne se perd pas à visiter trop de planètes : tout est affaire entre deux personnages, Kirk et Khan, et non une simple histoire purement « de situation ». il règne dans ce film une ambiance duelliste, finalement très humaine alors que le récit nous entraîne dans des contrées plus qu’éloignées, au-delà des étoiles, et cela ne peut que donner un récit qui prend aux tripes. Ajoutons un score honorable signé par un James Horner alors en plein début de carrière (RIP à ce grand compositeur), et l’on peut dire que Star Trek 2 : la colère de Khan est un classique de la science-fiction au cinéma.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *