[Test – Playstation 4] Danganronpa Another Episode : Ultra Despair Girls

Caractéristiques

    • Playstation 4
    • Ordinateur/PC
    • Playstation Vita
  • Développeur : Spike Chunsoft
  • Editeur : NIS America
  • Date de sortie : 23 juin 2017
  • Acheter : Cliquez ici

Introduction

image test danganronpa another episode

 

Après avoir fait de Danganronpa une exclusivité Vita, le duo formé par NIS America (God Wars : Future Past, Cladun Returns : This Is Sengoku) et Spike Chunsoft est motivé à l’idée de mener l’inquiétant Monokuma vers d’autres rivages. Alors que Danganronpa V3 : Killing Harmony débarquera sur Playstation 4 et la console portable de Sony (et tout en français, rappelons-le), il fallait que tous les joueurs puissent être informés des événements précédents. C’est ainsi qu’on a vu débarquer Danganronpa 1.2 Reloaded, qui propose les deux jeux canoniques, à destination des gamers « de salon ». Mais le travail de sape n’était pas terminé, car il restait une itération, un spin-off plus axé action que visual novel. C’est ainsi que l’on voit débarquer Danganronpa Another Episode : Ultra Despair Girls qui, derrière son titre à rallonge typiquement japonais, cache bien des qualités.

Histoire : 4/5

image spike chunsoft danganronpa another episode

Le scénario de Danganronpa Another Episode : Ultra Despair Girls n’est pas à prendre à la légère, n’a rien d’une petite gourmandise pour spin-off uniquement opportuniste. On ne vous spoilera pas les multiples rebondissements, et les passages carrément parmi les plus angoissants que la saga a pu nous proposer. Sachez seulement que l’on incarne Komaru Naegi, laquelle est retenue, contre son gré, dans une Towa City aux mains de l’ours sordide, Monokuma. Dix-huit mois évidemment éprouvants, qui prennent fin grâce à l’intervention musclée de Byakuya Togami. Dehors, l’héroïne va vite se rendre compte de la situation : l’endroit est mis à mal par un groupe d’enfants maléfiques, dont le but est de débarrasser la ville de ses adultes.

La suite, vous l’aurez compris, sera complètement dans l’esprit de la licence, tout en s’en démarquant de par l’absence des procès. Danganronpa Another Episode : Ultra Despair Girls prend son temps pour installer son ambiance, mais quand les problématiques finissent par bien se poser, alors ça déménage. Quelques passages de ce spin-off figurent parmi les instants les plus glauques vécus dans un jeu vidéo, par contre l’histoire n’est jamais vécue comme gratuite. Sorte de survival urbain et pétaradant, le soft ne prend jamais de pincettes, et aborde plus ou moins frontalement le sujet des maltraitances envers les enfants. La violence n’est jamais graphique, d’ailleurs cet épisode démontre parfaitement l’intérêt d’une direction artistique en contrepoids du fondamental (c’est mignon, mais aussi sordide), par contre son écho vous atteindra au plus profond, à coup sûr.

Par contre, on s’attendait à un meilleur équilibre entre les phases de dialogue et le gameplay. Danganronpa Another Episode : Ultra Despair Girls n’est certes pas un pur visual novel, le soft n’en reste pas moins plus bavard que la grande majorité des jeux d’action. Cela se justifie, surtout si vous appréciez l’univers (c’est notre cas, on ne le cache pas), et l’écriture savoureuse de la licence. Mais, si vous vous attendiez à une itération avant tout basé sur le gameplay, alors vous devrez revoir votre position. Aussi, il faut préciser que le titre est uniquement sous-titré dans un anglais de niveau intermédiaire, voire soutenu. Dommage, surtout que Danganronpa V3 : Killing Harmony fera l’effort d’être proposé dans la langue de Molière.

Gameplay : 3/5

image ps4 danganronpa another episode

Danganronpa Another Episode : Ultra Despair Girls cache assez mal ses quelques hésitations de gameplay, même si l’ensemble est loin d’être mauvais. Le concept se présente comme un TPS (Third Person Shooter, en gros un jeu d’action avec le personnage dans le cadre), dans lequel il va falloir se débarrasser de hordes de Monokuma bien énervés. Univers hyper travaillé oblige, Spike Chunsoft ne pouvait se contenter d’un flingue tout sauf original, alors on nous procure… un haut parleur. Et, pour matérialiser les coups tirés, on a droit à toute une gamme de munitions plutôt délirantes. Bien entendu, leurs effets seront différents, et il va falloir apprendre sur le tas leur utilité. Par exemple, certaines feront danser les ennemis, tandis que d’autres se chargeront d’éliminer les systèmes défensifs des adversaires. Un concept amusant, même s’il aurait pu être encore poussé un peu plus loin.

La pure prise en mains de Danganronpa Another Episode : Ultra Despair Girls connaît des hauts, mais aussi des bas. Par exemple, les combats de boss auraient gagné à sortir du schéma « je reste à distance et je tourne autour ». Si le système de munitions est très sympathique, c’est moins le cas des mouvements, et même de la caméra. Tout d’abord, il est impossible de courir et de maîtriser la caméra en même temps. Pourquoi ne pas avoir opté pour une autre disposition des touches ou, même, laisser la possibilité aux joueurs de la modifier dans les options ? C’est un regret, même si l’on s’habitue tout de même à cette maniabilité un peu raide. Aussi, on aurait apprécié un level design plus développé, plus de pièges, d’épreuves imprévues. Le soft est bon, pas de doute là-dessus, mais il aurait pu atteindre le stade supérieur avec de nouvelles features de gameplay…

Technique et ambiance sonore : 3/5

image jeu danganronpa another episode

 

D’un pur point de vue technique, Danganronpa Another Episode : Ultra Despair Girls est clairement un portage en provenance de la Playstation Vita. On sent, par exemple, que les cinématiques ont surtout été étirées, et pas retravaillées. La définition, elle, et assez irréprochable pour ne pas qu’on ait l’impression d’une simple émulation. Par contre, impossible de ne pas tomber amoureux de cette patte visuelle. La direction artistique est en tous points une réussite, sachant jouer sur l’univers de base, tricoter des personnages mignons, certes, mais qui laissent tout de même transparaître de véritables secrets enfouis. Une ambiance très à part dans le monde du jeu vidéo, et qui nous séduit pleinement.

Comme pour toutes les autres itérations de la licence, la bande originale de Danganronpa Another Episode : Ultra Despair Girls est le fruit du très doué Masafumi Takada (EDF 4.1 : The Shadow Of New Despair, No More Heroes, The Evil Within). Les compositions sont de très belle facture, d’une telle qualité que l’on peut sans mal les écouter en-dehors du jeu. Les voix, elles, sont en anglais uniquement, et heureusement le résultat est plutôt probant. Tout comme la qualité des bruitages, d’ailleurs.

Durée de vie : 3/5

image screenshot danganronpa another episode

Il vous faudra une vingtaine d’heures afin de voir la fin de Danganronpa Another Episode : Ultra Despair Girls en mode normal. Ce qui est un résultat très correct, même si l’on aurait aimé plus de temps passé dans le gameplay. Une fois bouclé, le jeu vous propose de revenir dans les différents chapitres, via une sélection de chapitres, histoire de récupérer les objets à collecter qui vous auraient échappé. Pas de contenu bonus du fait de ce portage, et c’est bien dommage.

Note finale : 13/20

Danganronpa Another Episode : Ultra Despair Girls constitue, donc, plus qu’un spin-off. C’est un passage obligé pour qui apprécie cet univers très à part, et l’on ne peut que vous le conseiller si, comme nous, vous attendez de pied ferme Danganronpa V3 : Killing Harmony. Avec son scénario certes un chouïa moins mémorable que ceux des épisodes canoniques, son gameplay parfois maladroit mais globalement efficace, et sa durée de vie très correct, le soft se doit d’attirer votre attention. Par contre, on aurait apprécié du contenu bonus, surtout pour celles et ceux qui auraient déjà parcouru le soft sur Vita. En l’état, si vous l’avez bouclé sur la console portable de Sony, il n’y a pas de raison d’y revenir à l’occasion de cette ressortie… mis à part le confort lié à la possibilité d’y jouer sur grand écran.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
0/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *