[Test] La Grande Aventure LEGO 2 : contenu imposant mais répétitif

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Ordinateur/PC
    • Xbox One
    • Nintendo Switch
  • Développeur : Traveler's Tales Games
  • Editeur : Warner Bros Interactive Entertainment
  • Date de sortie : 27 février 2019
  • Acheter : Cliquez ici

De l’idée, mais un concept encore imparfait

image preview la grande aventure lego 2 jeu vidéo
Un opus qui sort des sentiers battus de la licence.

La licence LEGO est tout de même assez incroyable. Outre que, côté jeu de construction, la marque est toujours aussi populaire, on peut aussi observer une bonne forme côté cinéma et jeux vidéo. Bon, ne va pas vous le cacher, on n’est pas spécialement fanatique de ce qui sort dans les salles obscures, et La Grande Aventure LEGO 2 n’a pas changé la donne. Par contre, l’univers vidéoludique nous est beaucoup plus sympathique, brassant les licences hyper populaires (LEGO Harry Potter Collection, LEGO Star Wars : le réveil de la Force) dans un concept hyper carré. Par contre, on pouvait relever, notamment à l’occasion du pourtant fun LEGO DC Super-Vilains, que la recette commence à tourner en rond. Et, pour tout vous dire, on attendait tout autant Traveler’s Tales Games et Warner Bros Interactive Entertainment au tournant : il fallait oser changer la donne, renverser la table. Et c’est chose faite. Est-ce suffisant ?

La Grande Aventure LEGO 2 : le jeu vidéo adapte, donc, le film sorti récemment. Abordons de suite la qualité du scénario. Soyons clairs : Traveler’s Tales Games utilise le récit comme trame de fond, et non comme un récit hyper important. On retrouve l’univers, les personnages, et l’on reconnait parfois les séquences du long métrage, surtout au début. Par la suite, c’est moins le cas, le soft prend quelques libertés. Lucy et Emmet débutent leur périple dans un monde post-apocalyptique, rappelant lointainement Mad Max. Un jour, une menace extraterrestre débarque, et tout est chamboulé. Certains personnages sont kidnappés, et pour les retrouver il faudra passer de planète en planète, en utilisant des portails de l’espace grâce aux Pièces maitres. On a donc droit à l’utilisation de l’ambiance générale, plus qu’à une adaptation bête et méchante. Et cela nous convient.

On comprend bien vite que La Grande Aventure LEGO 2 : le jeu vidéo se détache des thèmes du films pour se concentrer sur son propre concept. Et quel est-il ? Écrivons qu’on fait face à un mélange de LEGO Worlds et d’autres épisodes plus classiques, comme LEGO Ninjago. Plus précisément, on se situe entre du craft à fond les ballons, et de l’exploration teintée d’action. Sur le papier, c’est très engageant et… ça l’est à l’écran ! Notre preview vous expliquait à quel point on a su rapidement prendre en mains le soft, et nous confirmons ici : les premières heures sont rondement menées. On découvre la première planète en découvrant des mécaniques intéressantes, comme une véritable réflexion sur les objets à construire. Si une surface de construction siège aux pieds d’un mur déjà à moitié détruit, c’est qu’il va falloir l’exploser pour de bon. Pour cela, il faudra posséder le bon schéma, récupéré tout au long du cheminement, parfois en rendant service à des PNJ. Le craft fonctionne bien, avec une tonne de possibilités, de partout dans les niveaux.

Des quêtes trop Fedex, mais une bonne durée de vie

image tt games la grande aventure lego 2
On retrouve quelques décors du film.

Les mondes de La Grande Aventure LEGO 2 : le jeu vidéo sont une des autres satisfactions. On passe de l’un à l’autre, non sans avoir battu le boss du précédent niveau. Bien entendu, il sera possible de revenir dans les anciens, histoire d’atteindre le fameux 100%, en collectant toutes sortes de trésors, à échanger contre une tonne de récompenses, comme une tripotée de personnages. Alors certes, on a malheureusement droit à beaucoup de quêtes Fedex, ce qui ne fait qu’accentuer la répétitivité que l’on abordera plus bas, mais les amateurs de jeux longs à essorer en auront pour leur investissement : il leur faudra au moins une vingtaine d’heures pour bien tout poncer. Aussi, on avait un peu peur des menus peu agréables, et au final on a été surpris par la bonne tenue. Certes, il faut s’adapter et, surtout, les informations s’affichent trop petites à l’écran. Mais, globalement, on s’y retrouve.

Par contre, on ne peut que noter le caractère rébarbatif de La Grande Aventure LEGO 2 : le jeu vidéo. Certes, on pouvait s’y attendre, de par l’ADN même de la licence. Mais tout de même, on aurait apprécié plus de diversité dans les quêtes annexes, trop semblables pour amuser sur la longueur. Le radar est sans doute trop puissant : on se prend trop souvent à le suivre automatiquement, ce qui produit, paradoxalement, une sensation de soft dirigiste. Alors même que chaque planète se construit comme un monde ouvert ! On comprend cette nécessité, afin de ne pas perdre en route les joueurs les plus jeunes. Aussi, on regrette l’absence de véritables détails dans les pourtant jolis décors, histoire de pousser à l’exploration non-motivée par la recherche des différentes briques. Enfin, Traveler’s Tales Games n’a pas réglé le souci des combats, qui ne parviennent toujours pas à délivrer une quelconque énergie. Dommage.

Enfin, il faut aborder le domaine technique. On apprécie la direction artistique, qui fait des décors une somme de briques placées avec inventivité. Par contre, La Grande Aventure LEGO 2 : le jeu vidéo ne peut malheureusement compter sur une fluidité à toute épreuve. Heureusement, c’est assez fin, sans que les textures ne soient hyper précises. Plus grave, la caméra perd parfois tous ses moyens, surtout dans les endroits les plus étriqués. Pas de quoi hurler non plus, mais c’est à noter. Enfin, l’ambiance sonore s’avère plutôt bonne, surtout grâce à des compositions certes assez classiques, mais jamais dérangeantes. Aussi, signalons que le personnage de Lucy a droit à un doublage, mais pas les autres.

Note : 13/20

La Grande Aventure LEGO 2 : le jeu vidéo tente beaucoup, parvient même à nous surprendre sur les premières heures, mais ne parvient pas à bonifier l’expérience tout au long du cheminement. La faute, avant tout, à des quêtes annexes très répétitives. Aussi, on ne peut que noter le raté des combats, et la technique mi-figue, mi-raisin. Mais cela ne doit surtout pas faire oublier que le concept, mélange de craft, d’action et d’exploration, nous paraît promis à un bel avenir. On s’est tout de même pris au jeu du 100%, atteint de collectionnite aigüe, et l’univers nous a enchanté. On espère, donc, que Traveler’s Tales Games continuera dans cette direction, en perfectionnant la recette.

6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *