[Test – Playstation 4] Lego Worlds : un charmant bric-à-brac

image ps4 lego worldsCaractéristiques

  • Test effectué sur : Playstation 4
  • Genre : Sandbox, Aventure
  • Éditeur : Warner Bros Games
  • Développeur : TT Games
  • Sortie : 8 mars 2017

Test

Quand on parle de jeu de construction, avant même que Minecraft ne nous vienne à l’esprit on pense à Lego. Bien ancré dans les esprits, la marque est aussi devenue une licence vidéoludique solide, qui a fait ses preuves de bien différentes façons, et surtout en utilisant des franchises très populaires (Lego Star Wars : le réveil de la Force, Lego Harry Potter etc). Dès lors, voir TT Games s’attaquer au genre du jeu vidéo bac à sable et de construction avait quelque chose de logique, et de très prometteur. Un sentiment accentué par une preview qui nous a mis l’eau à la bouche, du moins en attendant le jeu complet. Dorénavant sorti, celui-ci est désormais totalement terminé, après une longue (et parfois inquiétante) phase d’early access. Alors, qu’en est-il aujourd’hui ?

Histoire : /

On ne peut pas parler d’histoire, encore moins de scénario, mais plutôt de prétexte à pousser le joueur vers l’aventure. Lego Worlds nous fait prendre le contrôle d’un lego-astronaute, lequel se voit propulsé en direction d’une planète qui lui est inconnue. Là débute son aventure, qui vise à le faire devenir Maître Constructeur. Comment ? En réunissant une centaine de briques dorées, pardi ! Il ne faut rien attendre de plus côté récit : pas de développement, mis à part faire naître, chez le joueur, le besoin d’atteindre l’objectif. Dès lors, les cinq points sont remis en jeu dans le critère Gameplay.

Gameplay : 6/10

image preview lego worlds
Image en provenance de l’éditeur.

Le concept de Lego Worlds est simple : atterrir sur une planète, récupérer des briques dorées en remplissant quelques objectifs, scanner les environs, atterrir sur une autre planète etc. La ritournelle est bien huilée, ce sont plus les qualités intrinsèques du gameplay qui font la sève du soft, et parfois ses petits ratés. Tout d’abord, précisons que si Minecraft est sur toutes les lèvres, finalement Lego Worlds n’a pas grand chose en commun avec lui, mis à part la possibilité de construire. Le soft de TT Games s’appuie plus sur des mécaniques d’exploration : pour débloquer les différents éléments de fabrication, il va vous falloir faire connaissance avec votre environnement, et participer à des quêtes confiées par les autochtones.

Le début de Lego Worlds est réussi : on apprécie le ton très didactique qui permet de bien comprendre les différents tenants et aboutissants. Il va falloir digérer un concept qui met en avant les outils comme autant de possibilités d’exploiter les environnements. L’un nous permettra d’emmagasiner des modèles à recréer, l’autre nous offre le don de peindre nos constructions etc. Le rythme qui s’installe permet de découvrir toutes nos capacités de manière satisfaisante, en évitant surtout le trop-plein d’informations. Les quêtes tirent avantage de toutes les options qui nous sont dédiées, peut-être pourra-t-on juste regretter un petit manque de diversité en plein milieu du jeu, même si cela s’arrange un peu par la suite.

Construire, peindre, recréer, élever ou baisser des terrains, Lego Worlds nous livre tout, clé en mains, pour que notre appétit d’architecte vidéoludique soit rassasié. Malheureusement, quelques imperfections viennent noircir un tableau pourtant charmant. La principale est la caméra, qui aurait gagné à être plus aérienne, notamment lors de l’utilisation du copieur de structures. Dans ce cas précis, le champ de vision n’est pas assez profond, et l’on se prend parfois à pester. Aussi, les interfaces sont un peu trop riches, et il faudra un temps d’adaptation pour bien les maîtriser. Mais le concept est si bon qu’on cherche à bien digérer tout cela, en mâchant bien on y arrive, et au final tout demeure à peu près sous contrôle… sauf la caméra.

Lego Worlds est une belle réussite dans l’introduction de son univers, cependant on doit aussi signaler qu’une certaine redondance peut s’installer. Il faut être clair : le jeu ne s’adresse pas à un public qui voudrait pousser à fond le côté exploration, ou celui de la construction. L’équilibre est important, et seul celui-ci vous permettra d’apprécier le soft sur la longueur. Il faut aussi signaler que le bac à sable total se débloque avec la centième brique d’or, pas avant. Un choix conscient de la part de TT Games, pour qui l’expérience ne peut donc pas se résumer à l’un des genres dans lequel le jeu s’inscrit.

Technique et ambiance sonore : 3/5

image construction lego worlds
Image en provenance de l’éditeur.

La caméra de Lego Worlds est certes un gros souci, mais à part ce point, qui impact surtout la prise en mains, techniquement le jeu est plutôt agréable. On reconnaît bien là le style TT Games, les couleurs claquent bien aux yeux et c’est plutôt fluide même si des baisses de framerate se font sentir sur quelques planètes. Celle-ci, d’ailleurs, jouissent d’une direction artistique agréable, pas spécialement folle mais inébranlable : monde du feu, hanté, univers bonbon etc. S’ajoute à cela un nombre satisfaisant de clins d’œil à d’autres univers Lego, mais nous n’en dirons pas plus afin de préserver le bonheur de la découverte. Rien de bien révolutionnaire mais de quoi créer l’émerveillement. Aussi, on n’a pas eu de souci avec la création procédurale des planètes, même si à quelques reprises on a ressenti un sentiment de déjà-vu.

Côté ambiance sonore, Lego Worlds est dans la droite lignée des autres jeux de la licence vidéoludique. Le mixage est bon, l’équilibre entre bruitages et musiques est plus que convenable, et on aime beaucoup le doublage de la voix-off, très maîtrisé. Quand à la bande originale, le travail du duo formé par Rob Westwood et Tess Tyler est d’une qualité indiscutable, enchaîne les morceaux qui font beaucoup pour l’ambiance merveilleuse du soft.

Durée de vie : 5/5

image article lego worlds
Image en provenance de l’éditeur.

La durée de vie de Lego Worlds est assez démentielle, et qui aura accroché au concept pourra s’y plonger pendant un nombre d’heures incalculable. Le contenu est assez incroyable, le nombre d’éléments à créer touche à l’invraisemblable, et le cheminement de l’aventure offre de quoi s’amuser pendant longtemps. Puis, une fois la quête des cent briques d’or terminée se lance l’ultime mode bac à sable, où vous pourrez vérifier à quel point ce genre de jeu est chronophage. À cela, ajoutons un mode en coopération, un autre en ligne, pas spécialement hyper utiles mais qui ont le mérite d’être proposés.

Note finale : 14/20

Lego Worlds pâtit de quelques soucis qui lui empêchent d’atteindre le statut de très bon sandbox, on pensera surtout à cette caméra parfois problématique, et ses interfaces pas très user-friendly aux premiers abords. Cependant, il est indubitable que le jeu procure assez de fun pour qu’il soit tout de même conseillé pour celles et ceux qui aimerait se frotter à un bac à sable qui se donne des airs de jeu d’aventure. Avec sa durée de vie stratosphérique, sa liberté d’action poussée, son univers procédural solide et son ambiance sonore enchanteresse, Lego Worlds dégage assez de charme pour être plaisant à jouer.

/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *